Cette question volontairement provocatrice, je me la pose.

« S’il est difficile de déterminer avec précision l’exacte part de responsabilité de la grippe dans ces 18.300 décès, les experts s’accordent pour dire qu’elle est grande. »

Cette phrase est reprise de l’article du Figaro qui affirme sans nuance qu’il y a eu une surmortalité record due à la grippe.

Elle est en contradiction avec l’affirmation péremptoire du titre. En effet les experts sont incapables de prouver cette surmortalité, ils ne font que l’estimer.

Cet article fait suite au point épidémiologique de surveillance de la grippe publié par l’ Institut Nationale de Veille Sanitaire ( INVS). Ce point apporte la confirmation de l’estimation effectuée il y a quelques semaines par ce même institut et dont j’avais évoqué les incohérences .

Je voudrais vous proposer quelques réflexions.

La grippe n’est pas étrangère aux décès survenus chaque hiver . Cependant ce n’est pas de la grippe que les personnes âgées meurent mais des pathologies chroniques dont elles sont atteintes . Si ces personnes âgées ne sont pas atteintes de pathologies qui les fragilisent, elles ne meurent pas plus que les personnes plus jeunes.

L’épidémie de grippe H1N1 survenue en 2009 nous a appris une chose : elle a très peu touché les personnes âgées car celles-ci avaient été en contact avec le virus dans les années 1950. Ayant développé une « vrai » grippe , ces personnes s’étaient immunisées naturellement et la protection engendrée par cette immunisation était encore efficace 50 ans plus tard.

La vaccination contre la grippe immunise sur une période très courte ( 3 ans maximum) ce qui nécessite de fréquentes revaccinations . Par ailleurs plus on avance en âge moins l’immunisation par le vaccin est efficace . En d’autres termes, plus on est âgé moins la vaccination nous protège.

Quelles conclusions je tire de ces réflexions peu contestables ?

Que la vaccination contre la grippe que l’on nous présentent depuis des dizaines d’années comme la seule façon de « sauver des vies » est au contraire  ce qui favorise les décès de personnes âgées fragilisées par des pathologies chroniques. La vaccination ne leur permet pas de s’immuniser durablement à un âge où leur santé est excellente.

Cette hypothèse que je formule ne pourra malheureusement jamais être confirmée car pour cela il faudrait supprimer la vaccination contre la grippe . Or c’est éthiquement impossible car le dogme est que la vaccination sauve des vies .

Mais ce dogme de la vaccination antigrippale qui sauve des vies , n’est-il pas contestable à la lumière de quelques réflexions simples ?

Réfléchir, douter , se poser des questions est aujourd’hui plutôt « mal vu » en particulier dans mon domaine qui est la médecine . Il faut avoir confiance et croire et surtout ne pas remettre en question les affirmations des experts gouvernementaux.

4 commentaires

  1. Si nous savons que certaines personnes sont immunisées pourquoi automatiser la vaccination ? Je sais que c’est de la prévention mais je doute de l’efficacité de tous les vaccins. Comment savoir s’ils vont être bénéfiques ?

    • Je ne comprends pas votre remarque . Pouvez vous préciser ?

      Par contre, aujourd’hui il est impossible de savoir si la vaccination, en particulier grippale est bénéfique. En effet, comme il y a le dogme qu’elle sauve des vies, il n’est pas « éthique » de faire une étude qui utiliserait un placébo et donc ferait courir un « risque » à ceux qui le reçoivent.Il est donc impossible de confirmer le dogme.

  2. Bonjour,

    Je m’appelle Virginie MULLER, je suis médecin généraliste à Morsang sur orge dans le 91.

    Je trouve votre article très intéressant mais il oublie plusieurs paramètres.

    La vaccination contre la grippe n’existe pas depuis si longtemps que les personnes âgées n’aient pas d’antécédents grippaux « normaux ». De plus, nous ne vaccinons en France que les + de 65 ans et les sujets à risque. Avant 65 ans, tout le monde fait son immunité normalement. Ce qui au vu de votre article me paraît une très bonne chose.
    La preuve de cette immunisation est justement la faible épidémie de 2009.

    L’épidémie de grippe de cette année a cumulé 3 facteurs aggravants :
    un virus peu connu = pas d’immunité « normale »
    Un vaccin inefficace = pas d’immunité « vaccinale »
    Un virus tres virulent qui a touché les personnes fragiles mais pas seulement d’après ce que j’ai pu constater dans ma patientèle, avec des pneumopathies purement virales à procalcitonine négative.

    La question que vous ne posez pas est plutôt : le vaccin 2014-2015 est-il responsable de cette surmortalité par son inefficacité ?
    Un chirurgien est tenu responsable de la qualité de son geste chirurgical.
    Pourquoi personne ne demande de compte aux laboratoires ayant fabriqué le vaccin ? Aucun article à ce jour sur un retour d’expérience pour éviter de nouveaux échecs ulterieurs, rien…

    Voilà mes questions personnelles sur le sujet.
    Peut-être avez-vous des informations sur les conséquences de cette épidémie sur la méthode ou sécurisation de la fabrication du vaccin anti-grippal ?

    Merci de nous avoir laissé cet espace de réponse.
    Très confraternellement,
    Dr virginie Muller

    • Bonjour

      Merci pour votre commentaire .

      Vous dites que la vaccination contre la grippe n’existe pas depuis très longtemps.
      J’exerce depuis plus de 30 ans et ai toujours connu la promotion de la vaccination grippale annuelle. J’ai même pendant quelques années fait partie du réseau GROG.
      J’ai fait une recherche rapide qui m’a permis d’apprendre que le vaccin existe depuis 1944 ce qui infirme votre affirmation.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_des_vaccins
      Cela fait donc 70 ans .
      Je ne sais pas exactement combien de personnes se vaccinent chaque année mais cela se compte en million même si les autorités considèrent que cela n’est jamais assez.
      Donc la population acquiert une immunité mais sans commune mesure avec celle qui serait naturelle.

      Vous semblez de plus ignorer qu’il n’y a aucune preuve scientifique de l’efficacité du vaccin.
      C’est une réalité qui m’a suffoqué quand je l’ai apprise ( je n’ai pas la référence sous la main mais elle ne vient pas d’anti-vaccinalistes mais de mémoire du collège de médecine générale) . En effet le dogme est que la vaccination sauve des vies donc aujourd’hui aucune étude ne peut se faire pour confirmer ou infirmer cela car ce n’est pas éthique .

      Je suis par ailleurs d’accord avec vous : personne n’interroge les fabricants sur l’efficacité de leurs vaccins car « il va de soit »ce qui est loin d’être une « vérité ». De plus les seules preuves d’efficacité sont sur des critères intermédiaires que sont la montée du taux d’anticors. Jamais sur une étude randomisée sur la mortalité totale ( pas éthique).

      Je n’ai aucune information particulière que ce que vous pouvez lire vous même.
      Cependant, il y a un problème sur les vaccins. Le vaccin contre la grippe n’est qu’un parmi d’autres plus médiatiques actuellement.

      Le problème est qu’il est impossible d’avoir une discussion véritable sur le sujet .
      Il y a une « vérité » gouvernementale et « expertale » toute question, toute interrogation même légitime vous mets dans les anti-vaccinalistes. A croire que la vie et la médecine se résume en une position « blanche » et « noire » .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *