Je voudrais revenir sur un élément que j’évoquais dans mon précédent billet : les statines ( médicaments qui font baisser le cholestérol ) et le diabète.

 

Les statines sont très largement prescrites à un nombre considérable de patients car elles protégeraient le cœur d’événements cardiovasculaires graves comme l’infarctus.

Cet effet serait directement lié au fait que le cholestérol boucherait les artères.

On nous explique depuis pas mal d’années que si il y a bien une preuve irréfutable en médecine c’est bien l’intérêt des statines.

D’ailleurs il est peu probable qu’après une consultation chez un cardiologue vous ne sortiez pas avec la prescription d’une statine sous le prétexte de protéger votre cœur.

 

Cependant cette classe de médicament fait l’objet depuis pas mal d’années de suspicion quand à la réalité d’un bénéfice quasi “miraculeux”.

Ainsi le Dr De Lorgeril se bat depuis longtemps pour faire entendre sa voix. Plus »

Aujourd’hui une de nos plus haute juridiction vient de dire que l’interdiction des autotests de dosage des PSA est illégale.

En prenant cette position, le Conseil d’Etat permettra à tous les hommes de se tester en suivant les sirènes de la médicalisation de la société.

Car si ce test est positif il se précipitera chez son médecin ou chez son urologue et le rouleau compresseur des multiples examens et interventions sera lancé. Plus »

Je suis tombé sur une information hallucinante dans un article sur le site du NouvelObs.

56 cp par jour !!!!

Cette information n’a pourtant été reprise par aucun site médical. Plus »

Sous ce titre provocateur , il y a la découverte de la campagne Movember.

Jaloux d’Octobre Rose, des hommes ont créé Movember pour sensibiliser contre les cancers masculins  . En pointillé il y a le dépistage du cancer de la prostate par PSA que ces « mâles » veulent mettre en parallèle du dépistage du cancer du sein par mammographie. Plus »

Une étude relance la polémique

Je découvre  dans la presse médicale une information que j’avais lu récemment .

C’est à propos de la relation entre la consommation de lait et l’ostéropose. Plus »

Je viens de lire le dernier livre de Rachel Campergue : « Octobre rose mot à maux, pour une réelle liberté de choix ».

Elle en parle sur son blog.

Son livre précédent « No Mammo » m’avait beaucoup intéressé.

Ce dernier livre montre avec beaucoup d’humour combien la promotion du dépistage organisé du cancer du sein par mammographie, dit et écrit n’importe quoi. Plus »

Si le dépistage du cancer du sein par mammographie fait débat, l’âge de début de ce dépistage quand il est réalisé; fait lui consensus : pas avant 50 ans.

Pourtant certain s’assoie sur les recommandations et les autorités ne bronchent pas , laissant faire.

Sylvain Fevre vous rappelle ce qui peut être qualifié de honteux :

http://sylvainfevre.blogspot.com/2014/09/les-chiens-aboient-la-caravane-passe.html Plus »

Bonjour

Je voudrais vous signaler l’article d’une consœur, concernant le dépistage organisée du cancer du sein par mammographie.

Cet article superbement documenté devrait être lu par toutes les femmes qui reçoivent l’incitation à se faire dépister.

Cet article donne toutes les informations pour prendre la décision de se faire dépister ou non, ce qui n’est pas le cas des brochures dites « d’information » pour le dépistage du cancer du sein. Plus »

Je suis, depuis le début de la semaine, « l’épopée » d’une famille anglaise .

L’histoire est bien résumée par mon confrère journaliste Jean Yves Nau dans cet article :

http://jeanyvesnau.com/2014/09/01/lincroyable-chasse-europeenne-pour-emprisonner-les-parents-dun-enfant-cancereux/

Mon propos n’est pas d’analyser l’attitude des médias mais celle des « autorités ». Plus »

J’ai écouté une émission de France Culture qui a interpellé le médecin que je suis.

Cette émission parlait de l’accompagnement vers la mort . Cet accompagnement avait duré 8 mois.

Il a été donné peu de détail sur la maladie et le cancer responsable de la mort mais il était dit que la patiente s’était battu jusqu’au bout en acceptant un traitement de la dernière chance .

Les souffrances engendrées par ce traitement, font s’interroger sur l’intérêt d’avoir choisi un tel traitement.

Mais la patiente a-t-elle eu le choix ? Plus »