Le Conseil de l’Ordre des Médecins « a encore frappé »

Deux condamnations qui interpellent.

Du moins, moi je m’interroge sur cette juridiction que je qualifie « d’exception »car le silence est par ailleurs assourdissant sur cette problématique.

Dans la première, nous apprenons que le Pr EVEN a été radié de l’Ordre des Médecins.

A 84 ans, ne plus pouvoir exercer, car telle est la sanction, il s’en moque.

Cependant, quel est le motif de la radiation ?

Il  « a manqué à ses obligations de moralité et à son devoir de confraternité et  a gravement déconsidéré la profession médicale »

Il est donc radié de l’Ordre des Médecins pour des propos tenus dans un livre où il dénonçait la corruption de la médecine française.

Il est donc intolérable pour le Conseil de l’Ordre des Médecins d’exprimer et de dénoncer des comportements qui sont potentiellement graves pour les patients. Cette corruption est connue, dénoncée et délétère pour la santé des patients.

Cette condamnation est symbolique : condamner un médecin de 84 ans à ne plus exercer, cela ne vous parait pas surprenant?

Car cette condamnation est le symbole de la volonté de « museler » les médecins qui voudraient dénoncer le système. Tous les médecins l’auront analysé ainsi. Le « message » sera passé et « reçu 5/5 ».

Et vous l’avez vous perçu ainsi?

 

La deuxième condamnation est elle aussi très surprenante et interpelle sur le motif ordinal de sanction.

Il s’agit de la condamnation d’un médecin, là aussi lourde condamnation car il n’a plus droit d’exercer son métier pendant quelques mois. Le motif est pour « charlatanisme » ou pour le dire autrement, d’avoir employé pour soigner des « méthodes non conventionnelles » et cela dans le cadre de la maladie de Lyme.

Première remarque : La maladie de Lyme est une maladie où les incertitudes sont plus nombreuses que les certitudes.

Deuxième remarque: depuis quand le Conseil de l’Ordre des Médecins est une instance scientifique médicale?

Troisième remarque : l’utilisation de « méthodes non conventionnelles » sont légions en médecine, cela va de thérapeutiques non « prouvées » scientifiquement, jusqu’à l’utilisation de médicaments pour des indications non conforme. C’est ce que l’on appelle dans le jargon, une utilisation hors AMM ( Autorisation de Mise sur le Marché).

Pourquoi ici, dans ce cas, sanctionner un médecin? Pourquoi lui? Pourquoi sur cette thématique?

Cela montre à quel point le Conseil de l’Ordre des Médecins agit de façon plus que partiale. Et je ne vous parle pas du silence de cette juridiction dans bien des domaines « scientifique » où elle devrait alors  intervenir.

Avez-vous entendu le Conseil de l’Ordre des médecins s’élever contre les prescriptions d’ UVESTEROL ?

Même après la mort d’un bébé suite à une prescription médicale, qu’à fait le Conseil de l’Ordre?

Rien.

Rappelez vous aussi, que de nombreux médecins ont tenté , par l’intermédiaire de plaintes au Conseil de l’Ordre de museler Irène FRACHON qui dénonçait les pratiques mortelles de ses confrères dans le cadre du MEDIATOR.

 

 

Pour terminer, message sur twitter d’un confrère citant un article du site Egora (lecture réservée aux abonnés médecins) :

Soyons clair : je ne défends en rien ce médecin que j’estime être un délinquant social.

Quand j’écris que le Conseil de l’Ordre des Médecins est une justice d’exception, pensez vous que j’exagère?

Quelle a été la sanction de ce même conseil dans l’affaire du Dr CAHUZAC? 3 mois d’interdiction mais pas de radiation. Quelle mansuétude pour des faits bien plus graves. Quelle disproportion dans les sanctions, pourquoi?

Ce dernier exemple montre que le Conseil d’Etat semble penser comme moi : justice injuste, d’exception.

Tous ces faits montrent combien l’affirmation que le Conseil de L’Ordre des Médecins est une « honte pour la démocratie » comme l’écrivait François MITTERRAND, n’est pas excessive.

Qui le dénonce ? Personne.

 

 

Je suis triste à propos de la mort de ce nourrisson de 10 jours suite à l’ingestion de gouttes d’Uvéstérol.

Je suis triste en pensant à ses deux parents qui sont dans la douleur et la souffrance peu de temps après la joie de la naissance. Mes pensées les accompagnent dans cette épreuve redoutable.

 

Je suis en colère car ce bébé n’aurait jamais du mourir.

Il est mort parce que ses parents ont fait confiance au médecin ou à la sage-femme qui ont prescrit ce médicament.

Je suis en colère car ces professionnels de santé n’auraient jamais dû prescrire à ce bébé de l’Uvestérol.

Le danger et les risques étaient connus depuis plus de 10 ans. Il y avait une surveillance renforcée de ce médicament car les signaux de pharmacovigilance étaient sans contestation.

De plus, il y a d’autres spécialités pour la même indication qui n’ont jamais montré le moindre problème. Pourquoi alors continuer à prescrire Uvéstérol jusqu’à ce drame ? Plus »

Cette notion de risque relatif et de risque absolu ne vous dit sans doute rien de prime abord.

Et pourtant vous y êtes confrontés en permanence.

Dès que l’on vous cite un pourcentage de bénéfice ou de risque, il ne vous est jamais précisé s’il s’agit de risque absolu ou de risque relatif.

En fait il s’agit toujours de risque relatif car celui-ci est « plus vendeur ».

Pour être plus compréhensible, je vais tâcher de vous expliquer la différence avec deux exemples. En effet, faire la différence est capital pour avoir une vision la plus « fiable » possible de la réalité. Plus »

Comme vous le savez, je suis médecin généraliste, c’est ma profession et les différents billets que j’ai publié jusqu’à ce jour montre à quel point je suis triste de l’évolution de l’exercice de la médecine.

Mais à coté de cette profession que j’exerce toujours avec passion, je suis aussi un homme avec une vie privé.

Dans celle-ci, la pratique d’une activité physique tient une place importante.

Cette place est importante car je sais à quel point la pratique d’une activité physique est bénéfique pour la santé mais aussi et surtout parce que je prends plaisir à pratiquer. Plus »

Je suis en train de lire « Penser le risque. Apprendre à vivre dans l’incertitude« .

Dans le début de son ouvrage l’auteur prend le parallèle entre la médecine et l’aviation civile. C’est un exemple que j’ai déjà rencontré et dont j’aimerai partager les conclusions.

Pourquoi cet exemple ?

Car la prévention des erreurs dans les deux « disciplines » suit deux logiques diamétralement opposées.

Chacun sait que le transport aérien est le moyen de transport le plus sûr qui existe malgré la survenue chaque année d’accidents dont nous parlent les médias. Cependant chacun sait aussi que les « trains qui arrivent à l’heure » n’intéressent pas les médias. Plus »

Cette question m’est venue à l’esprit en découvrant , le rapport de la concertation citoyenne sur la vaccination.

Le comité « indépendant » présidé par le Pr Alain FISCHER, dans son rapport final, propose d’étendre l’obligation vaccinale.

Tout d’abord, évacuons la déclaration des liens d’intérêt, car là n’est pas mon propos. Juste pour son président, la consultation du site transparence santé trouve ceci: capture-du-2016-12-03-10-59-40Que signifie étendre l’obligation vaccinale?

Il s’agit d’imposer à tout un chacun des vaccinations. Plus »

Il existe dans les médias, des interrogations sur pas mal d’institutions, des enquêtes, des réflexions, mais il n’existe pas grand monde pour s’interroger sur le rôle et le fonctionnement du Conseil de l’Ordre des médecins. Il est vrai que cette institution ne concerne pas tout un chacun. Je voudrais malgré tout partager mes réflexions.

Ainsi, je voudrais mettre en parallèle 3 événements de l’actualité récente et essayer de réfléchir de façon transversale  pour essayer de répondre à la question que je pose dans le titre.

Tout d’abord, le dictionnaire Larousse dans sa définition de la justice fait apparaître la notion d’équité. Le Conseil de l’Ordre des médecins possède une chambre disciplinaire qui juge et sanctionne. Cet organisme ne juge ni ne sanctionne que les médecins. Chacun pourrait donc croire que cette « justice » ne s’applique que pour tout ce qui a trait à l’exercice de la médecine. C’est en effet, ce qui serait « logique ». Plus »

De plus en plus le médecin est confronté dans sa pratique aux « exigences » des patients.

L’exercice de la médecine, comme je l’ai appris et comme elle s’enseigne sans doute encore aujourd’hui doit se pratiquer de la façon suivante :

Un patient vient avec des signes, symptômes, qui le plus souvent l’inquiètent et qu’il relate au médecin. Celui-ci après avoir écouté, pose des questions pour « affiner » les éléments recueillis par le patient, c’est ce qui constitue l’interrogatoire qui est le premier temps d’un acte médical.

Le deuxième temps est constitué par l’examen clinique. Dans cet examen, le médecin recherche des signes qui vont s’ajouter aux éléments de l’interrogatoire.medecin-patient

A partir de là, le médecin émet une hypothèse diagnostique. C’est à dire qu’il va évoquer une maladie qui « colle » avec les éléments de l’interrogatoire et ceux de l’examen clinique. Plus »

Bonjour

Comme je l’ai déjà écrit, une étude a montré que le patient français sortait de sa consultation médicale avec une ordonnance dans 91% des cas.

En effet, faire acte médical, c’est agir.call-to-action-social-media

C’est donc prescrire : des médicaments bien sur, mais aussi des bilans biologiques, des radiographies, mais aussi des actes de kinésithérapie etc.

Il ne faut pas oublier que quand la personne n’est pas malade, qu’aucun examen complémentaire n’est utile pour faire un diagnostic, il reste encore les dépistages car comme chacun sait, tout bien portant est un malade qui s’ignore et tout vivant est un mort en sursis. Plus »

Vous devez vous demander pourquoi un titre aussi énigmatique. En fait il m’est venu en lisant tout ce qui a été écrit sur certains blogs à propos du livre de Martin WINCKLER « Les brutes en blanc » .

Je tiens tout de suite à préciser que le titre n’a rien à voir avec un roman d’un écrivain célèbre et controversé.

Je ne vais pas faire dans ce billet, un nième commentaire sur ce livre. Beaucoup l’ont fait. Non, je vais développer un élément qui ne l’a été nulle part. Un élément qui a été évoqué mais pour passer rapidement dessus , ainsi je citerai la dernière phrase de ce confrère :

« Les médecins sont bien attentionnés dans leur immense majorité, leur formation ne les prépare ni à la relation avec un malade, ni à l’analyse critique des données de la science et des affirmations parfois péremptoires des leaders d’opinion. Ils sont souvent maladroits avec les patients, et souvent en souffrent. Former les médecins à l’empathie est indispensable, pour les patients, pour eux, pour la société. » Plus »