Après avoir attaqué les médecins qui pratiquent la médecine alternative dont l’homéopathie, le groupe des Fakemedecine s’attaque maintenant aux facultés de médecine qui enseignent l’homéopathie.

« Ne plus faire produire en Faculté de Médecine ou dans les établissements de formation de santé, des diplômes appuyés sur des pratiques dont l’efficacité n’aura pas été scientifiquement démontrée.

ABSENCE DE PROGRÈS
La conférence des doyens d’universités, malgré les sollicitations du conseil national de l’ordre des médecins et la réaffirmation de par l’académie nationale de médecine de l’absence de bases scientifiques de l’homéopathie, est restée muette. A l’heure actuelle plusieurs universités proposent encore des formation de type DU ou DIU d’homéopathie pratiques alternatives… »

Ce groupe de médecins, très virulents sur Twitter, a reçu un soutient de poids en la personne de Martin WINCKLER.

 

 

 

Les questions de Martin WINCKLER sont particulièrement légitimes et il existe en effet, un problème à ce qu’une « entreprise du médicament » enseigne la prescription de sa « production ».

Mais en se focalisant sur le laboratoire BOIRON, n’y-a-il pas un aveuglement « coupable »?

En effet, les facultés qui enseignent la médecine aux étudiants, ne sont-elles pas elles aussi des « Écoles  qui « forment » les médecins à la prescription des médicaments … de l’industriel… »?

Certes, les laboratoires pharmaceutiques ne financent pas directement ces « Ecoles ».

Mais quand les professeurs qui enseignent aux étudiants la pathologie mais surtout la thérapeutique, citent le plus souvent les noms commerciaux des médicaments utilisés, n’est-ce pas là aussi une formation à la prescription des médicaments de l’industriel?

Quand ces même enseignants ne déclarent jamais leurs liens d’intérêt avec les laboratoires qui produisent les médicaments dont ils enseignent la prescription, n’est-ce pas une attitude qui s’apparente à ce qui est dénoncé dans l’article de mon confrère?

Pourquoi alors faire ainsi un « focus » sur l’enseignement de l’homéopathie en semblant ignorer que l’enseignement de la médecine dans son ensemble est soumis à des liens d’intérêt très fort avec les industriels du médicaments?

Comment ignorer que sur le sujet, les facultés ont été notés « très mauvaises » avec pour la meilleure 5/26 points?

Et ce classement n’a strictement rien à voir avec l’enseignement de l’homéopathie et l’influence du laboratoire BOIRON.

 

 

 

Poser la question « Comment les médecins qui suivent ces enseignements ne voient-ils pas qu’ils font l’objet d’une manipulation (coûteuse pour eux, qui plus est) ? » si elle s’adresse à ceux qui suivent une formation en homéopathie; n’est-ce pas à l’ensemble des formations en médecine que cette question de la manipulation peut se poser?

Sur le sujet, si l’InterSyndicale Nationale Autonome Représentative des Internes de Médecine Générale a lancé la campagne #NoFreeLunch est-ce pour lutter contre la manipulation des étudiants par les laboratoires BOIRON ou contre la manipulation des géants de l’industrie pharmaceutique?

Certes qu’une formation comme celle l’homéopathie soit financée par BOIRON interroge, mais c’est l’ensemble de la formation médicale qui est « corrompue » par les industriels.

 

 

 

 

Par ailleurs, je voudrais moi aussi poser une question. Pourquoi les facultés de médecine, du moins pour un certain nombre d’entre elles fournissent un enseignement de l’homéopathie mais aussi parfois, pour d’autres médecines « alternatives »?

Au lieu de dénoncer, de menacer, de « vilipender » et au final vouloir en imposer de sa seule volonté, n’est-il pas plus « intelligent » de s’interroger sur le sujet ?

Il est en effet, particulièrement surprenant que des facultés de médecine se mettent à accueillir en leur sein des « chantres du charlatanisme ».

Pourrait-on savoir pourquoi ces enseignements existent?

Au lieu d’émettre des injonctions en direction de ces universités, ces signataires se sont-ils entretenus avec ceux qui les ont mis en place? La direction de chaque université est aux mains de médecins expérimentés et de « haut niveau ». C’est leur faire injure que de penser qu’ils ignorent le peu de preuves d’efficacité que la thérapeutique homéopathique possède. Malgré cela un enseignement de cette thérapeutique a été mis en place au sein de ces universités, il y a maintenant de nombreuses années, pourquoi?

Je voudrais avancer une hypothèse.

N’est-ce pas tout simplement pour ne pas laisser à des non-médecins l’enseignement de ces thérapeutiques et donc pour apporter à ces thérapeutiques une vision médicale?

N’est-ce pas une ouverture d’esprit que d’accueillir au sein même de la faculté de médecine, une réflexion et un enseignement sur une médecine non conventionnelle?

N’est-il pas plus judicieux d’apporter un regard médical sur ces pratiques certes non validées, mais qui malgré tout semblent bien soulager bon nombres de patients; que de vouloir exclure, combattre et au final se retrancher sur un « paternalisme » d’un autre âge? N’est-ce pas une sorte « d’inquisition médicale »?

 

 

 

 

A-t-on une preuve que dans l’histoire, la prohibition a jamais apporté un bénéfice?

La prohibition dans la consommation et la vente d’alcool n’a jamais permis de faire régresser et encore moins disparaître la consommation d’alcool et tous les dégâts médicaux et sociaux qu’elle entraîne.

Est-ce que la « prohibition » de l’homéopathie et des médecines alternatives est alors la bonne solution pour une médecine respectueuse de l’éthique et de la « science »?

Nombre de médecins semblent le penser.

Pour ma part, je pense que c’est une grave erreur.

Je pense qu’au contraire, il est bénéfique pour le patient que des médecins s’intéressent aux thérapeutiques alternatives.

 

 

 

 

Je pense également que ce mouvement qui dénonce les médecines alternatives tient beaucoup dans le corporatisme médical qui supporte de moins en moins bien la disparition d’une forme de paternalisme qui était le sien, dans un passé encore proche.

Le monde et la société ont changé.

Avec internet, tout un chacun peut lire des articles qui, par le passé, n’étaient accessibles qu’aux médecins.

Les médecins doivent ainsi faire face à une sorte de « contestation de leur hégémonie » et c’est absolument inacceptable pour nombre d’entre eux.

Voir que de jeunes médecins, juste sortis de la faculté, sans expérience du soin que ce qu’ils ont appris à l’hôpital et sur les bancs de la faculté, soient, pour un certain nombre d’entre eux si virulents contre l’homéopathie, ne manque pas de m’interroger. J’y vois une volonté de montrer leur appartenance à la « caste médicale » et un gage à leurs professeurs et à l’enseignement qui leur a été donné.

 

 

 

 

 

Que le laboratoire BOIRON sponsorise un enseignement de l’homéopathie à l’université crée des liens d’intérêt pattant.

Mais s’indigner de cette « manipulation » en faisant semblant d’ignorer l’influence majeure des industries pharmaceutiques dans la formation médicale, ne manque pas de m’étonner.

Le Formindep est plutôt seul à se battre contre l’influence des industriels sur la santé.

Les signataires de la tribune et tous leurs soutiens depuis sa parution, en se focalisant sur l’homéopathie et les médecines alternatives, portent un combat de « niches » .

Par ailleurs ils ne s’intéressent, ni ne s’interrogent que très peu à qui au final bénéficiera leur action?

Les patients? C’est peu probable.

 

 

 

 

 

Je voudrais pour faire suite à mes billets précédents revenir sur l’interview du 15 septembre 2017 sur l’antenne de France Inter, du Pr Agnes BUZYN ministre de la santé :

« J’ai reçu l’association des malades, la semaine dernière, vendredi dernier très exactement, je leur ai dit que nous mettions tout en œuvre pour qu’il y ait des alternatives thérapeutiques et donc déjà depuis toujours il existe une alternative en goutte à laquelle les malades ont accès. Ensuite nous avons fait en sorte et j’ai demandé à l’agence du médicament qu’il fasse en sorte que l’ancien Lévothyrox soit accessible, de façon à ce que ceux qui le réclament puissent le prendre et ce sera disponible dans 15 jours. »

 

Madame la ministre a donc entendu les malades. Mieux vaut tard que jamais! Plus »

Je reviens sur les dernières informations sur le sujet.

Tout d’abord j’ai parcouru le site d’un pharmacien travaillant dans l’industrie pharmaceutique. Il m’a appris pas mal de choses intéressantes.

J’aborderai dans un autre billet, ce que madame la ministre de la santé nous a dit le 15 septembre. .

 

Dans un billet, ce pharmacien nous apprend que le billet de Dominique DUPAGNE est faux, du moins, il se trompe.

 » Donc non, on ne peut pas dire comme il le fait que la bioéquivalence n’est pas démontré.  Au contraire. Et cet argument tombant, tout le reste des affirmations du billet tombe avec lui. »

J’aurai aimé qu’il explicite plus en détail pourquoi, Dominique DUPAGNE a tord. Plus »

Je voudrai compléter les deux précédents billets que j’ai publié sur « l’affaire Lévothyrox ».

 

 

Tout d’abord, revenir sur l’article de mon confrère le Dr Dominique DUPAGNE

En suivant le fil des commentaires sous son article, il apparaît que pour la mise sur le marché d’un nouveau médicament en général et pour ce nouveau Lévothyrox en particulier; il n’y a pas de recherches concernant la véritable biodisponibilité du médicament, la biodisponibilité individuelle.

Ce problème de biodisponibilité est connu depuis longtemps. Plus »

A la lueur des dernières publications et réactions, je publie la réponse que j’ai faite à un confrère, réponse qui approfondit mes réflexions sur le sujet.

 

Vous trouverez ici l’article de blog de ce  confrère.

J’ai écrit ceci :

« Vous rappelez et synthétisez les éléments scientifiques et je ne peux être que d’accord avec vous.

Cependant le problème qui fait tant de buzz est ailleurs et vos dernières copies d’écran de la Voix du Nord en témoignent : écouter les patients. Plus »

Mercredi 26 août 2015, un manifeste de 30 personnalités médicales et scientifiques dénonçait le comportement non éthique du groupe pharmaceutique français SERVIER et demandait aux médecins de reconsidérer leurs partenariats avec ce groupe pharmaceutique.

J’ai lu ce manifeste et analysé les 30 premiers signataires. Plus »

Madame la Ministre de la Santé

Vous annoncez dans un entretien au journal Le Parisien daté du 1er août 2015, un grand débat national sur la vaccination (1).

Vous souhaitez: « que s’engage un débat public sur le sujet. Les modalités restent à fixer, mais il est capital qu’il y ait des échanges et des réponses aux questions des citoyens, dans une complète transparence. Ne rien cacher est la meilleure manière de combattre ceux qui jouent sur des peurs scientifiquement infondées. » Plus »