Mon dernier billet date de bientôt 6 mois.

Fidèle à ma « ligne éditoriale » j’exprimais ma vision, mon sentiment sur l’exercice de la médecine et aussi d’une certaine manière mon indignation du fonctionnement de la société et surtout le manque de tolérance et son corollaire, la violence des propos.

Mais à quoi cela sert-il?

A quoi cela sert d’exprimer ici ma perception du monde qui m’entoure?

Me faire plaisir? Laisser s’exprimer mon ego? Exister? Être utile aux autres?

Force est de constater que rien ne vient infléchir la « marche » de la société.

Des agriculteurs se suicident, qui en parlent? Les autorités, ceux qui ont le pouvoir, font-ils quelque chose pour que leur situation change?

Des enseignants se suicident, qui en parlent? Les autorités, ceux qui ont le pouvoir, font-ils quelque chose pour que leur situation change?

Des personnels de santé se suicident, qui en parlent? Les autorités, ceux qui ont le pouvoir, font-ils quelque chose pour que leur situation change?

Des membres des forces de l’ordre se suicident, qui en parlent? Les autorités, ceux qui ont le pouvoir, font-ils quelque chose pour que leur situation change?

Des anonymes appartenant à toutes les professions se suicident, qui en parlent? Les autorités, ceux qui ont le pouvoir, font-ils quelque chose pour que leur situation change?

 

Notre président Emmanuel Macron vient d’affirmer qu’il n’aimait pas le mot pénibilité « car ça donne le sentiment que le travail serait pénible » »

Comment un président de la république peut il dire une chose pareille?

« Le mot travail vient du latin tripalium, qui était, je vous le donne en mille, un instrument de torture composé de trois pieux !

Historiquement, le travail désigne, en effet, la souffrance, la douleur, en particulier celle que peut endurer une femme lors de l’accouchement. On parle encore d’une salle de travail, d’une femme en travail.

Le mot travail a ensuite évolué vers le sens moderne d’« activité professionnelle rémunérée ». »

 

Aujourd’hui les faits n’ont plus aucune valeur. La valeur des mots est oubliée au profit d’une certaine forme d’instrumentalisation.

Ne compte que la communication et la propagande.

C’est la raison pour laquelle, je m’interroge sur la poursuite de ma « ligne éditoriale ».

En effet, tout le monde peut constater qu’exprimer des faits consultables n’a aucune influence sur la « marche » de notre société.

Si cela était le cas, le dépistage du cancer du sein par mammographie serait abandonné depuis longtemps dans notre pays. Or il n’en est rien. Qui plus est, ce dépistage veut être poursuivi en le parant d’une image innovante.

Si c’était le cas, la vaccination antigrippale serait abandonnée depuis longtemps. Il n’en est rien et chaque année voit la propagande se renouveler avec même des « tentations totalitaires » qui envisagent de la rendre obligatoire pour certains.

Et combien d’autres exemples, je pourrais citer!

 

Ce ne sont que deux exemples tirés du monde de la santé.

L’actualité nous fournit quasiment quotidiennement d’autres exemples, et quasiment dans tous les domaines.

 

Et pourtant rien ne change, ou plutôt tout continue comme avant en s’aggravant même.

 

Et ce n’est pas le procès du Médiator qui vient de s’ouvrir qui me donnera tord. Combien de médicaments sur le marché et donc prescrits et consommés quotidiennement, ne devraient pas l’être? La revue Prescrire l’écrit depuis des dizaines d’années. Combien de médicaments n’apportent pas les bénéfices qui pourtant sont affirmés haut et fort?

 

Donc, à quoi bon pointer du doigt ces dérives de notre société actuelle? Rien ne change.

A quoi bon, tenir un blog qui pointe ces dérives délétères du monde de la santé? Rien ne change. Je dirais même que les choses s’aggravent.

 

Ne vaudrait-il pas mieux que je ne m’exprime plus ou sur ce qui me mets en joie dans cette vie?

Le pur plaisir d’exister.

L’observation des oiseaux dans mon jardin.

Mon chat.

Etc

 

Voilà l’état de mes réflexions.

 

Cette citation de H.L.MENCKEN est très connue et souvent citée.
La problématique de la thérapeutique homéopathique a occupé une partie de l’année 2018, chez les médecins depuis la tribune de 124 médecins dénonçant l’absence de preuves de l’homéopathie.
Je m’en suis fais largement l’écho : ici, ici ou encore ici
La « guerre » a continué pendant toute l’année 2018.
Vous trouverez une dernière synthèse chez un médecin blogueur, connue pour son calme et son recul. Il n’empêche que lui aussi n’échappe pas à ses croyances et ses convictions.
Je ne vais pas faire une rappel exhaustif de cette « guerre entre médecins » mais voudrais attirer votre attention sur un article du Huffingtonpost qui me parait essentiel.

Plus »

Condamnés par l’Inquisition, de Eugenio Lucas Velázquez (1862), Musée du Prado.

 

Il y a quelques billets de cela, j’évoquais la « guerre » que se livrent les médecins pour la suprématie de leur façon de penser et d’exercer.

Plus récemment, je parlais d’un article d’un confrère qui mettait en avant la complexité de la médecine et combien l’arrogance dans son exercice était problématique.

 

 

 

Le conflit entre les médecins qui dénoncent la prescription homéopathique et les médecins homéopathes vient de connaître un nouveau rebondissement.

Vous pouvez lire des points de vue différents, ici, ou encore .

 

Plus »

Je retransmets la lettre qu’un collectif vient d’adresser à la ministre de la santé et au directeur de l’INCA (Institut National du Cancer)

Cette lettre est une lettre d’indignation car l’INCA, autorité d’état, en charge comme son nom l’indique des problématiques liées au cancer, vient de mettre en ligne il y a quelques semaines, un nouveau site d’information sur le dépistage du cancer du sein par mammographie.

La concertation sur le sujet qui a eu lieu en 2015 et la publication du rapport en 2016, a formulé des recommandations. Ce site de l’INCA, bien que nouvellement remanié, reste sur ses errements antérieurs, ignorant totalement les conclusions de la concertation citoyenne.

Le site et sa brochure au lieu d’informer de façon neutre et indépendante les femmes à propos de la mammographie de dépistage, poursuit son marketing en faveur de ce dépistage dans la plus pure tradition du marketing pharmaceutique.

C’est inadmissible de la part d’autorités sanitaires.

Plus »

Une année de plus de passée.

Je souhaiterai, alors que la nouvelle année commence,revenir sur cette année 2017.

Que s’est-il passé en cette année écoulée, qui soit notable dans l’évolution de la santé? Jetons un coup d’œil dans le « rétroviseur ».

 

Dès le début de l’année, les décisions et comportement du Conseil de l’Ordre des Médecins m’interpellait . Toute l’année 2017, me verra m’interroger à plusieurs reprises sur cette institution avec en point d’orgue, la menace du président national de l’Ordre des Médecins, vis à vis des médecins qui oseraient s’interroger sur l’obligation vaccinale.

Plus »

Les nouvelles recommandations pour la prévention, la détection, et l’évaluation de la prise en charge de l’hypertension artérielle viennent d’être mises à jour.

Elles ont été publiées par « the American College of Cardiology/American Heart Association Task Force on Clinical Practice Guidelines ».

Ce sont donc les recommandations de sociétés savantes américaines qui font autorité sur le sujet.

Un médecin blogueur en a fait un article :

Moins c’est plus, une nouvelle définition de l’hypertension artérielle

Plus »

Je viens de découvrir grâce à ma liste tweeter  un article de blog du BMJ ( British Medical Journal).

Cet article, écrit par une ingénieure informatique,  a pour sujet l’obligation qu’ont les femmes uruguayennes à se soumettre à une mammographie de dépistage tous les 2 ans à partir de 40 ans. C’est le seul pays au monde à avoir rendu obligatoire, le dépistage du cancer du sein par mammographie.

Mais cet article, dont on pourrait croire qu’il ne s’intéresse qu’au dépistage du cancer du sein par mammographie, va en fait beaucoup plus loin.

Plus »

C’est hier soir que l’article 34 qui rend obligatoire à compter du premier janvier 2018, 11 vaccins au lieu de 3; a été votée.

Un article du journal Le Monde nous relate ce vote.

63 députés ont voté pour, 3 ont voté contre et 9 se sont abstenus.

Au total, ils étaient 75 députés en séance pour voter l’extension de l’obligation vaccinale.

75 députés sur 577 que comptent l’assemblée nationale.

13% des députés ont participé à un vote d’une loi qui rend obligatoire pour tous les enfants français nés à compter du 1er janvier 2018, 11 vaccins.

Où étaient les 502 autres députés?

Où étaient 87% des députés?

Plus »

Nous avons décidé de nous regrouper entre médecins généralistes blogueurs pour adresser cette lettre en commun.

Vous pouvez vous aussi relayer cette lettre au député de votre circonscription. Vous pouvez la télécharger au format PDF en cliquant sur le lien suivant que vous trouverez ici.

Médecins généralistes  concernés par le projet d’obligation vaccinale pour les nourrissons.

16 octobre 2017

A Mesdames et Messieurs les députés

Copie à : Monsieur le premier Ministre

Copie à la Ministre des solidarités et de la santé

Copie aux présidents de groupes parlementaires

Copie au Président de la République française M. Macron

Lettre ouverte aux députés contre le projet d’extension de l’obligation de vaccination des nourrissons

Mesdames et Messieurs les député(e)s :

Nous, médecins généralistes, vous demandons de ne pas voter l’article 34 du PLFSS 2018 élargissant les obligations vaccinales à huit vaccins supplémentaires chez les nourrissons de moins de 2 ans à compter du premier janvier 2018 pour une durée indéfinie. Nous estimons que cette obligation groupée est injustifiée, contraire aux données de la science, aux droits des patients et aux principes du Droit en démocratie. Plus »

Lors de son interview du 26 septembre au micro de Jean-Jacques BOURDIN, madame la ministre de la santé a parlé, en fin d’émission de l’obligation vaccinale à venir.

Le CNOM, dans un communiqué du 28 septembre, « …se félicite de l’extension prochaine de l’obligation vaccinale à 11 vaccins… »

 

La ministre de la santé

 

Je suis atterré par les propos tenus par la ministre de la santé au sujet de la rougeole et de sa vaccination. Elle est ministre de la santé, qui plus est médecin et elle affirme des éléments qui montrent une méconnaissance totale du sujet. Vous me direz que ce qu’elle dit est aussi exprimé par un certain nombre de confrères ce qui fait que des mensonges répétés deviennent des vérités.

Que dit-elle?

« C’est un enjeu planétaire, les épidémies, ce n’est pas un enjeu français…. dans notre pays reviennent des épidémies qui ont disparu ailleurs dans le monde. Vous vous rendez compte, en Amérique latine ils ont éradiqué la rougeole et nous nous avons eu 10 enfants qui sont morts de la rougeole ces 10 dernières années. En Amérique latine, grâce à la vaccination, il n’y a plus de rougeole. En France grâce à la vaccination, il n’y a plus de variole et dans le monde, grâce à la vaccination il n’y a plus de variole. Il faut éradiquer les maladies. » Plus »