Il y a quelques jours, j’ai rendu compte d’un appel de 15 médecins et pharmaciens indépendants qui demandent un moratoire sur la vaccin antiHPV.

Cet appel à été relayé par madame BOY-LANDRY, journaliste à Paris Match.

Sur le site du même journal, vient de sortir un papier du Dr GORNY. Ce dernier, s’indigne en des termes violents  contre les « 15 » qui se sont exprimés mais aussi contre tous ceux qui critiquent le vaccin antiHPV.

Un des signataires, le Dr Amine UMLIL, est scandalisé par la violence de cet article et a écrit à la direction de Paris Match.

 

 

La réaction du Dr GORNY sur Paris Match présentant « l’appel des 15 » comme émanant d’antivaccins  a de quoi surprendre.

En effet, sur France Inter, le Docteur Dominique DUPAGNE disait ceci :

« Précisons d’emblée qu’il ne s’agit pas d’antivaccinaux. Ce sont en majorité des médecins généralistes connus pour leur rigueur et leur indépendance. Ils sont universitaires ou blogueurs scientifiques. Certains sont membres du FORMINDEP. « 

Le site de France Info relaie lui aussi la vidéo du magazine de la santé sur France 5 où les journalistes présentent les signataires de l’appel ainsi :

« Ce qui est intéressant, c’est que ce droit de réponse n’a pas été rédigé par les médecins que l’on connaît bien pour leur position anti-vaccins, comme Henri Joyeux ou Luc Montagnier. »

Comment se fait-il alors que le Dr GORNY traite les signataires d’anti-vaccins notoires?

Est-ce pour discréditer en un seul qualificatif le travail de ces médecins et pharmaciens indépendants, publié dans leur appel?

 

 

Cet article et la violence des propos vis à vis de ceux qui critiquent le vaccin anti-HPV est symptomatique de l’impossibilité, dans notre pays, d’ouvrir un débat sur les vaccins.

Les signataires de « l’appel des 15 » veulent en publiant ce texte, ouvrir une voie de discussion entre ceux qui sont favorables à tous les vaccins et ceux qui y sont opposés, une voie médiane qui peine à exister aujourd’hui; favorable à certains vaccins, défavorables à d’autres.

Ils veulent mener une réflexion scientifique digne de ce nom, où les avis divergents peuvent échanger sans s’insulter.

Mais en est-on capable, aujourd’hui en France?

Le papier du Dr GORNY montre à quel point cela est difficile.

 

 

Cet article interroge aussi sur les motivations des propos du Dr GORNY dans cet article.

Il est ainsi notable, que différents propos du Dr GORNY font partie des arguments que l’on trouve chez les fabricants du vaccin dont le laboratoire MERCK.

Par ailleurs, le Dr GORNY est collaborateur de la page santé de Paris Match, comme il l’indique. A la lumière de cette information, et après la lecture de son article très virulent, je ne peux pas m’empêcher de m’interroger sur le lien qui peut exister entre ses propos très virulents et la disparition de l’article du 11/01/2019 de madame BOY-LANDRY, article très critique sur le vaccin antiHPV.

A ce propos, dans cet article, il est fait référence au Dr SPINOSA ( et non pas SPINOZA comme l’écrit le Dr GORNY!) . Pourquoi tous ceux qui portent un questionnement sur le vaccin antiHPV, sont ils ainsi la cible du Dr GORNY?

 

 

Enfin, il écrit, en conclusion de son article une sorte de « profession de foi »:

 » j’affirme n’avoir aucune relation d’intérêt avec les institutions, corporations et organismes de santé que je cite dans cet article. Pour étayer mon propos et les besoins de mon enquête, j’ai échangé avec différentes parties prenantes afin d’assurer l’exhaustivité de mon analyse.

En tant que chirurgien et collaborateur à la Page Santé du journal «Paris Match», créée il y a 34 ans, respectée et connue pour son intégrité, j’ai par contre un lien profond avec la vérité scientifique et une détestation prononcée pour son contraire. »

Quand au premier paragraphe, le Dr GORNY indique avoir « échangé avec différentes parties prenantes ». Est-ce vraiment le cas pour les « 15 » ? Y-a-t-il vraiment exhaustivité dans son analyse comme il l’affirme?

«  j’ai par contre un lien profond avec la vérité scientifique et une détestation prononcée pour son contraire. » Est-ce sa « détestation » qui lui fait dire que les « 15 » sont des antivax en opposition totale avec d’autres analyses de journalistes médias?

Qu’est-ce que « la vérité scientifique », existe-t-elle d’ailleurs ?

POPPER écrivait : « La science n’est pas un système d’énoncés certains ou bien établis, non plus qu’un système progressant régulièrement vers un état final. Notre science n’est pas une connaissance – épistêmê – : elle ne peut jamais prétendre avoir atteint la vérité ni même l’un de ses substituts, telle la probabilité. »

Qu’en pensez vous Dr GORNY?

 

 

Une commentatrice a cité, sur le blog d’un confrère,  une étude scientifique qui m’a interpellé.

Je la remercie pour sa veille scientifique.

 

Je suis allé lire cet article.

Il est publié dans une revue d’immunologie, revue très spécialisée. Cet article pose le problème de réactions croisées entre les gènes des virus utilisés dans certaines vaccinations et les gènes humains.

Le titre de cet article est le suivant :

From HBV to HPV: Designing vaccines for extensive and intensive vaccination campaigns worldwide.

Ce qui signifie : « Du HBV (virus de l’hépatite B) au HPV ( Papilloma virus humain) : conception de vaccins pour des campagnes de vaccination  intensives et à grande échelle dans le monde entier. » Plus »

Je voudrai compléter les deux précédents billets que j’ai publié sur « l’affaire Lévothyrox ».

 

 

Tout d’abord, revenir sur l’article de mon confrère le Dr Dominique DUPAGNE

En suivant le fil des commentaires sous son article, il apparaît que pour la mise sur le marché d’un nouveau médicament en général et pour ce nouveau Lévothyrox en particulier; il n’y a pas de recherches concernant la véritable biodisponibilité du médicament, la biodisponibilité individuelle.

Ce problème de biodisponibilité est connu depuis longtemps. Plus »

Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, je me sens étranger dans mon propre monde.

Cela ne veut pas dire que je serais sans doute mieux ailleurs, cela veut dire que je ne me reconnais pas dans les « gens » que je côtoie et dans le fonctionnement de notre société. Plus »

Cette notion de risque relatif et de risque absolu ne vous dit sans doute rien de prime abord.

Et pourtant vous y êtes confrontés en permanence.

Dès que l’on vous cite un pourcentage de bénéfice ou de risque, il ne vous est jamais précisé s’il s’agit de risque absolu ou de risque relatif.

En fait il s’agit toujours de risque relatif car celui-ci est « plus vendeur ».

Pour être plus compréhensible, je vais tâcher de vous expliquer la différence avec deux exemples. En effet, faire la différence est capital pour avoir une vision la plus « fiable » possible de la réalité. Plus »