A été publié dans le journal Le MONDE daté du 7 mars 2018, un article remarquable sur le vaccin contre la dengue que SANOFI a commercialisé depuis 2015, en Asie et au Mexique.

Cet article est un éclairage rare, du comportement de l’industriel pharmaceutique SANOFI et de ses relations avec le monde politique et les autorités chargées de la santé. Mais compte tenu de ce qui est déjà connu des comportements de l’industrie pharmaceutique dans son ensemble, il n’est pas illusoire de pouvoir généraliser ce qui s’est passé chez SANOFI, à l’ensemble de l’industrie pharmaceutique.

 

Cet article commence par rapporter une manifestation aux Philippines où l’on peut lire : « Les enfants philippins ne sont pas des cobayes ».

C’est pourtant la façon dont SANOFI, avec son vaccin appelé « DENGVAXIA », s’est comporté avec les enfants aux PHILIPPINES. L’industriel a réalisé une expérimentation en grandeur réelle dans ce pays.

Comment se fait-il que cela ait pu avoir lieu?

Dès lors qu’un vaccin est commercialisé, il doit normalement répondre à un cahier des charges qui en fait un produit utile et sans danger pour celui à qui il est administré.

L’exemple de ce qui s’est passé avec ce vaccin n’est-il pas l’arbre qui cache la foret des pratiques « délictueuses » de l’industrie pharmaceutique?

N’y-a-t-il pas, par cet exemple, une mise en lumière de pratiques opaques de l’industrie pharmaceutique?

 

 

C’est fin 2017, que nous avions appris que la commercialisation de ce nouveau vaccin de SANOFI était arrêtée. D’après mon souvenir, les médias se sont faits, à l’époque, l’écho de cette information mais sans y insister outre mesure.

Or l’information de l’arrêt de la commercialisation d’un vaccin appelé à se généraliser, est un fait rare, dans une industrie réputée pour son marketing, son opacité, et ses liens étroits avec les autorités sanitaires publiques. Cette information peu médiatisée a malgré tout donné lieu à quelques publications dans des journaux médicaux prestigieux.

Pourquoi cette information est-elle si importante à mes yeux et a une portée capitale?

Car elle démontre que l’industrie pharmaceutique n’a comme objectif que le développement de son chiffre d’affaire et cela même si la vie des personnes et même des enfants, est en jeu.

Que les autorités sanitaires ne jouent en rien le rôle de filtre pour protéger les citoyens.

Au contraire même, car la proximité avec l’industrie pharmaceutique, des dirigeants nationaux, des élites et des autorités sanitaires; favorise les bénéfices de cette industrie au détriment de la santé des populations.

 

 

Quelles sont donc ces informations mises en lumière dans le journal Le Monde?

Dès le départ, vers 2009, SANOFI a été alerté de la survenue de possibles problèmes avec son nouveau vaccin : « Mais des chercheurs s’inquiètent déjà. « Lorsque Sanofi a lancé les essais cliniques chez l’homme, nous l’avons alerté sur différents risques potentiels, comme celui d’une interférence possible entre les différentes souches de dengue, mais surtout celui d’une réaction immunitaire spécifique qui permet au virus d’entrer encore plus facilement dans les cellules cibles après une première exposition », rappelle Frédéric Tangy, chef de l’unité de génomique virale et vaccination à l’Institut Pasteur. »

En d’autres termes, SANOFI n’est pas sans savoir, dès les premières phases de tests, que son futur vaccin interroge. Ce sont ces craintes émises dès le départ qui viennent d’être confirmées en situation réelle.

SANOFI nie alors le problème en ces termes : »« Les chercheurs de Sanofi nous répondaient qu’il s’agissait là d’un risque théorique, d’une connerie de laboratoire. Ils n’y croyaient pas », poursuit Frédéric Tangy, »

Non content de nier ces possibles risques, SANOFI poursuit le développement du vaccin, comme si de rien n’était et se lance très tôt (mai 2009) dans la construction de l’usine à le produire.  Je rappelle que le vaccin n’est alors, qu’en phase de test à petite échelle.

A cette époque (2009) la seconde phase de tests cliniques vient d’être lancée et les résultats ne sont attendus qu’en 2012.

« « Si l’on avait attendu d’être certain d’avoir un vaccin avant de construire une unité de production, cela aurait trop retardé les choses. Il faut cinq à sept ans pour construire une unité comme celle-ci », commente Vincent Hingot, directeur de la production chez Sanofi-Pasteur, la branche vaccin de Sanofi »

 

 

C’est donc le profit à venir, et cela le plus rapidement possible, qui motive toute l’entreprise avant même de savoir si son vaccin est vraiment efficace.

Les résultats des tests sont publiés en septembre 2012, ils sont très décevants quand à l’efficacité du vaccin mais aucun danger n’est mis en évidence, « « Le vaccin était moins performant que nous le souhaitions, mais il n’était pas dangereux pour autant », modère un des chercheurs impliqués dans le développement du vaccin ».

Pas dangereux?

Mais, pour affirmer cela, est-ce que les tests ont été pensés pour mettre en évidence la dangerosité du vaccin et pas seulement son efficacité?

Sur cette interrogation nous avons une indication  : « Par conséquent, l’efficacité et la sécurité du vaccin pour les enfants séronégatifs ne sont basées que sur 2 % des participants », admettent les chercheurs du laboratoire dans une publication de 2015. « Une population insuffisante pour détecter des effets indésirables de façon significative. »

 

 

« En 2011, Sanofi lance la troisième phase des essais cliniques, la dernière avant la commercialisation. Elle est conçue sans attendre les résultats de l’essai thaïlandais. Sanofi assure que ce choix a été fait en concertation avec la communauté scientifique, l’OMS et les autorités de santé concernées. »

Que l’on lance une dernière phase avant d’attendre les résultats de la phase précédente, montre l’impatience de SANOFI à commercialiser son vaccin. Et cela au mépris des règles scientifiques de bon sens.

 

 

C’est à partir de ce moment que l’on voit apparaître les rôles et responsabilités des autorités sanitaires et de l’OMS présenté souvent comme le garant de la santé mondiale des populations. A la lumière de cette information l’on peut raisonnablement se demander l’intérêt de l’OMS à vouloir garantir la sortie rapide de ce vaccin.

Je rappelle que si la dengue a un impact très fort sur les populations de certaines parties du monde, ce n’est pas très différent de l’impact qu’à la grippe chez nous. Impact qui est géré depuis de nombreuses années et sans augmentation notable. Pourquoi donc participer à cette urgence?

 

 

Les résultats tombent ensuite, les uns à la suite des autres :

« En septembre 2015, les premières données de suivi sur trois ans sont rendues publiques. Dans
l’essai mené en Asie, le groupe des 2 à 5 ans montre un risque d’hospitalisation pour dengue sévère 7,45 fois plus élevé chez les vaccinés que chez les non-vaccinés. »

Comme l’écrit une spécialiste :

« « la preuve indiscutable que les choses pourraient ne pas du tout se passer comme prévu. Ceci aurait peut-être pu être évité s’ils avaient attendu les résultats de la phase 2 avant de lancer la phase 3 ».

Que croyez vous qu’il se passe?

SANOFI ne modifie pas son calendrier de sortie de son vaccin, il met uniquement une restriction à son vaccin avant l’âge de 9 ans.

Pourtant des voix s’élèvent à nouveau :

« « Le fait qu’ils aient établi un âge limite pour justifier le lancement du vaccin était aussi problématique que les incertitudes sur l’origine de ce qui se passait », poursuit Isabel Rodriguez-Barraquer. »

 

 

Le vaccin est commercialisé dans un premier, pays, au MEXIQUE en décembre 2015.

Que les études préalables aient montrées que c’est dans ce pays que l’efficacité du vaccin soit la plus faible (30%) n’y change rien.

Mais pourquoi ce pays qui semble, pour quelqu’un de bon sens, le plus mauvais choix, est-il choisi pour inaugurer la commercialisation de ce vaccin?

Les journalistes auteures de cet article apportent une hypothèse :

« « Mais les dés étaient déjà jetés », estime Hugo López-Gatell, de l’Institut national de santé publique. Le Mexique s’était engagé dès avril 2014, lors d’une visite du président François Hollande, à soutenir l’introduction du vaccin. Une déclaration d’intention confidentielle, à laquelle Le Monde a eu accès, révèle que cet engagement a été renouvelé en juillet 2015. »

Et voilà donc l’entrée dans le jeu de SANOFI des autorités françaises. Et non des moindres.

Ainsi Marisol TOURAINE alors ministre de la santé, en visite de la nouvelle usine de SANOFI,  disait à cette époque, tout le bien qu’elle pensait de ce nouveau vaccin.

 

 

Cette information confirme les intérêts financiers en jeu, et met en lumière les liens d’intérêt avec SANOFI de nos dirigeants et des autorités . Là non plus, aucune place pour l’intérêt des citoyens de tous les âges.

« « Les messages envoyés par nos responsables politiques à nos agences de régulation censées
évaluer de manière indépendante les médicaments étaient clairs et forts », remarque Mauricio
Hernández-Ávila, à l’époque directeur de l’Institut national de santé publique du Mexique. »

 

 

Tout se poursuit suivant le plan de commercialisation élaboré par SANOFI :

« Après le Mexique, c’est au tour des Philippines d’approuver le Dengvaxia, le 22 décembre 2015. »

« Le Brésil est le troisième pays à autoriser le Dengvaxia, en décembre 2015. « Ce vaccin n’est
pas très bon et nous ne l’aurions pas autorisé si nous avions eu une alternative », raconte un
ancien dirigeant de l’agence de santé brésilienne. »

Pas très bon ce vaccin et pourquoi pas d’alternative?

Y avait-il une nécessité impérieuse à utiliser ce vaccin? Est-ce parce qu’il était le premier contre la dengue et qu’il n’en existait pas d’autres?

 

 

Tout se passe donc pour le mieux pour SANOFI .

La commercialisation de ce vaccin promis à plus d’1 milliards d’euros de bénéfice par an, poursuit sa route.

« Au même moment démarrait la première vaccination de masse aux Philippines chez 830 000 enfants. »

 

 

Mais comme je l’ai évoqué, beaucoup s’interrogent :

« « Je n’ai pas compris comment les choses ont pu aller si vite après les résultats des essais cliniques de phase 3, s’interroge encore aujourd’hui Scott Halstead, spécialiste américain de la dengue. Et j’ai été choqué également par le feu vert donné par l’OMS en avril 2016. » »

Je rappelle que la première inquiétude et alerte remontent à 2009!

 

 

Cette « belle histoire » peuplée de milliards s’arrête brutalement le 29 novembre 2017 par le communiqué de SANOFI où les responsables nous expliquent :

« « Ces nouvelles informations viennent d’une réanalyse du suivi à long terme des participants aux essais cliniques, cinq à six ans après leur vaccination », indique Su-Peing Ng. Dans la foulée, les Philippines suspendent leur campagne de vaccination. »

2 ans de commercialisation pour des effets suspectés puis confirmés dès septembre 2015  mais ignorés  par l’industriel et les autorités.

Combien de morts pourrait-on dire en plagiant le sous-titre du livre qui a lancé chez nous l’affaire Médator?

 

 

Pour terminer, une question est également posée:

Pourquoi les territoires d’Outre-Mer français où sévissent des épidémies de dengue, n’ont-ils pas bénéficié dès fin 2015 du vaccins DENGVAXIA, pourtant produit par une firme française?

Les philippins s’interrogent aussi sur ce sujet :

« Si la France, pays fabricant du Dengvaxia, n’en veut pas pour sa propre population, c’est bien qu’il y a un problème avec ce vaccin et que Sanofi nous prend pour ses cobayes ! » L’accusation revient en boucle dans les médias et sur les réseaux sociaux philippins. »

Cette question est très pertinente.

Dès fin 2016, le Haut Comité de Santé Public, ne recommandait pas ce vaccin dans les territoires français d’outre-mer.

Cette décision ne manque pas de surprendre quand on sait la propension de cet organisme à recommander tous les vaccins qui sont disponibles sur le marché.

Mais justement ce vaccin n’a jamais obtenu son autorisation de mise sur le marché, tant en Europe qu’aux USA, malgré une demande faite dès 2015. Ce fait, lui aussi ne manque pas, lui non plus d’interrogations.

 

 

Enfin que penser, à la lumière de ce cas,  des affirmations de la ministre de la santé, des autorités sanitaires et de nombres de médecins, affirmant que les vaccins sont sûr et sans danger? En effet, cette histoire nous montre que les fabricants ne cherchent pas à tester les effets délétères des nouveaux vaccins mais seulement leur efficacité.

 

 

PS : Je voudrais dire un grand merci aux deux journalistes, Lise BARNEOUD et Chloé HECKETSWEILER qui ont menées l’enquête et qui l’ont publiée dans les pages du journal Le Monde. Elles font honneur à leur profession si souvent décriée.

De plus leur travail redore le blason de pages santé de ce journal  où une rubrique nommée pompeusement « Les décodeurs, venons en au fait » a produit des articles sur la vaccination et les vaccins d’une rare médiocrité.

PS 2 : vous pouvez lire l’article intégral en le téléchargeant ici.

 

Les médias font leur Une sur l’épidémie de rougeole qui sévit actuellement dans le sud-ouest de la France.

Mais s’agit-il vraiment d’une épidémie? Je vous engage à lire le court  billet de ce confrère sur ce questionnement.

Mais pour rester factuel l’INVS nous apprend qu’en 2017, il y a eu 519 cas de rougeole déclarés sur le territoire national. Est-ce que cela en fait une épidémie ou n’est-ce pas plutôt des cas sporadiques qui correspondent à la circulation d’un virus?

Il est intéressant de noter que dans ce document publié sur le site de l’INVS, qui affirme l’actualisation des données au 12/02/2018, il n’est pas possible de savoir le nombre de cas déclarés en 2018. Une partie de l’information manquante nous est fournie par le journal Sud Ouest (269 cas pour 209 cas en Gironde) au 13/02/2018. Pour mémoire, la Gironde compte une population de plus de 1.5 millions d’habitants ce qui fait si mes calculs sont exacts 0.014% de sa population touchée par la rougeole. Épidémie vraiment?

 

La ministre de la santé après avoir imposé l’obligation vaccinale pour les nouveaux nées, recommandent maintenant à tous les adultes qui ignorent leur statut vaccinal vis à vis de la rougeole ( et qui sont trop vieux pour avoir été vaccinés dans leur enfance)  de se faire revacciner.
Mes confrères se font les porte-paroles des recommandations des autorités sanitaires et incitent leurs patients à se faire revacciner contre la rougeole.

J’ai sur le sujet plusieurs questions dont j’aimerai avoir des réponses.

 

 

 

1) La vaccination contre la rougeole est un traitement préventif reconnu pour éviter la survenue d’une rougeole.
En est-il de même quand une épidémie est en cours?
En d’autres terme, vacciner en cours d’épidémie de rougeole, a-t-il la même efficacité que quand il n’y a pas de cas de rougeole?
La vaccination de la rougeole est-elle en capacité d’interrompre une épidémie en cours?

 

 

 

2) Une étude de l’INVS de 2013 nous apprends que 99.5% des adultes de plus de 40 ans ont des anticorps protecteurs contre la rougeole (tableau 3 page 530). Or la vaccination contre la rougeole n’existait pas dans leur enfance.

Qu’attend-on comme bénéfice en recommandant la vaccination de ces même personnes?
En d’autres terme que nous dit la science sur l’intérêt de vacciner les adultes de plus de 40 ans sachant que 99.5% d’entre eux sont protégés contre cette maladie?

 

 

 

3) La vaccination contre la rougeole est une vaccination avec un vaccin contenant un virus vivant atténué.
Il est reconnu que après vaccination contre la rougeole il se produit une période de plusieurs semaines où il existe une diminution des défenses immunitaires chez le sujet vacciné. Cela est vrai pour toutes les vaccinations mais surtout pour celles avec un virus vivant.

Pour une information complète sur le sujet, lire l’article de CMT sur le blog de Docteurdu16.

J’aurai aimé pouvoir citer un article aussi bien documenté  émanant de nos autorités sanitaires mais il n’existe pas.

Pour les anglophone, l’étude la plus complète sur le sujet se trouve ici.

Quel est l’intérêt de provoquer une baisse de l’immunité du fait de la vaccination dans toute une population où circule un vaccin sauvage très contagieux et très virulent?
En d’autres terme, y-a-t-il un bénéfice réel à vacciner plutôt qu’à ne pas le faire?

 

Voilà mes interrogations.

Je souhaiterai avoir des réponses en particulier de nos autorités sanitaires.

Une commentatrice a cité, sur le blog d’un confrère,  une étude scientifique qui m’a interpellé.

Je la remercie pour sa veille scientifique.

 

Je suis allé lire cet article.

Il est publié dans une revue d’immunologie, revue très spécialisée. Cet article pose le problème de réactions croisées entre les gènes des virus utilisés dans certaines vaccinations et les gènes humains.

Le titre de cet article est le suivant :

From HBV to HPV: Designing vaccines for extensive and intensive vaccination campaigns worldwide.

Ce qui signifie : « Du HBV (virus de l’hépatite B) au HPV ( Papilloma virus humain) : conception de vaccins pour des campagnes de vaccination  intensives et à grande échelle dans le monde entier. » Plus »

Le Lévothyrox ancienne formule est annoncé pour le 2 octobre dans toutes les pharmacies. D’autres formes seront aussi disponibles dès octobre.

Est-ce la fin de « l’affaire Lévothyrox »?

Rien n’est moins sûr.

En tout cas, l’actualité médicale sur le sujet n’est plus aussi « active » que les jours derniers. C’est maintenant le temps de la justice qui va s’ouvrir. Et l’on sait que le temps judiciaire n’a rien à voir avec le temps médiatique. Ainsi bien que révélée en 2007 par le Dr Irène FRACHON, l’affaire Médiator, ne se trouvera devant la justice qu’au mieux l’année prochaine.

Mais là n’est pas mon propos. Plus »

Je voudrais pour faire suite à mes billets précédents revenir sur l’interview du 15 septembre 2017 sur l’antenne de France Inter, du Pr Agnes BUZYN ministre de la santé :

« J’ai reçu l’association des malades, la semaine dernière, vendredi dernier très exactement, je leur ai dit que nous mettions tout en œuvre pour qu’il y ait des alternatives thérapeutiques et donc déjà depuis toujours il existe une alternative en goutte à laquelle les malades ont accès. Ensuite nous avons fait en sorte et j’ai demandé à l’agence du médicament qu’il fasse en sorte que l’ancien Lévothyrox soit accessible, de façon à ce que ceux qui le réclament puissent le prendre et ce sera disponible dans 15 jours. »

 

Madame la ministre a donc entendu les malades. Mieux vaut tard que jamais! Plus »

Je voudrai compléter les deux précédents billets que j’ai publié sur « l’affaire Lévothyrox ».

 

 

Tout d’abord, revenir sur l’article de mon confrère le Dr Dominique DUPAGNE

En suivant le fil des commentaires sous son article, il apparaît que pour la mise sur le marché d’un nouveau médicament en général et pour ce nouveau Lévothyrox en particulier; il n’y a pas de recherches concernant la véritable biodisponibilité du médicament, la biodisponibilité individuelle.

Ce problème de biodisponibilité est connu depuis longtemps. Plus »

A la lueur des dernières publications et réactions, je publie la réponse que j’ai faite à un confrère, réponse qui approfondit mes réflexions sur le sujet.

 

Vous trouverez ici l’article de blog de ce  confrère.

J’ai écrit ceci :

« Vous rappelez et synthétisez les éléments scientifiques et je ne peux être que d’accord avec vous.

Cependant le problème qui fait tant de buzz est ailleurs et vos dernières copies d’écran de la Voix du Nord en témoignent : écouter les patients. Plus »

Il a beaucoup été écrit sur la « problématique » actuelle du Lévothyrox.

Je ne reviendrai donc pas sur ce qu’un certain nombre de mes confrères ont écrit, car sur ce sujet, et d’un point de vue « scientifique », je n’ai rien à rajouter de pertinent.

Je voudrais juste revenir sur ce qu’a dit la ministre de la santé dans son point de presse du 6 septembre 2017, sur le sujet. Plus »

Je viens de lire un article que je considère comme particulièrement important. Vous n’en avez sans doute pas entendu parlé car beaucoup vont le considérer comme « anecdotique ».

C’est en effet, le récit d’une « anecdote » médicale. Mais il faut aller plus loin que la simple « curiosité » que relate cet article. Plus »

Je suis triste à propos de la mort de ce nourrisson de 10 jours suite à l’ingestion de gouttes d’Uvéstérol.

Je suis triste en pensant à ses deux parents qui sont dans la douleur et la souffrance peu de temps après la joie de la naissance. Mes pensées les accompagnent dans cette épreuve redoutable.

 

Je suis en colère car ce bébé n’aurait jamais du mourir.

Il est mort parce que ses parents ont fait confiance au médecin ou à la sage-femme qui ont prescrit ce médicament.

Je suis en colère car ces professionnels de santé n’auraient jamais dû prescrire à ce bébé de l’Uvestérol.

Le danger et les risques étaient connus depuis plus de 10 ans. Il y avait une surveillance renforcée de ce médicament car les signaux de pharmacovigilance étaient sans contestation.

De plus, il y a d’autres spécialités pour la même indication qui n’ont jamais montré le moindre problème. Pourquoi alors continuer à prescrire Uvéstérol jusqu’à ce drame ? Plus »