Un des sujets qui agite la toile est la prochaine décision de la ministre de santé sur l’obligation vaccinale.

 

Nous savons que l’ancienne ministre était pour.

Nous savons aussi que la concertation citoyenne sur le sujet, lancée par Marisol TOURAINE avait abouti à la recommandation de faire passer l’obligation vaccinale de 3 vaccins à 11. Il semble malgré tout, que le Pr FISCHER, président de cette concertation,  ait plus réduit la conclusion qu’il a formulé, à son propre avis qu’à ceux qui en sont ressortis de cette concertation.

Nous croyons savoir que la nouvelle ministre de la santé le Pr Agnès BUSYN penche elle aussi pour l’obligation, mais la décision n’est pas encore prise et communiquée.

 

Sur la toile certains médecins « critiques » ont récemment exprimé ce qu’ils pensaient sur le sujet.

 

Je vous encourage à lire ce qu’a écrit ma consœur le Dr Claudina MICHAL-TEITELBAUM sur le blog du Docteurdu16. C’est une analyse remarquable et référencée.

Mon confrère Dominique DUPAGNE, blogueur et chroniqueur sur France Inter s’est lui aussi exprimé pour dire à quel point rendre obligatoire 11 vaccins est une « fausse bonne idée ».

D’autres se sont également exprimés : Luc PERINO et Sylvain FEVRE.

Ne pouvant ainsi laisser la ministre de la santé seule devant cette « levée de boucliers » contre l’obligation, avec le risque d’obtenir gain de cause, 200 « grands médecins » viennent dans une tribune sur le journal Le Monde, apporter leurs soutiens à notre nouvelle ministre de la santé pour imposer l’obligation.

 

Je ne vais pas dans ce billet reprendre ce qui a été écrit dans ces publications mais apporter mon éclairage sur la forme : l’obligation vaccinale.

 

Obliger, c’est contraindre.

Utiliser la loi pour rendre obligatoire 11 vaccins c’est contraindre.

Pourquoi contraindre? En quoi est-ce important de contraindre? Comme l’a démontré le Dr Sylvain FEVRE, pas pour épargner des vies comme cela nous est pourtant indiqué.

Alors pourquoi?

 

En médecine, la règle qui devrait être celle de tout médecin est la réflexion.

Réfléchir à ce qui est favorable dans la balance bénéfice/risque.

Pour cela, il faut s’appuyer sur ce que la « science » nous dit. Sur ce que les études cliniques nous apprennent.

Point de loi et d’obligation nécessaire ici.

 

Or dans le débat qui nous occupe, les partisans de l’obligation nous disent clairement que nous devons obéir et non réfléchir.

Comment cela est-ce possible, aujourd’hui au 21ème siècle où grâce à internet, tout un chacun peut avoir accès à l’information pour se faire sa propre idée et décider pour lui-même.

L’obligation est quelque chose d’archaïque.

Est-ce une méthode digne d’une démocratie comme la notre ou n’est-ce pas ce que pratiquent d’autres régimes politiques?

 

Il m’apparaît donc que tous les promoteurs de l’obligation sont ceux qui « vénèrent » l’obéissance en opposition à ce qui fait la particularité de l’humain : la réflexion.

Obéir pour éviter de réfléchir.

Obéir par soumission à l’autorité. Ici à l’autorité médicale des « grands professeurs » et médecins hospitaliers comme la tribune du journal Le Monde nous y invite.

Ne pas penser, ne pas réfléchir, d’autres le font pour vous.

Est-ce ainsi que les promoteurs de l’obligation voient l’exercice de la médecine?

Peut-être.

Pour moi dont une des valeurs principales est la liberté, ce type d’attitude est donc intolérable, surtout dans un domaine comme la santé.

 

L’avenir nous dira dans quel « camp » penchera la balance de la décision ministérielle. Le patient au centre de la prise de décision pour sa santé comme les autorités ont plaisir à l’exprimer ou l’avis d’autorité du « mandarinat » médical.

 

Je suis triste à propos de la mort de ce nourrisson de 10 jours suite à l’ingestion de gouttes d’Uvéstérol.

Je suis triste en pensant à ses deux parents qui sont dans la douleur et la souffrance peu de temps après la joie de la naissance. Mes pensées les accompagnent dans cette épreuve redoutable.

 

Je suis en colère car ce bébé n’aurait jamais du mourir.

Il est mort parce que ses parents ont fait confiance au médecin ou à la sage-femme qui ont prescrit ce médicament.

Je suis en colère car ces professionnels de santé n’auraient jamais dû prescrire à ce bébé de l’Uvestérol.

Le danger et les risques étaient connus depuis plus de 10 ans. Il y avait une surveillance renforcée de ce médicament car les signaux de pharmacovigilance étaient sans contestation.

De plus, il y a d’autres spécialités pour la même indication qui n’ont jamais montré le moindre problème. Pourquoi alors continuer à prescrire Uvéstérol jusqu’à ce drame ? Plus »