Aujourd’hui les intérêts financiers font la loi dans notre société.

Le monde de la santé n’échappe pas à cette « règle ».

Il y a peu, un groupe important de personnes qui font autorité dans le monde de la santé, ont lancé un appel pour une vaccination universelle par le vaccin anti-HPV (Gardasil), des jeunes filles françaises mais aussi des jeunes garçons .

Un petit collectif de médecins et de pharmaciens indépendants et sans liens d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique, vient d’exprimer son indignation devant cet « appel des 50 ».

Vous pouvez découvrir leur argumentation en suivant ce lien.

L’ « appel des 50 » n’est rien d’autre que du lobbying déguisé sous un avis d’autorité qui se veut massif.

Mais chacun sait que l’avis d’autorité est le plus petit niveau de preuve de l’intérêt d’un produit de santé. C’est la raison pour laquelle ces 15 professionnels de santé ont développé leurs arguments pour demander, sans délai, un moratoire sur le sujet du vaccin anti-HPV.

Malgré tout, beaucoup de journalistes semblent ignorer que l’argument d’autorité ne fait pas « la réalité »,  comme par exemple dans le Figaro Santé.

Pourtant de la littérature indépendante existe.

Ce « contre-appel » fait le point sur la réalité et le peu d’intérêt du vaccin anti-HPV et cela malgré les allégations souvent mensongères de l’appel des 50.

 

Ces « 50 » parlent d’urgence à vacciner les jeunes filles et jeunes garçons français. Mais de quelle urgence s’agit-il? Celle d’une course mondiale à la soumission aux lobbys pharmaceutiques, où la France serait mal placée?

Il semble que cela soit l’une des raisons :

 » Un décalage dans le temps placerait une nouvelle fois la France comme un pays à contre-­courant sur cette vaccination HPV : plus de 20 pays développés ont déjà adopté une stratégie de vaccination universelle et plusieurs pays européens, malgré des couvertures vaccinales élevées chez les filles, ont récemment accéléré la mise en œuvre de cette politique (Allemagne, Grande-­Bretagne, Danemark, Irlande).
Les Etats-­Unis vaccinent les garçons et les filles, avec une couverture vaccinale au moins deux fois plus élevée que celle de la France . « 

 

Il a paru indispensable à ce groupe de professionnels de santé, indépendants de l’industrie pharmaceutique, de faire entendre la voix de la raison dans ce concert de voix toutes plus financièrement intéressées les unes que les autres.

Cela est d’autant plus urgent et important qu’une expérimentation de la généralisation de ce vaccin va être lancée en Guyane à la rentrée scolaire 2019/2020.

Est-ce vraiment la santé publique qui est en jeu comme les autorités l’affirment, où l’intérêt des industriels qui depuis de très nombreuses années continuent de manipuler le milieu médical?

 

Lisez ce « contre-appel » et parlez en le plus possible, même si sa lecture est un peu longue mais hélas édifiante.

Je vous rappelle le lien :

https://spark.adobe.com/page/4cbZuGBONhmDC/

Relayez le massivement. L’indépendance et la raison doivent prévaloir.

Réflexion sur la vaccination en général et sur celle contre la rougeole en particulier

Le Pr RAOULT a publié récemment une vidéo sur la rougeole :

Celle-ci a été supprimée et remplacée par une autre où le discours a changé !!! ( mise à jour 14/08/2019)

Le titre est le même, mais le contenu très différent .

La vidéo initiale a été supprimée dans toutes les interventions du Pr RAOULT :

https://blogs.mediapart.fr/didier-raoult/blog/290519/maladies-infectieuses-mieux-comprendre-la-rougeole

Mais aussi :

Aujourd’hui la rougeole, avec Emilie Javelle

On y note malgré tout ceci

Un vaccin efficace

D’après Didier Raoult, la maladie pourrait toucher un moins grand nombre de personnes si plus de gens se vaccinaient.

Emilie Javelle ajoute que les anticorps, contre la rougeole, ne sont pas forcément suffisants pour empêcher la maladie. Elle parle « d’échecs vaccinaux secondaires ». Il s’agit de gens qui ont été vaccinés correctement, mais qui développe quand même la maladie. L’hypothèse serait que les anticorps ne sont pas efficaces contre les génotypes du virus qui circule actuellement. Du moins, pas autant que pouvaient l’être les vaccins auparavant. Il faudrait donc actualiser le vaccin de la rougeole, car les souches seraient devenues résistante à ce vaccin.

La suppression de cette vidéo interroge. Il y aurait sans doute des propos dérangeants pour les autorités sanitaires et le discours servit partout comme encore aujourd’hui dans le Figaro santé où l’on n’hésite pas à affirmer « Il n’existe pas de traitement curatif, mais elle peut être prévenue par deux doses d’un vaccin «sûr et très efficace», selon l’OMS. « 

Très efficace, vraiment?

 

Car nous apprenions dans cette vidéo retirée :

L’efficacité du vaccin contre la rougeole :

« Avec la rougeole on sait que le fait que l’on ait des anticorps ne signifie pas obligatoirement que l’on est protégé contre la maladie. » (1mn30)

Capacité à protéger, à empêcher la maladie clinique : « des gens qui ont été correctement vaccinés, et qui font malgré tout la maladie clinique » (2mn), ce sont des échecs secondaires qui sont peut-être dus aux anticorps qui ciblent une souche vaccinale ne sont pas efficaces contre les génotypes qui circulent actuellement » (2mn 11)

« Il serait possible que pour la rougeole comme pour la grippe, dans le vaccin il y ait un mélange de différentes souches, et pas refaire le même vaccin que l’on fait depuis des décennies «  (2mn38)

« Cette année, on a eu un interne qui a fait une rougeole alors qu’il avait des anticorps extrêmement élevés » (3m20)

« Ce n’est pas si simple, il ne suffit pas de vacciner tout le monde et il ne suffit pas d’avoir des anticorps, c’est quelque chose qui est plus sophistiqué que cela et qui est la variation des souches  » (3m30)

Immunité vaccinale et seuil d’immunité de groupe qui serait de 95% au delà duquel il n’y aurait plus d’épidémie  : « Il y a des pays qui avaient une excellente couverture vaccinale, la Mongolie avec plus de 97% de couverture, et qui a eu en 2015/2016 une épidémie majeure. » (5mn30) « On voit des pays qui ont réussi à maintenir une couverture vaccinale à plus de 95% pendant 10 ans, qui ont quand même vécu des épidémies majeures comme c’était le cas en Russie ou au Sri Lanka« . (5mn50) « Par exemple, en Europe, on a le Portugal, qui depuis 2017 a une très bonne couverture vaccinale à plus de 95% et pour autant fait partie des pays qui subissent la résurgence de la rougeole sur les deux dernières années. » (6mn10)

« Le génotype A (qui se trouve dans le vaccin) n’est plus détecté depuis 2008 ». « Les anticorps du vaccin ne neutralisent pas bien le génotype qui avait été responsable de l’infection » (7mn15)

« La vie est éminemment complexe« . Cela signifie qu’un modèle mathématique qui semble pertinent, la réalité l’infirme. C’est le cas de ce « dogme » de la couverture vaccinale à 95%.

« Le combat actuellement contre la rougeole est un combat qui est trop simple, qui n’est pas intelligent » (12mn30)

« Quand il y a un emballement médiatique, cela empêche de réfléchir… l’on est dans une société dans laquelle le temps d’analyser, de regarder paisiblement les choses et de réfléchir n’est plus pris et cela devient extrêmement compliqué, on ne trouvera pas de solutions  en s’excitant dans les médias qui vont influencer, qui les gouvernants, qui l’OMS et il sortira des solutions toutes faites qui n’existent pas. Cela demande de l’intelligence, toute cela nécessite de mettre les choses à plat et de réfléchir et actuellement on a l’impression qu’il est interdit de réfléchir, d’être intelligent » (à partir de 13mn15)

Pour résumer : le vaccin avec lequel l’on vaccine et qui est obligatoire pour les jeunes enfants depuis janvier 2018 se semble pas présenter aujourd’hui l’efficacité qu’il avait jusqu’à présent . La raison en est simple : ce n’est plus la souche vaccinale qui circule et provoque des rougeoles cliniques et le vaccin actuel semble mal contrôler ce virus « mutant ». Ce n’est pas une découverte récente.

Malgré cette conclusion évidente, les pouvoirs publics, les médias continuent à « matraquer » l’obligation d’imposer cette vaccination inefficace.

Pourquoi?

 

Une conclusion : Aujourd’hui « il est interdit de réfléchir, d’être intelligent« 

 

PS : Un article confirme les propos du Pr RAOULT :

« In 2011, these subgenotype D4.2 viruses were imported from France to the United States in 2011, causing the highest number of measles cases since it was declared eliminated (63). »

« En 2011, ces virus du sous-type D4.2 ont été importés de France aux Etats-Unis en 2011, provoquant le plus grand nombre de cas de rougeole depuis son élimination déclarée (63). »

PS 2 : la vidéo est malgré tout encore disponible grave à un internaute :

A suivre….

Cette citation de H.L.MENCKEN est très connue et souvent citée.
La problématique de la thérapeutique homéopathique a occupé une partie de l’année 2018, chez les médecins depuis la tribune de 124 médecins dénonçant l’absence de preuves de l’homéopathie.
Je m’en suis fais largement l’écho : ici, ici ou encore ici
La « guerre » a continué pendant toute l’année 2018.
Vous trouverez une dernière synthèse chez un médecin blogueur, connue pour son calme et son recul. Il n’empêche que lui aussi n’échappe pas à ses croyances et ses convictions.
Je ne vais pas faire une rappel exhaustif de cette « guerre entre médecins » mais voudrais attirer votre attention sur un article du Huffingtonpost qui me parait essentiel.

Plus »

Condamnés par l’Inquisition, de Eugenio Lucas Velázquez (1862), Musée du Prado.

 

Il y a quelques billets de cela, j’évoquais la « guerre » que se livrent les médecins pour la suprématie de leur façon de penser et d’exercer.

Plus récemment, je parlais d’un article d’un confrère qui mettait en avant la complexité de la médecine et combien l’arrogance dans son exercice était problématique.

 

 

 

Le conflit entre les médecins qui dénoncent la prescription homéopathique et les médecins homéopathes vient de connaître un nouveau rebondissement.

Vous pouvez lire des points de vue différents, ici, ou encore .

 

Plus »

Je voudrais vous raconter une histoire qui me touche de près et que je crois emblématique de ce qui se passe dans l’exercice de la médecine en France.

 

 

 

J’ai un ami proche, qui souffre d’un diabète depuis maintenant de nombreuses années.

Cet ami est suivi exclusivement par un endocrinologue qu’il a désigné comme son médecin référent . Il n’a donc pas de médecin généraliste et cela d’autant moins que son diabète est le seul problème pour lequel il consulte.

Mais depuis plusieurs jours et même quelques semaines, cet ami souffre de plus en plus et de façon récente de façon intense, de douleurs articulaires.

Ces douleurs sont parfois intolérables et dans la vie quotidienne, il a besoin depuis peu de l’aide de son épouse pour s’habiller. Plus »

Twitter dont je possède un compte depuis maintenant plusieurs années est un réseau social capable du meilleur comme du pire.

Je voudrais aujourd’hui parler du meilleur.

Il me permet de suivre nombres de mes confrères qui mettent en ligne pour une majorité d’entre eux ( une minorité peut-être) des articles, de textes (avec les liens) qu’ils ont aimés et qu’ils veulent partager.

C’est aussi dans ce but que j’ai ouvert un compte sur Twitter. Plus »

Dans le dernier bulletin que l’Ordre des Médecins adresse à chaque médecin, on peut lire à la p27 du n° 55, à la question « Les parents ont-ils le droit de refuser de faire vacciner leur enfant? » ce conseil :

« Le Cnom conseille ainsi aux médecins confrontés à cette situation d’indiquer sur le carnet de santé de l’enfant que c’est à la demande des parents que celui-ci n’est pas vacciné et de porter cette information dans le dossier médical. Le médecin peut par ailleurs contacter la cellule départementale de recueil, de traitement et d’évaluation des informations préoccupantes (CRIP) qui a pour mission d’évaluer la situation d’un mineur et de déterminer les actions de protection et d’aide dont il peut bénéficier. »

Je vous laisser méditer ce conseil et diffuser largement cet écrit au plus grand nombre pour que chacun soit informé du comportement qu’ils doivent pouvoir s’attendre des médecins dans le cadre de l’obligation vaccinale.

 

PS : Merci au Docteurdu16 qui a signalé cette publication sur Twitter.

La ministre de la santé vient d’annoncer le déremboursement des médicaments sensés lutter contre la maladie d’Alzheimer.

Enfin !

Il aura fallu de très nombreuses années pour arriver à un tel dénouement. Mais n’oublions pas ce qui s’est passé.

Il a fallu dans cette histoire, la pression du Formindep pour abroger la recommandation de l’ HAS de 2008. Mais la nouvelle mouture de 2011 n’apportait pas ce qui était attendu :

« La recommandation sur le diagnostic et la prise en charge de la maladie d’Alzheimer est une très large reprise de celle de 2008 élaborée sous influences industrielles. La tentative de la HAS en 2011 d’améliorer à la marge l’indépendance de l’expertise, et le non-respect des critères de rigueur d’élaboration des Recommandations n’ont pas permis l’amélioration de la recommandation qui n’est au final qu’un ravalement de façade d’un bâtiment de plus en plus insalubre, aux charpentes vermoulues par les intérêts industriels. Plus »

Je relaie ici, la lettre que le collectif Cancer-Rose a envoyé à madame SCHIAPPA la ministre chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Pourquoi une telle lettre ? Pourquoi à cette ministre?

Tout simplement car la dernière lettre à la ministre de la santé et au directeur de l’INCA, est restée à ce jour sans réponse. Comme d’ailleurs tous les appels que ce collectif a pu émettre en direction des autorités. Plus »

Je retransmets la lettre qu’un collectif vient d’adresser à la ministre de la santé et au directeur de l’INCA (Institut National du Cancer)

Cette lettre est une lettre d’indignation car l’INCA, autorité d’état, en charge comme son nom l’indique des problématiques liées au cancer, vient de mettre en ligne il y a quelques semaines, un nouveau site d’information sur le dépistage du cancer du sein par mammographie.

La concertation sur le sujet qui a eu lieu en 2015 et la publication du rapport en 2016, a formulé des recommandations. Ce site de l’INCA, bien que nouvellement remanié, reste sur ses errements antérieurs, ignorant totalement les conclusions de la concertation citoyenne.

Le site et sa brochure au lieu d’informer de façon neutre et indépendante les femmes à propos de la mammographie de dépistage, poursuit son marketing en faveur de ce dépistage dans la plus pure tradition du marketing pharmaceutique.

C’est inadmissible de la part d’autorités sanitaires.

Plus »