Les médias font leur Une sur l’épidémie de rougeole qui sévit actuellement dans le sud-ouest de la France.

Mais s’agit-il vraiment d’une épidémie? Je vous engage à lire le court  billet de ce confrère sur ce questionnement.

Mais pour rester factuel l’INVS nous apprend qu’en 2017, il y a eu 519 cas de rougeole déclarés sur le territoire national. Est-ce que cela en fait une épidémie ou n’est-ce pas plutôt des cas sporadiques qui correspondent à la circulation d’un virus?

Il est intéressant de noter que dans ce document publié sur le site de l’INVS, qui affirme l’actualisation des données au 12/02/2018, il n’est pas possible de savoir le nombre de cas déclarés en 2018. Une partie de l’information manquante nous est fournie par le journal Sud Ouest (269 cas pour 209 cas en Gironde) au 13/02/2018. Pour mémoire, la Gironde compte une population de plus de 1.5 millions d’habitants ce qui fait si mes calculs sont exacts 0.014% de sa population touchée par la rougeole. Épidémie vraiment?

 

La ministre de la santé après avoir imposé l’obligation vaccinale pour les nouveaux nées, recommandent maintenant à tous les adultes qui ignorent leur statut vaccinal vis à vis de la rougeole ( et qui sont trop vieux pour avoir été vaccinés dans leur enfance)  de se faire revacciner.
Mes confrères se font les porte-paroles des recommandations des autorités sanitaires et incitent leurs patients à se faire revacciner contre la rougeole.

J’ai sur le sujet plusieurs questions dont j’aimerai avoir des réponses.

 

 

 

1) La vaccination contre la rougeole est un traitement préventif reconnu pour éviter la survenue d’une rougeole.
En est-il de même quand une épidémie est en cours?
En d’autres terme, vacciner en cours d’épidémie de rougeole, a-t-il la même efficacité que quand il n’y a pas de cas de rougeole?
La vaccination de la rougeole est-elle en capacité d’interrompre une épidémie en cours?

 

 

 

2) Une étude de l’INVS de 2013 nous apprends que 99.5% des adultes de plus de 40 ans ont des anticorps protecteurs contre la rougeole (tableau 3 page 530). Or la vaccination contre la rougeole n’existait pas dans leur enfance.

Qu’attend-on comme bénéfice en recommandant la vaccination de ces même personnes?
En d’autres terme que nous dit la science sur l’intérêt de vacciner les adultes de plus de 40 ans sachant que 99.5% d’entre eux sont protégés contre cette maladie?

 

 

 

3) La vaccination contre la rougeole est une vaccination avec un vaccin contenant un virus vivant atténué.
Il est reconnu que après vaccination contre la rougeole il se produit une période de plusieurs semaines où il existe une diminution des défenses immunitaires chez le sujet vacciné. Cela est vrai pour toutes les vaccinations mais surtout pour celles avec un virus vivant.

Pour une information complète sur le sujet, lire l’article de CMT sur le blog de Docteurdu16.

J’aurai aimé pouvoir citer un article aussi bien documenté  émanant de nos autorités sanitaires mais il n’existe pas.

Pour les anglophone, l’étude la plus complète sur le sujet se trouve ici.

Quel est l’intérêt de provoquer une baisse de l’immunité du fait de la vaccination dans toute une population où circule un vaccin sauvage très contagieux et très virulent?
En d’autres terme, y-a-t-il un bénéfice réel à vacciner plutôt qu’à ne pas le faire?

 

Voilà mes interrogations.

Je souhaiterai avoir des réponses en particulier de nos autorités sanitaires.

55 commentaires

  1. Ello,

    –Nous constatons que la carte des «cas de rougeole» montre que les départements les plus touchés sont aussi parmi les plus vaccinés.

    –Nous rappelons que la rougeole a fait 21 morts en dix ans majoritairement chez des adultes dont les 3/4 avaient un système immunitaire déficient ou des facteurs importants de co-morbidité, alors que chaque année en France on compte 30 000 décès dans les hôpitaux en raison des maladies nosocomiales et iatrogènes (les effets secondaires des médicaments tuent bien plus en France que la rougeole) .

    https://lesmoutonsenrages.fr/2018/03/16/communique-de-presse-16-mars-2018-rougeole-collectif-vaccins-liberte-et-collectif-ensemble-pour-une-vaccination-libre/#comments

    Bien à vous,

  2. Réponse au message de Admin :

    http://hippocrate-et-pindare.fr/2018/02/18/questionnement-sur-lepidemie-francaise-de-rougeole/#comment-11020

    Il n’y a aucune barrière entre les médecins et les patients au sujet de l’obligation vaccinale.

    Bientôt il y aura le carnet de vaccination électronique, qui permettra de fliquer les patients mais AUSSI les médecins. Les médecins étaient (paraît-il) majoritairement favorables à l’obligation vaccinale. Ce qu’ils n’ont pas compris, c’est que cet obligation fait d’eux des « policiers des vaccinations », statut qui les amène à travailler à l’encontre de leurs propres enfants ou petits-enfants.

    Il ne s’agit pas (comme pour les autres problèmes sociaux qui sont concernés par des lois coercitives) de faire respecter une loi qui ne concernerait QUE les autres et QUE les gens qui ont commis une faute… Il s’agit de sanctionner des gens parfaitement innocents, de la manière la plus dure qui soit = en leur interdisant l’accès au collectivités, qui permet la vie sociale.

    Voilà le projet ahurissant dont fait la promotion ceux qui soutiennent l’obligation vaccinale = une coercition gratuite, cruelle à l’encontre des individus (incluant leur propre famille) qui ne veulent simplement pas faire aveuglément confiance aux experts sans obtenir les explications auxquels ils ont droit.

    Tout le monde est concerné par les obligations vaccinales, y compris les médecins… Ils sont concernés dans leur exercice professionnels, mais aussi dans leur vie familiale.

    Marc Girard explique dans son article sur « les inconvénients de l’obligation vaccinale » que l’elargissement annoncé de longue date était une PROVOCATION-TEST visant à tester les capacités de la population à accepter de se soumettre aux choix des experts du CTV de ĺa HAS. La liste des vaccins obligatoires sera révisées annuellement. On verra bientôt une obligation vaccinale antigrippale pour accéder aux collectivité, des campagnes de vaccination scolaire contre les papillomavirus… PROVOCATION-TEST.

    http://www.rolandsimion.org/spip.php?article382

    Le type « qui insulte » à anticipé depuis longtemps cet élargissement des OV :

    http://www.rolandsimion.org/spip.php?article315

    http://www.rolandsimion.org/spip.php?article372

    Qui d’autre a parlé de l’essentiel alors que tout le monde était focalisé sur l’anecdotique ? Vraiment peu de monde …

    • @Emilio

      Chacun jugera si la façon de s’exprimer de Marc GIRARD est insultante ou non.
      Par ailleurs, j’ai toujours écrit qu’il apportait beaucoup de réflexions pertinentes sur la vaccination.
      Néanmoins, je ne souhaite pas que l’espace de commentaires de mon blog soit un lieu de propagande pour les écrits de Marc GIRARD.
      Je vous prie donc de modérer votre enthousiasme à son encontre.
      Je laisse votre dernier commentaire et sa forme mais à l’avenir je ne laisserai pas publier ce type de commentaire.

  3. Coucou,

    Grand MERCI pour les commentaires.

    « Marc Girard veut inciter les gens (tous les gens qu’il appelle affectueusement le blaireau de base) à prendre conscience de la menace que fait peser l’obligation vaccinale, qui sera élargie à l’avenir au vaccin antigrippale ou au papillomavirus. Il demande aux gens de contester la décision de l’elargissement des OV de manière politique. »

    ——-

    L’Organisation mondiale de la santé (OMS), est une institution spécialisée de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour la santé publique créée en 1948.

    L’OMS a tout les pouvoirs, dont celui de décider d’une obligation vaccinale mondiale, en cas de suspicion de pandémie.

    https://futurism.com/officially-path-global-pandemic/

    Pourquoi y a-t-il des nano composants de tungstène, titane, zirconium, hafnium, strontium, aluminium, nickel, antimoine, bismuth, cérium, cuivre, plomb, étain, baryum, vanadium, sodium…, tous plus toxiques les uns que les autres dans les vaccins diffusés à l’échelle mondiale par les laboratoires GlaxoSmithKline, Pfizer, Berna Biotech, Sanofi Pasteur, Novartis, Wyeth Pharmaceutical, Baxter, etc.

    La plus petite puce RFID a été lancée cette année par Hitachi. Aboutissement de la miniaturisation, ces puces RFID (Radio Frequency IDentification) mesurent seulement 0,05 x 0,05 millimètres. Le record précédent, la « mu-chip » d’Hitachi (link is external), était de seulement 0,4 x 0,4 millimètres et avait été lancée déjà en 2003!! .

    En cas de pandémie, il est fort possible que les futurs vaccinés se voient dotés de cette technologie. Afin de distinguer les soit-disant non contaminants, des contaminants assignés a résidence.

    Une puce = un identifiant = une personne. Tapez docteur Delgado. :z

    Bien à vous toustes, que notre joie demeure,

  4. Julie croit au consensus scientifique et a très peur de la rougeole qui je le rappelle était une maladie bénigne de la petite enfance (pour ceux qui ont encore accès au précis de médecine infantile d’avant la vaccination ou qui ont encore un cerveau en bon état de marche) jusqu’à ce que le vaccin pointe son nez sur le marché (la maladie est alors devenue du jour au lendemain une maladie grave).

    Je pense malheureusement que discuter scientifiquement de la rougeole et de la vaccination ne sert à rien.
    C’est l’idéologie qui prime. Ca tourne en boucle et débattre n’amène à rien.

    Certains rêvent d’un monde sans microorganismes, un monde aseptisé peuplé d’humains sur-vaccinés.

    Pour ma part, je rêverais que l’on puisse partager la planète en 2: les scientistes d’un côté, qui se feraient vacciner contre absolument toutes les maladies de la terre et nous de l’autre à qui l’on foutrait la paix une bonne fois pour toutes avec toutes ces bêtises.

    Personnellement, pour travailler dans l’urgence vitale, je suis scandalisée par le nombre de morts par accidents de la route, par accidents domestiques, par accidents cardio-vasculaires, les morts liés au tabac, à l’alcool…
    J’ai vu dans la même année des enfants mourir de brulures graves, d’accidents de voiture, d’accident de tondeuse, de chute de leur table à langer, sous les coupes de leurs parents…

    Quand va t’on interdire une bonne fois pour toute les voitures, les vélos, les cheminées, les cuisinières, le tabac, l’alcool, les mac Donald’s et toutes la junk food vendue dans les grandes surfaces?

    Julie, si vous voulez sauver des vies, j’ai du travail pour vous mais de grâce, arrêtez votre foin avec cette histoire de rougeole.
    On vous donne des données objectives et scientifiques mais vous n’y comprenez rien.
    Est-ce que vous y connaissez quelque chose en santé publique?
    Vous croyez le consensus scientifique qui vous dit que la rougeole est en France un problème de santé publique, vraiment?

    • « qui je le rappelle était une maladie bénigne de la petite enfance »

      vous devriez encore avoir accès à ceci : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1815949/pdf/brmedj02558-0019.pdf
      2 citations:
      « One of the major sources of doubt about the need for immunization stems from the belief among many parents and doctors that measles is a mild disease in which serious complications are rare and almost never fatal in normal children »
      « Such is the formidable toll exacted by a measles epidemic.  …  it can be said that the results reflect complication rates under the present conditions of medical practice, and on these grounds measles can scarcely be regarded as a mere inconvenience. Moreover, measles is an unpleasant disease that imposes considerable discomfort on nearly every child at some time, as well as a burden of anxiety and work on parents and doctors. »

      Quand les croyances sont démenties par l’observation méticuleuse…
      Vous voulez refaire un débat tranché depuis plus de 50 ans.

      • Julie, détendez-vous, la rougeole n’est pas encore la peste ou le choléra, vous n’allez pas mourir demain (de toutes façons, j’imagine que vous avez fait votre rappel au cas où, vous êtes une personne prévenante il me semble?)

        Si vous étiez soucieuse des principes de la science, vous ne diriez pas autant de bêtises en aussi peu de temps: « un débat tranché depuis plus de 50 ans? » Ah bon? C’est le BMJ qui a tranché en 1963? C’est bien ça?

        Je vais vous répondre, pas pour votre culture générale mais pour ceux qui passeraient par là et qui lieraient nos échanges passionnants!

        Je cite:

        « La rougeole, une des maladies dites bénignes de l’enfance, mérite pleinement cette appellation en France » (1976, Le concours médical)
        En 1977, le Pr Bastin (un monsieur qui aime les vaccins en plus!) dit: « Il serait difficile de vacciner systématiquement chez nous où la maladie est bénigne puisque, sur 100 rougeoleux hospitalisés (donc des cas choisis pour leur sévérité), la mortalité est de 0,17. »

        En 1983, le Pr Roux dit au cours d’une conférence de presse à l’occasion du lancement du programme d’incitation à la vaccination contre la rougeole: « les moyens qui seraient mis en oeuvre pour sensibiliser les médecins et le grand public à la gravité de ces maladies aux lourdes conséquences »

        Les médecins qui exerçaient avant les années 80 savent bien que la rougeole était une maladie infantile majoritairement bénigne. Il y avait exceptionnellement des complications graves, certes mais le risque zéro n’existe pas, faudrait bien un jour que vous vous mettiez ça dans le crâne.

        Je ne sais pas si vous avez une notion de ce qu’est une maladie grave.
        Moi, oui.
        On ne lance pas une campagne de vaccination massive ciblant des populations saines pour éviter une maladie qui tue entre 10 et 20 personnes par an, surtout que parmi les victimes on retrouve probablement un déficit immunitaire qui explique la gravité de la maladie (comme c’était le cas pour les 10 cas de rougeole dont les médias et notre abrutie de ministre de la santé ont fait tout un foin et qui n’étaient pas tous des enfants, loin de là mais on n’en est plus à une approximation près, n’est ce pas?.)
        Et ce d’autant plus que la pharmacovigilance ne recense même pas 10% des complications liées aux vaccinations (c’est vrai que c’est bien pratique)
        Sans parler des complications sur le long terme liées au déplacement de l’âge de la maladie avec une augmentation de sa gravité chez les adultes et les jeunes nourrissons).

        Ca s’appelle la balance bénéfice-risque.

        Quand on met en place une politique de santé publique, on analyse le bénéfice-risque.
        Il faut avoir un bénéfice (santé bien sûr et non financier!) très important pour toucher à des populations saines, non malades.

        Votre dernière phrase résume votre mode de pensée et va à l’encontre exact de ce qu’est la démarche scientifique.
        Je pense que les lecteurs s’en seront aperçu?

        • « Je cite: »

          Vous citez un médecin s’exprimant quelques années avant l’introduction du vaccin au calendrier français. Cette introduction lui a de facto donné tort. Il était hors consensus. Ça arrive. La révolution copernicienne de la rougeole, c’était il y a longtemps. Vous avez raté le train.

          « Les médecins qui exerçaient avant les années 80 savent bien que la rougeole était une maladie infantile majoritairement bénigne. »

          Vous voyez, vous confirmez les observations présentées en introduction de l’article que je vous ai conseillé de lire. C’est formidable.

          « Sans parler des complications sur le long terme liées au déplacement de l’âge de la maladie avec une augmentation de sa gravité chez les adultes et les jeunes nourrissons). »

          Pour faire bonne mesure, pourriez-vous aussi parler de la réduction d’incidence qui est à l’origine de ce déplacement ?

          • Vous revenez encore et toujours à ce fameux consensus, Julie, vous manquez d’esprit critique.
            Votre réponse est décevante.
            Que voulez-vous nous dire exactement?
            Que le précis de médecine infantile qui sevrait de base à l’enseignement des médecins était hors consensus aussi?

            La révolution Copernicienne de la rougeole, c’est de vous?

          • Cela n’entretient sûrement pas votre capacité d’analyse.

            Par exemple, il est dit que « Ce bébé rougeoleux sur la photo (ci-dessus) est une complication de la vaccination anti-rougeoleuse. Avant la vaccination massive, les bébés étaient protégés par l’immunité transmise par leurs mamans. La médecine moderne a créé une maladie qui n’existait pas. »

            Or, dans l’article que j’ai invité à lire il y a un ou deux jours (analyse de données début années 60), il est observé qu’avant l’introduction de la vaccination, environ 4 % des cas de rougeole concernaient bien les enfants de moins de 1 an. Si on n’avait pas introduit la vaccination, on aurait environ 800 000 cas de rougeole par an en France (avant de me contredire, pensez aux 700 000 – 800 000 cas annuel de varicelle), dont environ 30 000 cas chez les moins de 1 an. En 2011, pire année récente de l’ « ère de la médecine moderne vaccinale » en France, il y a eu environ 20 000 cas déclarés tous ages confondus. Je vous laisser retrouver le nombre d’enfants de moins de 1 ans concernés, et comparer ce nombre aux 30 000 cas calculé plus haut.

      • Julie, c’est bien vous n’est-ce pas?

        https://www.vaccinestoday.eu/about-us/who-we-are/

        Pour ceux qui n’aurait pas le courage d’aller à la rubrique conflits d’intérêt, je fais cours:

        WHO WE ARE
        Vaccines Today is produced by an editor, in consultation with an editorial board composed of experts and executives from several Vaccines Europe companies, a patient representative, and two independent external medical doctors.

        Vaccines Today is sponsored by Vaccines Europe, which consists of the following companies:

        Abbott Biologicals
        CureVac
        GlaxoSmithKline Vaccines
        AstraZeneca
        Janssen
        Novavax

        and so on………………

    • Il existe un article de Marc Girard qui critique particulièrement un article de Rougeole épidémiologie consacrée à la vaccination contre l’hépatite B.

      http://www.rolandsimion.org/spip.php?article341

      Pour ceux qui voudraient des informations plus crédibles sur la réalité de ce que fut la vaccination hépatite B (et sa pharmacovigilance) durant les années 90, reportez-vous aux 3 articles de Marc Girard qui sont consacrés aux EUNUQUES de la vaccination hépatite B.

  5. 1) La rougeole est endémique en France (c’est-à-dire que la circulation du virus n’a jamais été interrompue. Il y a toujours quelque part un malade en train de contaminer quelqu’un d’autre). Une épidémie, c’est simplement un moment où il se produit un pic d’incidence (c’est-à-dire un moment où la circulation du virus est plus évidente à remarquer). Les recommandations de vaccination contre la rougeole visent à éliminer la circulation du virus. Le fait d’être au moment d’un pic ou d’un creux dans l’incidence ne change pas l’efficacité du vaccin administré à une personne sans immunité préalable. Le vaccin peut encore être administré avec succès dans les 72 heures qui suivent un contact avec une personne contagieuse. Du point de vue épidémiologique, il n’y a jamais de mauvais moment pour vacciner des personnes non immunes, que du contraire (sauf si la maladie est un jour déclarée éradiquée 😉 )
    2) Il n’est pas en général recommandé de vacciner les personnes nées avant 1980, puisque justement on peut raisonnablement supposer qu’elles ont toutes (ou presque) contracté la rougeole il y a longtemps… Votre question n’a dons pas de sens.
    3) Vous êtes-vous demandé dans quelle mesure la rougeole elle-même diminue les défenses immunitaires chez un sujet non vacciné ? (peut-être plusieurs années !)
    https://www.princeton.edu/news/2015/05/07/deadly-shadow-measles-may-weaken-immune-system-three-years
    Dans une population non vaccinée, tout le monde ou presque fera la rougeole, et aura donc a subir cet effet délétère sur le système immunitaire.

    • 1) Vous affirmez un certain nombre de chose comme « Les recommandations de vaccination contre la rougeole visent à éliminer la circulation du virus. » Or il est impossible d’éradiquer la rougeole ( relire les liens que j’ai fourni). C’est une maladie endémique mondiale.
      Que le vaccin soit efficace, je ne le conteste pas, je m’interroge juste sur le fait de diminuer les défenses immunitaires par la vaccination au moment où nous devrions au contraire avoir un pic de défense pour faire face au virus sauvage, est-ce une bonne idée? Vous affirmez que oui en précisant  » Le vaccin peut encore être administré avec succès dans les 72 heures qui suivent un contact avec une personne contagieuse. Du point de vue épidémiologique, il n’y a jamais de mauvais moment pour vacciner des personnes non immunes, que du contraire « . Mais avez vous la preuve de cela. Moi je ne l’ai pas trouvé et il me semble qu’aucune étude a été faite pour prouver cela.

      2) Oui, j’ai vu qu’aujourd’hui les autorités ont affirmé qu’il ne fallait pas vacciner les gens nés avant 1980. Ce n’était pas la communication du début où la ministre de la santé recommandait de vacciner tous ceux qui ne l’étaient pas. Visiblement la communication a évolué dans plus de clarté.

      3) La rougeole diminue les défenses immunitaires c’est d’ailleurs la raison pour laquelle, il y a des morts chez ceux dont les défenses immunitaires ne sont pas optimales : malnutris etc.
      3 ans comme affirmé dans cette étude semble particulièrement excessif par rapport à ce que j’ai pu lire et qui étaient plutôt en semaines.
      J’aimerai bien connaître les liens d’intérêt de ces auteurs « B. Rose Huber, Woodrow Wilson School of Public and International Affairs »? Ils ne sont pas indiqués dans l’article que vous signalez.

      « Dans une population non vaccinée, tout le monde ou presque fera la rougeole, et aura donc a subir cet effet délétère sur le système immunitaire. » Oui, sauf que s’ils n’ont pas de problèmes immunitaire, ils ne mourront pas. Les décès, comme vous le savez sont surtout problématique en Afrique où la malnutrition pose problème mais pas chez nous. Or nos autorités et les médias, instrumentalisent les quelques morts qui surviennent malgré tout chez nous, les mettant essentiellement sur le compte de la non vaccination. Or le problème est bien plus complexe et surtout qu’avons nous de commun avec les populations africaines en relation avec la problématique rougeole?

      • 1) Indépendamment de ce que vous pensez possible ou non, il y a bien un plan d’élimination de la rougeole à l’œuvre. La maladie n’est plus endémique dans certaines régions du monde (ex : Amériques). Le fait que certains pays comme les USA aient pu éliminer la rougeole en renforçant les recommandations suite à des épidémies est une preuve par l’exemple que l’attentisme est inutile.
        3) « Oui, sauf que s’ils n’ont pas de problèmes immunitaire, ils ne mourront pas. »
        Tans pis pour les 1 à 10 personnes sur 10000 malades qui, en France, meurent de cette maladie, alors que la vaccination est bien mieux tolérée. Elles n’avaient qu’à pas avoir de problèmes immunitaires. C’était pourtant si simple. On aurait du les prévenir de ne pas avoir de problèmes.

        • 1) vous confondez éradication et non déclaration.
          Quand j’écris que la rougeole ne peut pas être éradiquée, ce n’est pas ce que je pense possible ou non.
          Elle ne peut pas être éradiquée car une des raisons est qu’elle circule même si elle ne donne pas d’expression clinique.
          Qu’il n’y ait plus d’expression clinique dans certains pays ne veut pas dire que la maladie est éradiquée. Cela veut seulement dire que l’on a pas observé de rougeole maladie, qu’elle n’a pas été déclarée.
          Vous savez par ailleurs comme moi que la sous-déclaration n’existe pas qu’en France.
          Non les EU ne sont pas une preuve par l’exemple car cela fait abstraction de la physiologie même du virus rougeoleux. Et ce n’est pas parce qu’il n’y a pas eu de déclarations de rougeole une année que cela implique obligatoirement qu’il n’y en aura pas dans les années à venir, même avec une vaccination à 100%.

          3) Oui, il y a 1 à 10 morts de rougeole. Mais que sait-on de l’état de santé des personnes décédés?
          Pour un certain nombre de ces morts il semble bien qu’ils avaient des problèmes immunitaires mais cela nos autorités et nos médias ne nous informent pas. Et cela d’autant plus qu’il existe en France une disposition qui s’appelle le secret médical.
          Que sait-on de l’état de santé de la femme de 32 ans qui est morte récemment? Rien à part qu’elle n’était pas vacciné. C’est un peu court non?

          Il a beaucoup de questions techniques et complexes sur la rougeole qui sont balayées par des affirmations.
          Comme je l’ai écrit je me pose pas mal de questions justement au delà du discours des autorités essentiellement péremptoire et sans réelle base scientifique. Car la vie, la physiologie des virus est complexe et différente d’un virus à un autre.
          Or malgré cette complexité et cette diversité la réponse est toujours la même : vacciner toujours plus avec des arguments souvent « fallacieux » voire mensongers.
          La rougeole, son virus et sa vaccination ne se résument pas au discours simpliste des autorités.

          • 1) « vous confondez éradication et non déclaration. » Non. Renseignez-vous sur l’élimination de la rougeole aux USA.
            3) « Oui, il y a 1 à 10 morts de rougeole. » C’est déjà un bon point que vous ne niez pas le fait que pour 10000 malades, il y a aura 1 à 10 décès. Vous pourriez utilement vous renseigner sur les complications de la rougeole en général.

            Vous avez les réponses à vos questions. Que vous les appréciez ou pas, c’est autre chose. Au lieu de prendre le problème par le bout « discours des autorités » +  « j’aime pas les autorités » = « j’aime pas le discours », essayez plutôt de vous renseigner sur le consensus scientifique

          • Le virus de la rougeole circule même si personne ne semble malade.
            Il circule même chez des personnes vaccinées.
            Rien que ce fait physiologique explique que l’éradication de la rougeole est impossible car le virus est toujours présent même chez des populations qui ne font pas de poussées épidémiques.
            C’est un fait et aimer ou non le discours des autorités ne change rien à l’affaire.

            Que les EU affirment avoir éradiqué la rougeole n’est qu’une affirmation qui va à l’encontre de la connaissance de l’écologie du virus.
            On ne peut pas affirmer qu’une chose n’existe pas uniquement parce qu’elle n’a pas été mise en évidence.
            Or c’est ce que vous faites en affirmant que la rougeole a été éradiquée parce qu’elle n’a pas été mise en évidence, ou du moins déclarée au EU.
            Pour s’informer sur cette différence entre quelque chose qui n’existe pas ( ici pour vous la rougeole aux EU) et quelque chose qui n’a pas été mis en évidence lisez « la théière de RUSSELL » https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9i%C3%A8re_de_Russell
            Même si son sujet est Dieu et la religion, la démonstration vaut aussi pour toutes les choses que l’on ne « voit » pas et que parce que l’on ne les « voit » pas on affirme qu’elles n’existent pas.

            Je suis désolé de vous contredire et ce ne sont pas vos propos peu aimables et autoritaires qui changeront quelque chose à la question qui nous occupe aujourd’hui.

            J’essaie d’être le plus proche possible des faits.
            Les affirmations des autorités ne sont pas des faits dans le sens où elles ne représentent pas des choses qui se produisent et sont observables.

            « essayez plutôt de vous renseigner sur le consensus scientifique » dites vous. Mais le consensus scientifique que vous semblez prendre pour quelque chose d’incontestable, n’est que l’expression d’un nombre de personnes qui pensent et croient la même chose. Un consensus ne fait pas une « vérité » ou une réalité.
            Pendant longtemps le consensus était que la terre était au centre de l’univers or il a été démontré que cela était faux même si cela faisait consensus à l’époque.

          • Michel de Lorgeril a « répondu » à Julie sur son site.

            Ca commence comme ça:
            « Il faudrait éduquer votre interlocutrice à la physiologie de l’immunité et aux principes de l’épidémiologie dont elle a visiblement une culture très livresque… »

            Pour la suite, c’est dans les commentaires sur son blog

          • « (essentiellement des médecins convertis risquent d’avoir répondu) »

            Converti à quoi exactement ? Au fait de rentrer des déclarations mensongères pour que je puisse, 55 ans plus tard , contredire un blogueur qui trouve pénible de justifier ses assertions ? Si vous jetez un œil à la partie méthodologie de l’article, vous verrez qu’une majorité de médecins ont répondu à l’enquête.

            « Le tableau montre aussi que les <6 mois ne représentaient que 0.4%. C'est intéressant : 99,6% des bébés de <6 mois étaient protégés par leur maman. »

            Quelle drôle de raisonnement, de la part de quelqu'un qui se revendique des principes de l'épidémiologie. Il est exact que les bébés sont en moyenne relativement bien protégés dans un premier temps. Mais il pourrait très bien y avoir des bébés qui ne sont plus protégés mais qui ne contractent pas la rougeole avant leur 6 mois pour autant.

            « Les bébés de moins de 12 mois représentaient en 2017 12% de toutes les rougeoles diagnostiquées, donc 3 à 4 fois plus qu'au RU en 1963. »

            idem… il faut faire la différence entre les proportions relatives et les chiffres absolus. Il n'y a pas eu plus de 2000 cas de moins de un an en France en 2017. Vous pourrez le vérifier très facilement.

            « D'autre part, affirmer qu'en l’absence de vaccin, on aurait 800 000 rougeoles par an en France est très spéculatif (peu scientifique). »

            Il s'agit pourtant encore une fois d'épidémiologie de base. Le nombre de cas attendus est de l'ordre du nombre de naissance moyen.

          • @ Julie

            Il semble que le dialogue de sourd se poursuit.
            Chaque lecteur jugera.
            Quand la vaccination est évoquée, c’est souvent le cas car le sujet est complexe et comme je l’ai écrit un certain nombre de données manques ou sont falsifiées ou sont de faible niveau de preuves comme les avis d’autorités, le consensus ou encore des études fondées sur des réponses à des questionnaires.

            Beaucoup d’éléments sont apportés et vous passez de l’un à l’autre en évitant certains, les plus dérangeants sans doute.
            Ainsi je ne vous entends plus défendre l’éradication aux EU, mais c’est peut-être parce qu’il y a d’autres éléments à défendre.
            Un autre sujet où l’on ne vous entend pas et que pose MT, est le sujet des liens d’intérêts.
            La question vous a été posée.
            Pouvez vous y répondre?

    • Pourquoi n’aborder vous jamais les effets délétères de ce vaccin . ça n’est pas unilatéral …ma fille a fait une très grave réaction à ce vaccin …donc pas de deuxième dose c’est inscrit dans son carnet de santé…..vous ne parler que d’éradication…Est ce votre seule obsession? Au détriment de qui ?

      • « Pourquoi n’aborder vous jamais les effets délétères de ce vaccin . ça n’est pas unilatéral »

        J’abordais les dangers de la maladie, unilatéralement et curieusement mis de coté par l’administrateur de ce site. D’ailleurs, selon la logique de cet administrateur, il faudrait considérer que si les enfants n’ont pas de problèmes immunitaires, alors ils n’ont rien à craindre du vaccin. Voilà, c’est si simple. Tans pis pour votre fille, et circulez. Agréable à lire ? Je ne pense pas. Pensez donc aux parents dont les enfants sont décédés d’une maladie à prévention vaccinale, et qui lisent qu’ils n’avaient qu’à pas avoir de problèmes immunitaires. En fait, je ne suis en aucune façon cette logique. Je ne prétend pas que le vaccin n’entraîne jamais d’effet secondaire. L’idée, c’est que dans l’ensemble, il vaut mieux tenter le pari des effets secondaires que des complications de la maladie. Quelle réaction a fait votre fille ?

        « vous ne parler que d’éradication »

        Non, je parle le plus souvent d’élimination. Éradication est un terme qui brûle les doigts de l’administrateur par contre.

      • @ BG
        Les effets délétères de ce vaccin mais aussi de tous les vaccins sont niées par les autorités et ceux qui défendent ce type de position.
        Ces effets existent puisque vous même l’avez constatés.
        Mais pour être reconnu de la « communauté scientifique » il faut que ces effets soient rapportés, enregistrés, analysés.
        Mais cela ne se fait pas.
        C’est la raison pour laquelle beaucoup comme moi s’indigne du manque de pharmacovigilance.
        Il est facile aujourd’hui comme ce débat le montre de parer la vaccination, ici de la rougeole de toutes les qualités et d’aucun défaut.
        Car les « défauts » ne sont jamais rapportés, donc n’étant pas enregistré, ils sont considérés comme n’existant pas.
        Par ailleurs, comme je l’écrivais, aucune étude ne peut être faite pour prouver que quelque chose pose problème puisque ce quelque chose n’est pas enregistré et donc n’existe pas pour beaucoup de personnes.
        Si j’ai parlé de la Théière de RUSSELL c’est à dessein.
        Il est impossible de dire que quelque chose n’existe pas parce que nous ne l’avons pas observé qui plus est quand ces observations existent elles ne sont pas enregistrées et peuvent donc être niées

  6. merci merci pour ce blog fantastique,ou on lit autre chose que du bourrage de crane.
    Je retrouve dans vos lectures tout ce que j,ai dans ma tete.Je finissais par douter d,ailleurs un peu de moi meme,à force d,entendre toujours les memes salades.
    C,à marche le lavage de cerveau,pour les plus fragiles.
    Continuez à nous informer comme vous le faites et encore merci.
    Vous dites avoir d,autres confreres qui tiennent un blog comme vous;si vous pouviez me donner un lien ou deux.
    et encore bravo,ne lachez rien

    • Bonsoir Jules

      Cela fait toujours plaisir de lire des encouragements.

      J’ai aussi eu la même réaction que vous : « et si c’est moi qui avais tord? »
      A force de lire certaines choses, je finis aussi par douter.
      Mais cela me force souvent à creuser un peu et cela est bénéfique.
      Ne dit-on pas qu’un mensonge répété de nombreuses fois devient une vérité?
      Nous en sommes souvent là aujourd’hui avec les autorités sanitaires. Et elles se plaignent ensuite que la confiance disparaît.
      C’est clair que beaucoup succombent à la propagande.
      Beaucoup de médecins aussi, être médecin ne protège pas des croyances et du manque d’esprit critique.

      Voici des liens vers des confrères. N’hésitez pas à remonter le fil des billets si vous n’avez jamais consulté ces sites.

      http://docteurdu16.blogspot.com/

      https://30ansplustard.wordpress.com/

      http://sylvainfevre.blogspot.com/

      et un intégrateur où d’ailleurs ces médecins sont référencés:
      http://www.clubdesmedecinsblogueurs.com/

      Bonne lecture

      • * On peut y ajouter le blog de Marc Girard. un peu abrupt parfois,mais tellement bourré de connaissances.

        http://www.rolandsimion.org/?lang=fr

        * Dans une moindre mesure et pour contre-balancer, un blog plus ‘mainstream’ et moins ‘vénère’ comme dirait les jeunes ; mais avec pas mal d’information, chez Dominique Dupagne (un mid entre la chèvre et le choux)

        http://www.atoute.org/

        * Un Mix entre ma vie de cardiologue chef d’une clinique (ou un truc du genre) et ma vie culturelle, plutôt ‘mainstream’ aussi mais abordant la question sous l’angle comment je peux faire sans les labos, eux seuls ont la capacité (et les finances) pour regrouper les collègues, mais je ne suis pas dupe et je n’hésite pas à égratigner.

        https://grangeblanche.com/

        * Incontournable si le fonctionnement du cerveau et son implication dans la vie de tous les jours (hyper intéressant, remarquablement écrit, un must have), le blog d’un neurologue

        http://etunpeudeneurologie.blogspot.fr/

        * Alors, si on arrive à supporter la polémique, un regard un peu acide sur les rapports patients/médecin, l’incontournable et clivant Zaffran Winkler

        https://ecoledessoignants.blogspot.fr/

        * Un blog plus alimenté depuis un certain temps (je crois qu’elle a changé de carrière (??) d’une jeune médecin.e (lol) généraliste qui nous donne sa vision de la relation patient, avec ses doutes, l’émouvante (je sais cela fait un poil sexiste, mais je suis vieux et j’assume mon sexisme d’un autre siècle) JADDO

        http://www.jaddo.fr/

        * Ah si ! un petit dernier, un étudiant (interne ou externe je ne sais plus) qui aborde le sujet en terme d’éthique et d’humanité, avec quelques poèmes au travers.

        https://littherapeute.wordpress.com/

        Ensuite, il y a tout un tas de blogs ou l’on peut voir les/des médecins suffisant et paternalistes, mais ils ne valent pas la peine de d’être lus et c’est mal de pointer du doigt les brebis galeuses. Disclaimer : cela ne veut pas dire que ceux que je n’ai pas cité font partie de ces cygnes noirs, juste d’autres que je connais et lis en font partis et que je ne les partage pas. Et que je ne connais pas tout le monde dans le monde.

        • Je n’ai pas voulu être exhaustif dans les trois que j’ai cité, c’est la raison pour laquelle j’ai fait référence aux médecins blogueurs : http://www.clubdesmedecinsblogueurs.com/ qui comprend la quasi totalité des sites que vous citez.
          Je ne comprend donc pas bien pourquoi vous trouvez important de citer ces sites qui sont référencés avec d’autres sur le lien que j’ai partagé.
          J’autorise malgré tout la publication de votre commentaire.
          Juste une remarque pour le site de Marc GIRARD;
          Si j’apprécie ce qu’il écrit car il a une expertise certaine; je ne supporte pas sa façon d’insulter tous ceux qui ne pensent pas comme lui, ses attaques « ad hominem » et sa façon de se présenter comme le seul qui dit « la vérité » et enfin de n’admettre aucune critique en ne permettant pas les commentaires.

          • Je comprends la démarche.

            J’ai rapidement survolé le club des médecins blogueurs. S’il faut se farcir les tartes à la crème de jean yves nau pour finir par tomber sur un post de jaddo je trouve cela dommage. Ce club mélange un peu de tout et n’importe quoi. Pour quelqu’un qui cherche des blogs un peu à la marge tel que le votre, j’ai pensé que ce serait bien de donner directement les liens de ceux que je connais et trouve plus intéressants.

            Cela devient le soucis actuel du net : les gens ne trouvent que par le moteurs (en tapant même parfois le nom du site dans google). C’est un problème, il suffit que google décide de ne plus mettre en première page le résultat du site et promeuve d’autre sites concurrents pour disparaître des radars. Ainsi en tapant mon nom dans gogole j’apparais actuellement en fin de première page, bien après par exemple les réseaux sociaux et autre site du même acabit

            Ainsi il en est de même des sites ‘agrégateurs’ qui se sentent le droit de décider qui a le droit de publier chez eux ou pas. Par exemple atoute.org à décidé de ne plus publier les papiers de Girard, car, comme vous, il pense qu’il est peu agréable et pas très confraternel (en plus il ne pense définitivement pas comme lui). est-ce la même chose avec ce club des bloggeurs ? Je trouve cela grave. Pour plusieurs raisons.

            * La première, et non des moindres, est que ce qu’il dit est sourcé scientifiquement et de la même manière que l’on ne peut intellectuellement pas refuser de lire une étude parce que la police de caractère ou le style de l’auteur nous déplaît. Le contenant prime le contenu.

            * L’autre raison est que ce « brave monsieur » hurle seul dans le désert, qu’il a été lâché par l’entièreté de la profession (un peu comme denis robert) dans le scandale de la vaccination hepB, scandale qu’il déroule par des faits objectifs et sourcés (il connaît un peu le truc c’était le premier expert judiciaire, il a eu accès à toutes les pièces du dossiers). Il a ruiné sa carrière d’expert juste parce qu’il n’a pas menti, dans l’indifférence complice du reste des sermenteux hippocratiques qui oublient les 2 poins les plus importants ( ne pas nuire – et injectent à tout va un peu tout et n’importe quoi, je ne parle même pas des anti alzheimer dont on sait qu’ils n’ont QUE des effets négatifs ; et Je donnerais mes soins à l’indigent – et je pense aux psychiatres à 68 euros la séance qui laissent dans la nature ceux qui ne peuvent pas se payer la mutuelle qui prend en charge pratiquement tout de ce dépassement.)

            * Enfin, il voit se dérouler sous ses yeux la violence faite aux corps des femmes par une obstétrique d’un autre age et un empoisonnement par des produits de contraception défectueux, là encore dans l’indifférence totale du corps médical.

            Ainsi, et c’est vrai que c’est parfois désagréable à lire, il est rêche et pas du tout politiquement correct dans son appréciation des gens, mais c’est comme un enfant sauvage qui n’a pas été élevé par la société. Il faut savoir faire avec. Enfin (et là ne ne parle pas de vous), s’il était aussi désagréable et pourfendait ceux qui disent du mal des médecins et de la médecine avec le même type de discours, le regard qui serait porté sur lui serait trèèèès différent. Perso je trouve cela dommage, car cet ostracisme du fait de sa manière d’écrire est surtout une excuse pour cacher les propres arrangements avec la vérité de ceux qui l’ostracisent.

            Sur le fait qu’il n’autorise pas les commentaires. Je pense qu’il trouve que la qualité des réponses de ceux qu’il lit dans d’autres blogs (très fort probablement y compris les miens) ne valent pas la peine d’être publiés. Ne pas oublier qu’il a été lâché en rase campagne pour tout le monde alors même qu’il disait la vérité scientifique. Enfin, il répond à tous les mails qu’on lui fait parvenir.

          • Non avons visiblement une vision opposée.
            Personnellement je préfère laisser chacun libre de lire et d’apprécier ce qui lui convient le mieux en l’orientant le moins possible; raison pour laquelle je signale les médecins blogueurs.
            Par ailleurs, vous défendez l’impossibilité d’échanger sur le site d’un médecin que vous appréciez en commentant largement sur mon site qui permet l’échange.
            Votre avant dernière phrase « Je pense qu’il trouve que la qualité des réponses de ceux qu’il lit dans d’autres blogs (très fort probablement y compris les miens) ne valent pas la peine d’être publiés » est surprenante. C’est ce que l’on nomme censure et que donc vous défendez.

          • ps… pff le vieillissement du cerveaux..

            Parce que si on tape dans gogole blog médecin, on en trouve encore plus.

          • ok.
            je ne vous embêterais plus.

          • Marc Girard n’insulte personne, il ridiculise certaines personnes dont les critiques sont totalement à côté de la plaque…

            Il ridiculise par exemple ceux qui trouvent une quelcquonque utilité au vaccin rougeole, qui demandent un « retour du DTP sans aluminium » et qui trouve que le SEUL problème des vaccins est la présence de l’aluminium en tant qu’adjuvant. Il ridiculise ceux qui pensent que nos autorités élargissent l’obligation vaccinale tout simplement parce qu’elles n’ont pas compris le véritable enjeu de la vaccination …

            Marc Girard est celui qui a (et de très loin) le plus écrit sur le sujet spécifique de l’obligation vaccinale, alors que les autres discutaient (et discute toujours) de l’utilité de tel ou tel vaccin, tout en expliquant qu’ils ne sont « surtout pas contre les vaccins.

            Il y a beaucoup d’autres raisons que la seule volonté de ne pas avoir de critique qui peuvent inciter un blogueur a ne pas ouvrir la fonction forum, non ?

            Marc Girard veut inciter les gens (tous les gens qu’il appelle affectueusement le blaireau de base) à prendre conscience de la menace que fait peser l’obligation vaccinale, qui sera élargie à l’avenir au vaccin antigrippale ou au papillomavirus. Il demande aux gens de contester la décision de l’elargissement des OV de manière politique.

            L’elargissement des obligations vaccinales est un scandale absolu. Il n’y a pas besoin d’être expert pour contester cette incroyable mesure décidée par Madame Buzyn.

            MG est le seul qui nous avertit de la possibilité de cet élargissement des OV depuis la fin de la campagne de vaccination contre la « pandémie » H1N1 de 2009.

  7. Coucou,

    Nous collaborons, tous a la bonne marche de ce système mortifère. A moins de vivre comme des ours dans une grotte, ou au fin fond de la brousse!

    Ex. Ce qui est mis dans notre voiture = Madeleine Albright : « Tuer 500.000 enfants irakiens est un prix qui en valait le coup ».

    Culpabiliser autrui ne sert à rien si ce n’est rendre encore plus douloureux le mal- être personnel déjà vécu. Faisons confiance à Docteur Pomme de pin, ainsi qu’à nous m’aime, pour trouver les solutions qui nous permettrons de nous extraire le plus possible des injonctions autoritaires qui mènent au mur.

    Bonne soirée,

    PS. Tous les empires se sont écroulés. Crise financière, humanitaire, sanitaire, climatique, scandales à répétitions ……. les esprits s’éveillent, d’où l’urgence de museler, les provocations pour affaiblir, vouloir neutraliser, diviser, ceuxcelles qui gênent les pouvoirs en place. Ne tomber pas dans le piège des prétendus sauveurs qui comptent nous sortir de la mouise grâce a l’intelligence artificielle, la robotique, le tout connecté, l’écoblanchiment. Ce sont les mêmes pouvoirs, juste avec un autre costume.

    Dans tout ce fatras nauséabond, n’oublions, surtout et jamais le côté spirituel. 🙂

    Allez! Une heure de votre vie afin de mieux cerner, et à mettre en lien avec l’intronisation de Macrounette. Consonance cognitive activée un max. Merci.

    http://www.les-docus.com/mitterrand-le-batisseur-de-mysteres/

  8. @ Herve et admin

    J’apprécie particulièrement les échanges de ce blog car les questions posées ici sont pour moi absolument cruciales.
    Je suis médecin anesthésiste.
    Je suis grosso modo d’accord avec herve avec qui j’ai déjà échangé sur le blog de Michel de Lorgeril et de docteur du 16.

    Cette histoire de collaborer dès lors que l’on accepte d’appliquer des mesures liberticides est à mon sens un simple constat. Une réalité. C’est la culpabilité qui nous empêche de l’admettre.
    On a le choix de refuser; je ne sais pas si j’en serais capable mais j’aurais alors le courage d’admettre que je suis une collabo.

    Mais parmi les collabos, il y a de tout.

    Certains sont pour l’obligation vaccinale et pour tous ces vaccins, pour eux, c’est facile.

    Certains sont contre l’obligation vaccinale mais « pour » tous ces vaccins.
    Pour eux, c’est compliqué dès lors qu’ils se retrouvent à vacciner des enfants dont les parents voudraient s’abstenir. Même s’ils pensent que tous ces vaccins méritent d’être administrés aux nourrissons, ils peuvent avoir un cas de conscience de les faire alors que les parents le font sous contrainte de la loi.
    .
    Certains sont contre l’obligation vaccinale et « contre » une partie de ces vaccins (exemple CMT, doc du 16) et là, effectivement, ils se retrouvent à vacciner des nourrissons contre l’hépatite B ou le pneumocoque alors qu’ils sont persuadés qu’ils font plus de mal que de bien.
    Mais, comme l’ont martelé CMT et doc du 16, ils ne sont pas antivax, on ne sait pas bien quels vaccins mériteraient d’être administrés en systématique à tous ces nourrissons français car ils n’ont jamais répondu clairement à la question mais ils ne pensent pas que les vaccins soient si délétères que ça pour la santé des bébés.
    Le débat sur le site de docdu16 m’a montré à quel point il était impossible de parler de façon complètement honnête des vaccins.
    L’ambiance est pesante, ça part en vrille au moindre mot de travers. Et c’est bourré de non-dits.
    Souvent pas de réponse à des questions toute simples: pourquoi recommander le DTP par exemple? Si l’on se réfère à l’EBM et à hippocrate, rien ne peut nous amener à vacciner tous les bébés avec le DTP?
    Pas de réponse, on est des antivax sectaires… Bizarre…

    Et pour finir, certains sont opposés à l’obligation vaccinale et à l’administration de tous les vaccins actuels (ce qui serait mon cas en pratique si j’étais MG)
    et là, s’ils appliquent la loi, ils doivent vraiment souffrir!

    Ceux qui ne veulent pas admettre qu’ils collaborent ont simplement peur de culpabiliser, d’où leurs propos parfois contradictoires (cf doc du 16 et CMT, Herve sait de quoi je parle…)
    Cette question n’est JAMAIS abordée de façon ouverte, aussi je vous remercie, Admin, de le faire ici et d’être aussi honnête.
    Personnellement, je suis capable d’en parler ouvertement dès lors que ne m’expose pas (confrères en désaccord, conseil de l’ordre)
    CMT et doc du 16 s’exposent. Ils ne sont pas anonymes.
    C’est une situation difficile!

    Si j’étais médecin généraliste aujourd’hui, je serais obligée de me reconvertir car je ne pourrais pas aller à l’encontre de mes principes.
    Mais, en pratique, comment je ferais? Il faut du courage pour se rebeller contre l’ordre établi.

    Cette situation est un supplice.
    Je travaille au CHU et je me tais. je ne me sens pas particulièrement courageuse face à l’adversité!
    Mais je n’ai pas cette problématique avec mes patients car je ne vaccine pas.
    Je l’ai par contre avec mon enfant.

    Pour ce qui est du service rendu par la médecine aujourd’hui, je ne sais pas trop si on fait plus de mal que de bien.
    On a une très bonne médecine d’urgence.
    Pour le reste, j’hallucine tous les jours des dérives du système, ça m’attriste profondément.

    • Bonsoir MT

      Le problème de la vaccination est un problème complexe.
      J’avoue être aujourd’hui un peu perdu suite aux lectures que j’ai pu faire sur le sujet.
      Beaucoup de mes certitudes n’ont plus court.

      Si vous n’obtenez pas de réponses, c’est qu’il n’y en a sans doute pas.
      En effet, beaucoup de questions qui se posent, sont sans réponses.
      Elles sont sans réponses pour plusieurs raisons.
      Tout d’abord car pour beaucoup la vaccination ne se discute pas.
      Ne se discutant pas, il est inutile de chercher des réponses aux questions que l’on ne se posent pas.
      Par ailleurs, il faut des budgets pour mener des études et donc aucun budget ne sera attribué pour faire une recherche sur une question que la majorité ne se pose pas.
      Mais ce n’est pas tout, il y a aujourd’hui des règles éthiques qui sont là pour protéger les patients et ceux qui se soumettent aux essais.
      Le bénéfice de la vaccination ne se discutant pas, il n’est donc pas éthique de priver de bénéfice un « cobaye » en faisant une étude sur un vaccin en double aveugle contre placebo .
      Ainsi par exemple, pour la grippe aucune étude n’est faite pour juger l’efficacité du vaccin contre la grippe car le dogme que la vaccination anti-grippale qui sauvent des vies ne permet pas d’étudier son efficacité.
      Et donc la boucle est bouclée.

      Et je ne parle pas du lobby pharmaceutique qui gagne tellement d’argent avec des dogmes et des « croyances » qu’il fait tout pour que rien ne change.

      Donc ne soyez pas surprise de ne pas recevoir de réponses de CMT ou de Docteurdu16, la raison est, je pense qu’ils n’ont pas de réponses à apporter à votre questionnement car ces réponses ne sont pas disponibles.

      Pour ce qui est de l’éthique médicale, vous percevez parfaitement la problématique que je rencontre en tant que médecin généraliste. Dans mes lectures, j’ai appris beaucoup de choses que j’essaie de faire partager avec les patients. Ensuite, je considère que chacun est responsable de son corps et les parents responsables de leurs enfants.
      Chacun doit prendre ses responsabilités.
      Mais le problème c’est que beaucoup cherche à faire porter aux autres leurs propres responsabilités.
      La société incite à cela.
      Pour tout autre domaine que la santé, c’est peut-être ennuyeux mais c’est acceptable car cela ne va pas chercher très loin et il suffit souvent de dire non.
      Par contre dans le domaine de la santé c’est inacceptable.
      C’est la raison pour laquelle je me suis battu contre l’obligation.
      Car dans cette obligation, il y a la contrainte mais il y a aussi l’état qui contraint et qui se défaussera quand des problèmes verront le jour. N’oublions pas les affaires du sang contaminé.

      Je ne veux donc pas prendre les responsabilités qui ne sont pas les miennes.
      Or c’est ainsi que dérive la société.
      J’hallucine quand je lis des commentaires de patients qui râlent contre les médecins généralistes car ils ne peuvent pas consulter à leur guise.
      J’hallucine quand je lis des commentaires de patients qui considèrent les médecins généralistes comme responsables des déserts médicaux dont ils souffrent.
      J’hallucine quand je lis des commentaires de patients qui considèrent les médecins comme des distributeurs d’ordonnances de leurs désirs de consommation de soins.
      J’hallucine quand je lis le mépris de patients pour les médecins généralistes qu’ils considèrent comme des nantis car ils gagnent beaucoup plus d’argent qu’eux.
      Je suis en colère quand je vois que tout cela n’est que le résultat de la propagande des autorités qui ont micros ouvert dans les médias et qui donc peuvent manipuler à leur gré les citoyens.
      Mais notre société est ainsi.
      Elle n’est faite que de communication, de propagande et de manipulation.
      Mais qui s’en rend vraiment compte?
      Suivant mon analyse, une minorité.
      Et comme écrivait Hervé, il n’y a pas suffisamment de gens lucides pour que cela change.

      Pour terminer, comment vivre et travailler avec tout cela?
      C’est une question que je me pose tous les jours et dont j’essaie de trouver des réponses.
      D’un point de vue professionnel, et compte tenu de ma façon de penser, de mon éthique, je me suis fermé beaucoup de portes. Il est vrai que je n’ai jamais voulu « transiger ». J’ai aussi essayé pas mal d’exercice différents mais ma « rigidité »(c’est un reproche que l’on me fait), ma volonté de préserver ma liberté a un prix que je dois assumer.
      En tant qu’anesthésiste vous pouvez continuer à exercer votre activité professionnelle et j’en suis ravi.
      Pour les médecins généralistes c’est beaucoup plus difficile comme vous le notez.

      Mais ceux-ci vont disparaître, j’en suis persuadé et ainsi le « problème » se réglera de lui même.
      Ce ne sera pas un progrès, loin s’en faut, mais il en sera ainsi.
      Mais il n’y a personne pour défendre la médecine générale et les médecins eux-même n’en sont pas capable.
      La dérive du système commence à se voir, du moins pour ceux qui sont attentifs, c’est à dire peu de gens.
      Elle perceptible dans la diminution progressive de la santé en bonne santé, diminution qui n’est apparu que depuis peu.
      Elle est perceptible aussi dans la stagnation de l’augmentation de l’espérance de vie et ce n’est pas l’annonce de l’immortalité possible dès 2050 grâce aux « progrès » issues de l’innovation qui va changer quelque chose (encore une propagande sur une croyance!).
      Cela se voit aussi dans l’augmentation des démences et des personnes âgées dépendantes.
      Mais devant ces signes nos dirigeants sont aveugles et cela d’autant plus qu’il n’y a que l’argent, les profits et la croissance qui comptent.

      Pour ma part, il ne me reste que peu d’années d’exercice mais j’ai de plus en plus de mal aujourd’hui à les envisager.
      J’ai une pensée pour mes jeunes confrères et je ne sais pas comment ils feront.
      Les deux seules solutions c’est soit accepter et vivre avec soit partir et faire autre chose.
      C’est triste de penser que la médecine générale ne puisse être exercée aujourd’hui en dehors de ces deux manières.

      Que dire de plus?
      Que la vie ne se résume pas dans sa vie professionnelle?
      Mais il faut bien vivre et faire vivre sa famille.

      Pour moi je considère important de dialoguer et d’échanger sereinement.Or je constate que là aussi c’est devenu quasiment impossible.
      C’est ces échanges que j’apprécie dans mon blog, des échanges comme ceux-ci.
      Ces échanges sont rares donc précieux.
      Ils me permettent d’avancer dans la réflexion et d’envisager des solutions et des choix.

  9. On est dans la propagande pure et dure.
    La grippe.
    Maintenant la rougeole.
    C’est grotesque. Un enfant de 3 ans comprendrait qu’on se fout de nous.
    Combien sommes-nous à être lucides dans le tas???

    Oui, Herve_02, les médecins qui se sont élevés contre l’obligation vaccinale se taisent et appliquent.
    Parce qu’ils sont isolés et qu’ils estiment qu’ils n’ont pas le choix..
    Parce qu’ils pensent aussi que les vaccins ne sont pas si dangereux que certains veulent bien le penser.

    Si j’étais médecin généraliste aujourd’hui, qu’est ce que je ferais?
    Je ne pourrais pas vacciner des petits (ni des grands d’ailleurs!), ma conscience ne s’en remettrait pas.
    Je déposerais ma plaque?

    • Oui, si il n’y a pas de moyen il faut déposer sa plaque. On trouve toujours une excuse pour reporter sur les autres les effets délétères. Est-ce le médecin qui devra gérer un enfant autiste ? ou un adulte mort car attrapé par la rougeole car il n’aura pas été immunisé comme il faut ? ou un enfant souffrant de sclérose en plaque ? Non bien sur, il pourra toujours se rassurer en disant qu’il n’est pas coupable, peut être juste responsable, un peu et encore car il à fait ce que les autres lui ont demandé. Alors les médecins qui viennent piounner comme des bébés qu’ils sont libéraux et n’ont d’ordre à recevoir de personne dès que l’on veut légiférer un peu, acceptent comme des p* dès que c’est l’autre qui va s’en prendre plein la tronche. De mon époque, on appelait cela des collabos. De toute façon, nous avons bien un ‘ministre’ qui a tué des milliers de gens du sida et qui continue sa carrière politique, comme si de rien n’était. Doit-on rester soldat s’il faut violer les femmes des territoires que nous parcourons ? Doit-on devenir un déserteur, pas facile n’est-ce pas ?

      Les politiques pensent qu’il vaut mieux laisser crever les pauvres (il y en a tellement) que de risquer de changer de société.
      Les flics pensent qu’il vaut mieux taper sur la gueule d’un innocent (surtout s’il est arabe ou sdf) que de laisser un coupable en cavale.
      Les fonctionnaires pensent qu’il vaut mieux radier un nécessiteux que de donner quelques euros à un fraudeur.
      Des mamans pensent qu’il vaut mieux tuer leur bébé que de les laisser vivre dans une société si mauvaise.
      A l’époque de la guerre, les soldats pensaient qu’il valait mieux gazer les juifs plutôt que de remettre en question la doxa ambiante.
      Les médecins pensent qu’il vaut mieux prendre des risques avec la santé des enfants que de risquer le conseil de l’ordre. Il vaut pieux que…

      Il y a toujours une bonne raison de baisser la tête et laisser faire en se rendant complice.C’est comme cela que les tyrans arrivent à perdurer. Je n’ai pas de sympathie pour ces médecins qui justifient, par des mensonges, un acte médical qui vient du passé. Acte médical qui est porté par des labos financiarisés ne cherchant que la rentabilité outrancière (ne parlons pas de la dépakine, car il ne faut pas critiquer une entreprise qui marche, même si elle tue et mutilent des enfants). Comment les pouvoirs publics arrivent à cacher les scandales qui abîment les gens ? Dans quelle dégénérescence sommes nous pour accepter cela sans prendre les armes ?

      Quelle société dégénérée vivons nous pour ne plus protéger nos enfants coûte que coûte ?

      Quelle dernière découverte sur les antibiotiques qui, eux, ont vraiment changé la médecine (avec l’asepsie) ? Antibiotique que nous avons rendus pratiquement obsolète et inopérant à force d’en donner trop. Quelle coïncidence, ça refait la même chose avec les vaccins, on vaccine à tout va tout le monde et n’importe qui créant de toute pièce des nouvelles souches et des souches résistantes, empêchant notre corps d’apprendre à nous battre, massacrant notre système immunitaire. Tout cela pour faire de la croissance à haute rentabilité (et peu d’emploi) en fabriquant des produits approximatif que l’on injecte à la masse.

      C’est juste à vomir.

      L’homme est le seul animal qui n’apprend pas, peut être est-il normal qu’il disparaisse. Mais eux avant moi.

      • Bonsoir Hervé

        J’ai lu avec stupéfaction l’expression de votre colère.

        J’ai trouvé que vous étiez dur et injuste avec les médecins qui se sont manifestés contre l’obligation vaccinale en disant qu’ils la défendaient maintenant. Que peuvent-ils faire?

        Je vous ai lu avec attention.
        En tant que non médecin, vous percevez avec justesse la situation dans laquelle se trouve les médecins actuellement : entre le marteau et l’enclume.
        Votre conclusion : déplaquer, arrêter d’exercer, ne plus travailler.
        Mais qui peut, aujourd’hui se permettre de ne plus travailler?
        Qui peut lorsqu’un problème éthique se pose, quitter son emploi?
        Personne ou presque.
        Il faut faire avec, malgré la souffrance que cela procure ( et je ne parle pas que des médecins).
        Nous avons sans doute une des explications de la souffrance au travail qui se traduit quand elle est trop intense par des suicides.

        Le métier de médecin est particulier.
        Il a en charge la santé de tout un chacun.
        Mais les médecins sont des humains comme les autres, ni meilleurs ni pire.

        C’est bien la société qui dysfonctionne quand elle impose une contrainte médicale. N’en blâmer pas les médecins pour ce dysfonctionnement même si beaucoup, je vous l’accorde sont critiquables et je suis le premier à les critiquer.
        Que penser d’une société qui fait en sorte que les médecins deviennent les auxiliaires de ses décisions autoritaires?

        La société dans laquelle nous vivons dérive de plus en plus dans de l’inadmissible.
        Cela se fait globalement en douceur, ce qui n’a pas provoqué jusqu’à présent de mouvements violents des citoyens.
        En cela votre exaspération vis à vis de l’exercice de la médecine est perceptible.
        Avec un autre ton que le votre, j’exprime moi aussi mon exaspération de ce qui se passe jour après jour.

        Ce qui est le plus exaspérant, c’est que rien ne bouge.
        Au contraire, les choses continuent à progresser dans le même sens, vers l’aggravation.

        Mon questionnement restera, à n’en point douter sans réponse des autorités.
        Comment cela pourrait-il en être autrement car ce questionnement pointe du doigt les incohérences des décisions gouvernementales.

        Que nous reste-t-il aujourd’hui comme possibilité, à part nos coups de colère sans efficacité?

        • bonjour,

          Je comprends votre interrogation, bien qu’elle ne réponde pas aux simples questions : il est compliqué (et risqué) pour un soldat de devenir déserteur alors on peut comprendre qu’il faut qu’il continue à violer. On peut comprendre que pour une maman dans une situation compliquée, elle peut décider que l’infanticide est la meilleure (ou la moins pire) des solutions et les laisser faire.

          Nous sommes dans un ‘there is no alternative’ que même les médecins qui sont contre, brandissent. On ne peut pas ‘en même temps’ (expression à la mode qui veut dire : on vous enfume, vous avez le bâton et en même temps la carotte – mais dans le fondement) expliquer que les dérives de la médecine sont ubuesques, scientifiquement incompréhensibles et trouver des excuses aux médecins qui appliquent avec diligence et pour certains avec ferveur.
          Il n’est que circuler sur les groupes facebook pour entendre le compte rendus de consultations chez des pédiatres. À croire que les personnes qui ont reçu les mamans n’avaient aucune notion de simple médecine (conneries sans nom sur les vaccins, incompétence notoire en périnatalité, diafoirus haruspice en allaitement, allant même à déjuger l’oms qui promeut l’allaitement exclusif (pas même une cuillère d’eau) pendant au moins 6 mois. A quoi servent-ils s’ils ne sont même pas capable de gérer la simple alimentation d’un bébé ?
          A quoi sert de vacciner un bébé allaité alors que l’on SAIT que ce sont les anticorps maternels (passant dans le lait) qui défendent le bébé et qu’il ne produit rien lui même, le vaccin servant juste à lui faire prendre un risque à cause de la multitude des valences et des produits merdiques ajoutés pour les bénéfices industriels. Industrie même pas capable de faire une médicament équivalent à l’autre (il suffit de voir ce que cela à donner à la thyroïde) et comme je suis sympa, je ne parle pas des scandales.

          Ainsi si les parents ne peuvent que rentrer seuls en rébellions contre la justice et les médecins, il ne faut pas se plaindre que les gens arrêtent les médecins et se tournent vers des médecines qui sont passées de alternatives à complémentaires. Pourquoi ce grand saut lexical ? car les médecins, pour ne pas perdre leur patientèle, acceptent que les gens consultent ailleurs et viennent les voir ‘en plus’ au cas ou, en continuant à instiller l’idée qu’ils sont importants. Bénéficiant même peut être des résultats des ‘charlatans’ et se les attribuant. Peut être que nous voyons au grand jour ce qu’est la médecine (hors traumato et certaines chirurgies d’urgence) : une cautère sur une jambe de bois, ne soignant pratiquement que ce qui se serait soigné seul, avec l’aide des antibios.

          Pour des gens en bonne santé (sans pathologie grave) il vaut mieux se tenir éloigné du médecin qui prescrit à tout va, même pour un nez qui coule (et pas du placebo : Chlorure de benzalkonium + furoate de mométasone monohydraté au lieu d’une boite de mouchoir). Et là, la défense classique : celle du patient consommateur qui demande et que s’il n’a rien va ailleurs -> donc on prescrit pour lui faire plaisir.. Mais ils prescrivent même si vous dites que si rien n’est vraiment nécessaire, vous vous satisfaites de rien.

          Combien de médecin prescrivent du repos : au chaud au lit avec un bonne soupe pour 3 jours ? aucun. De la chimie et à l’école, de la chimie et au travail. Et 20 ans après, on s’aperçoit que la pharmacovigilance a caché pendant des années que ce que l’on vous prescrivait était mauvais pour la santé, car soit disant pas assez d’études (sauf dans les autres pays qui ont arrêté des décennies avant).

          Il ne reste rien de bon dans la médecine pour le patient moyen. rester éloigné des produits toxiques, des molécules chimiques et des médecins.

          Je peux fournir à ceux qui le désirent copie d’ordonnances renouvelées régulièrement prescrivant 4 gr de paracétamol par JOUR, en CONTINUE pendant des mois, pour des lombalgies, venant de médecins de CHU 120 gr par mois, presque 1,5 kilo par an. par des médecins. Autant devenir alcoolique si on veut attraper une bonne cirrhose, au moins on a l’ivresse.

          Vous expliquez qu’il ne faut pas faire haro sur les baudets (enfin les médecins), ok, mais ce qu’il va se passer c’est que les gens ne vont plus y aller, ne prendront plus de mutuelle et rechigneront à payer la sécu, s’arrangeant entre eux. Nous y réfléchissons de plus en plus. Qui paiera les médecin s’il n’y a plus de sécu ? comment vivra un médecin sorti des 99% de consultations qui peuvent se régler sans lui ? moi je m’en cogne, je ne suis pas médecin et ma dernière consultation doit remonter à au moins 15 ans, même quand je suis tombé, même quand j’avais mal au genou, même quand j’avais divers inconforts qui ont fini par passer.

          Lorsque je vois des médecins défendre les obligations, ne pas se hérisser lorsque l’on entend que le vaccin est la plus grande invention de la médecine, mentir sur l’absence d’effets secondaires, affirmer avec force qu’il n’y a aucun lien entre msn et vaccins, je les classe en dessous d’un vétérinaire. Nous sommes allé chez un véto il y a 15 jours (plus d’aluminium dans les vaccins vétérinaires depuis plus de 15 ans – ils faisaient des cancers violents aux points d’injection, mais comme ils pèsent que le poids d’un bébé et que c’est la dose qui fait le poison, y’a pas de risques… sauf peut être pour les bébé, mais comme la mort subite est juste sans aucune raison médicale, y’a aucun rapport). Ils déconseillent les vaccins. Bon pas d’épidémie de rougeole chez les chats. Lorsque j’étais bébé, TOUS les enfants faisaient la rougeole,on parle pas de 250 cas, mais probablement des centaines de milliers de cas par ans et tous les vieux sont immunisés, alors que maintenant les gens de 30 ne le sont pas, depuis les vaccins.

          Non, on ne peut plus défendre LES médecins. On peut discriminer quelques médecins parmis eux, ceux qui méritent le respects, mais les autres doivent être mis aux bans de l’humanité avec les charlatans qui vendant du pétrole comme remède miracle aux ignorants. ce n’est plus une profession d’altruisme, mais une profession de faiseur de fric. 35 euros + l’injection pour un pédiatre en 5 minutes. un simple voleur.

          ps: je comprends que vous vous sentiez meurtri par ce discours, mais c’est comme les brutes en blanc de wrinkler/zafran il y en a, à la pelle, et les défendre vous positionne du mauvais coté de la limite. Il ne s’applique pas à vous, aux à la grande majorité des médecins. Même dupagne qui a décidé de suivre le ministère, alors qu’il SAIT que c’est néfaste. Il fait le choix du compromis contre la santé de certain (% impossible à déterminer car on camoufle les chiffres). Qui connaît le nombre de narcolepsie suite à pandermix, le vaccin sans effets secondaires retiré en loucedé du marché ?

          • Bonjour Hervé

            Je ne trouve pas grand chose à redire à votre « démonstration ».
            Vos comparaisons sont un peu « cash » mais dans l’esprit elles sont justes.
            Il est difficile dans une société d’aller contre le pouvoir, que l’on soit « soldat » ou « maman ».
            Et pourtant notre société se dit démocratique et prône la liberté.
            Mais n’est-ce pas encore de la propagande?
            Sans nul doute dans un certain nombre de domaine dont la santé, la démocratie et la liberté sont absentes.
            Combien de faits peuvent être rapportés contre l’affirmation de notre liberté et de notre démocratie française?
            Mais nos élites, nos dirigeants et nos médias n’aiment pas les faits.
            Du moins ceux issues de la société française, car les faits turques, américains ou venant de tous autres pays, ceux-là ils sont mis en lumière et analysés.

            Je suis parfaitement d’accord avec vous que le discours médical tient plus aujourd’hui de la propagande autoritaire que de la réflexion scientifique.

            Je partage votre analyse sur le recours aux médecines « complémentaires » par décrédibilisation de la médecine « normale ».
            Je suis le premier à dire que si tant de patients ont recours à des médecins « complémentaires » c’est en partie à cause de l’attitude du corps médical autoritaire et corrompu.
            Est-ce une sorte de rébellion? Je ne le vois pas ainsi. Je pense plutôt qu’il s’agit d’une réaction au fait que beaucoup ne trouvent plus auprès de leur médecin l’écoute et le respect qu’ils sont en droit d’attendre. Je ne pense pas que cela soit de la rébellion, au contraire. Est-ce un choix contre ou un choix pour?
            Ces médecines ne sont pas alternatives mais bien complémentaires. Dès que les choses s’aggravent tous se tournent vers l’hôpital ou les antibiotiques et il n’y a rien à redire à cela.

            Le problème de beaucoup de médecins c’est, je pense, qu’ils ne lisent pas.
            Ils se contentent des avis d’autorités qu’ils viennent des autorités sanitaires ou des professeurs de médecine.
            A ce sujet, nombre de médecins n’ont pas conscience de la gravité de la corruption en médecine.
            Pas seulement la corruption par l’argent mais aussi la corruption des études cliniques.
            La plupart des médecins font confiance aux conclusions des études sans se rendre compte à quel point elles sont biaisées.
            Le problème est que plus on lit, plus on remet en question son propre savoir.
            Et il n’y a rien de plus inconfortable que de douter.
            Dans beaucoup de domaine de la médecine, la croyance des médecins est très forte. Cela devient même une sorte de religion comme pour la vaccination ou pour les dépistages.
            Il ne faut alors pas être surpris que les médecins défendent de façon autoritaire ces sujets.
            Vous n’êtes pas surpris quand un religieux défend sa religion mais vous l’êtes quand un médecin défend les obligations au point de les classer comme vous dites en dessous d’un vétérinaire.
            Pourtant c’est la même chose. Le médecin qui défend les obligations vaccinales le fait comme s’il défendait sa religion. C’est la raison pour laquelle, les faits que vous pouvez mettre en avant, il ne les accepte pas. Même si ce sont des faits vérifiables.

            Je suis d’accord qu’un médecin qui se comporte plus comme un croyant que comme un scientifique, c’est dérangeant.
            Mais nous en sommes pourtant là.
            Nous pouvons chacun le constater.
            C’est l’évolution de la médecine aujourd’hui : des croyances contre des faits.

            Vous généralisez votre attaque à presque l’ensemble des médecins.
            Vous mettez l’ensemble de mes « confrères » au même niveau que les charlatans.
            Je pense qu’il existe plus de médecins altruistes que vous le pensez mais je suis d’accord avec vous qu’ils sont une minorité parmi l’ensemble des médecins. Mais qui aident ces médecins qui veulent être critique? Personne. Au contraire, tout est fait pour les décourager ( j’ai une expérience personnelle là dessus!). Vous même d’ailleurs en êtes conscient quand vous parlez du conseil de l’ordre dont chaque médecin est soumis.

            Vous ramenez enfin la profession médicale à des faiseurs de fric.
            Là aussi, je pense qu’il y en a bien moins que ce que vous pensez.
            Mais rappelez vous que la société, les autorités sanitaires, la CPAM valorisent les médecins qui multiplient les consultations à 25 euros ( ou un peu plus pour les pédiatres et autres spécialistes) au détriment de ceux qui prennent le temps avec leurs patients. Telle est la perversion du paiement à l’acte. Beaucoup voudraient en sortir pour pouvoir justement faire une meilleure médecine, plus « humaine », plus « indépendante ».

            Pour terminer, je ne voudrais pas que vous voyez dans ma défense de la profession, une sorte de corporatisme.
            Mais je vis la situation de « l’autre coté de la barrière ».
            J’espère que vous avez compris que je suis d’accord avec vous.
            Je ne me sens pas meurtri par vos propos parce que bien que médecin moi-même, je ne sens aucune communauté avec les médecins que vous accusez.
            Je ne les défends pas comme vous semblez le croire. J’essaie juste de comprendre comment ils fonctionnent car ce n’est pas mon fonctionnement.

            Comme je l’ai écrit, ils fonctionnent beaucoup sur la croyance. Ce sont des « religieux » d’une médecine qui n’existe pas. Ils ne voient pas la réalités des faits. Ils ne voient pas la corruption des élites médicales ou leur propre corruption. Ils ne voient pas les études manipulées par l’industrie pharmaceutique. Ils sont dans le « rêve » de la médecine toute puissante, croyance dans laquelle ils sont maintenus par les divers lobbys et puissants agissants.

            Enfin, comment vivre son exercice quand on est médecin conscient de toutes ces croyances?
            Être dans le compromis ou quitter la profession, faire autre chose.
            Ce que la majorité des gens qui travaillent font, en restant malgré les difficultés c’est nier les difficultés ou vivre avec.
            Avez vous un autre choix à proposer?
            Moi je n’en vois pas.

          • Non je n’ai pas de choix autre à proposer.Il n’y a pas d’autre choix car la masse critique pour opérer un changement ne peut pas être atteint.

            Il reste le tirage au sort en place de toutes les élections et peut être qu’un intelligent pourra en sortir.

            Il ne reste qu’a se retirer de la société et de l’école. L’école est la fabrique généralisé de la soumission.

            Ils vont l’hôpital car ils pensent pouvoir y être soignés, mais quelle est le pourcentage de gens qui ne se seraient pas été soignés tout seul, sans intervention de la chimie ? Et quel pourcentage de gens mort de iatrogénie ou d’une infection nosocomiale ? est-ce que le bénéfice risque est favorable ?

            Comme je dis il reste la traumato (mais on peut bien faire une attelle), et la chirurgie (là faut vraiment le vouloir pour essayer lol).

            Moi j’ai fais le choix (pas médecin, mais début de carrière de profs) de me retirer. Mes choix personnels ont été des sacrifices car je ne pouvais pas cautionner ce qui se passait. Si on arrive à se détacher de la matérialité, on peut tout à fait vivre en dehors de la société. Lui achetant que ce que l’on juge nécessaire. Plus on juge des choses comme nécessaires, plus il faut collaborer pour obtenir de quoi acheter.

            Chacun trouvant son juste milieux.

            ps : un médecin qui défend son savoir comme une religion n’est plus un scientifique (et donc plus un médecin) mais un gourou d’une secte, qu’il faut éviter. Dans de nombreuses sectes, tout se passe bien pour la majorité. La secte médecine tue des gens (20 000 par an – et je ne parle pas de méningite foudroyante qui traîne des semaines de doliprane en aspirine) et en mutile des milliers d’autres. Elle a tué mon beau père qui est entré à l’hosto pour une prothèse de anche et en est sorti pour mourir.

            ps de ps : je comprends la souffrance d’un médecin honnête (il faut le préciser maintenant, ce n’est plus automatique) devant la morne plaine qu’est devenu la médecine. quel médecin (à part vous) à fait un article sur la propagande vaccinale que l’on voit surgir partout ?

          • Bonjour Hervé

            Je trouve amusant que vous soyez arrivé à la même conclusion que moi : le tirage au sort en place du vote et des élections. Peu de personnes ( mais il y en a car j’en ai rencontré) ont compris que nos élus nous manipulent pour obtenir nos votes par des promesses qu’ils ne tiennent jamais. Cela étant admis, la seule solution qui reste pour faire tourner toutes nos institutions, est le tirage au sort. D’ailleurs, toutes les justices vraiment démocratiques font appel au tirage au sort des jurés qui décident de la peine à infliger pour manquement aux lois. C’est donc que le tirage au sort est gage d’indépendance et de justice. Il pourrait donc être appliqué pour les postes aujourd’hui électifs. Mais quels élus feront passer une telle loi? Aucun car tous une fois élus, s’empressent de profiter du système à leur profit plutôt qu’au profit de la collectivité. Il n’y a qu’à voir le nombre de députés présents en séance à l’assemblée nationale!

            Je suis en désaccord avec vous sur la balance bénéfice/risque des soins hospitaliers.
            Je pense qu’ils sont plus bénéfiques que délétères même si je suis d’accord avec vous que la iatrogénie est un sacré problème.
            Cependant j’accepte que vous puissiez penser à l’opposé de moi et accepte aussi que peut-être vous avez raison même si je pense que vous avez tord.

            Je m’interroge beaucoup sur mes années à venir.
            Il semble que nous soyons d’une génération proche ( la vaccination anti-rougeole n’existait pas quand j’étais enfant et je crois me souvenir d’avoir attrapé la rougeole étant enfant sans cela soit une catastrophe pour mes parents!).
            Vous avez parfaitement raison quand vous affirmez que pour vivre dans la société il faut collaborer.
            Comme j’ai de plus en plus de mal avec cette « collaboration », je réfléchis aussi à la possibilité de la réduire, voire même à en sortir.

            Je ne sais pas si les médecins forment un secte.
            J’ai du mal à admettre une telle affirmation mais je vois bien des faits qui vont dans ce sens.

            Vous avez raison, je souffre de cette évolution du métier qui est le mien.
            Mais comme vous avez pu vous en douter, je me soigne ;-))
            Écrire et échanger par ce blog en est un des « médicaments ».

            Pour finir, vous vous plaignez du peu de médecins qui s’expriment dans des blogs.
            Je suis d’accord avec vous.
            Mais tenir un blog demande du temps.
            Il faut consacrer du temps, chose que les médecins ont de moins en moins.
            Après la problématique du temps est une problématique de priorité personnelle.
            Comme je l’écrivais, la grande majorité des médecins ne lit pas, même pas les blogs.
            J’ai eu un exemple hier sur tweeter où un confrère ou une consœur posait la question de la vaccination des plus de 50 ans pour la rougeole. En effet la peur entretenue par les autorités et les médias sur le sujet ont amené un certain nombre de patients à s’interroger sur leur propre statut vaccinal et ont interrogé leur médecin.
            Si ce médecin avait lu mon billet et pris connaissance de l’étude de INVS de 2013, il aurait eu sans doute la réponse.

            Je sais que mon blog est peu lu.
            Mon but n’est pas la « popularité » mais comme j’ai personnellement appris beaucoup sur des questions médicales sur des blogs de confrères, j’essaie moi aussi d’apporter de l’information médicale pertinente et indépendante.
            Par ailleurs, une autre personne expliquait sur tweeter que l’information médicale était apportée, pour le plus grand nombre par un site comme Doctissimo. Cela n’est pas vraiment surprenant dans notre société « Hanouna compatible ».
            Mais c’est à désespérer.

          • @Admin et Hervé : Si le sujet du tirage au sort vous intéresse, je conseil vivement l’essai de David Van Reybrouck « Contre les élections ». Même s’il part du prisme belge, c’est parfaitement d’actualité pour nos modèles occidentaux.

  10. Ce n’est pas tellement la rougeole qui est en action ici. Il y a une propagande digne des années les plus noires pour forcer les gens à se vacciner. Cette épidémie de crétins tombe à pic (comme l’homme) pour sauver le soldat vaccination. Que ce doit être intelligent un virus de la rougeole pour arriver juste au moment ou les crétins qui nous gouvernent (je suis même sympa de penser crétins, car cela veut dire qu’ils ne sont pas juste des criminels) veulent nous forcer, contre tous les traités internationaux, contre les droits de l’homme, contre la plus simple humanité.

    J’ai accès à 2 journaux (oui je sais, je suis un peu masochiste), les 2 font régulièrement des papiers dithyrambiques sur ce sujet. Qui de l’épidémie de rougeole, Qui du vaccin qui a sauvé des millions (milliards ?) de vies, Qui du vaccin comme plus grande invention de l’humanité (exit l’asepsie). Il faut prendre les gens pour des c* jambons quand même.

    Pas un seul des journalistes de ces journaux pour réfléchir (remarquez c’est incompatible avec le métier), pas un seul pour trouver des chiffres. Il y a même des mensonges qui sont divulgués comme des vérités absolues (par exemple des pays qui vaccinent obligatoirement les bébés et les enfants contre la rougeole).

    Le pire de tout étant qu’il y a une palanqué de médecins (enfin des gens ayant un doctorat en médecine) qui ressassent ces contre-vérités, ces approximations et ces mensonges. Le plus étonnant, c’est que le conseil de l’ordre qui sous la plume de boué (de sauvetage) avait écrit une bulle (quasi papale) sur les foudres quasi divines qui allaient s’abatte sur les quasi mécréants qui allaient diffuser des quasi-mensonges.

    Comme le ciel ne semble tomber sur la tête de personne, on ne peut qu’imaginer que l’ordre pense que ces mensonges sont des vérités. En effet comment ces scientifiques laisseraient passer des erreurs dans leur domaine de compétences ? Posons alors la question de la compétence. Comment une profession, dans sa quasi entièreté, est si ignorante d’une maladie infantile, qui était courante et plutôt inoffensive, à l’époque de leurs études ? qu’ont-ils étudié en fait ? Comment la profession de médecin a été tellement dévoyée que maintenant j’ai peur d’aller chez un médecin, peur qu’il me prescrive un traitement qui va me faire plus de mal que de bien ? Ainsi c’est tout le profession de médecin, ses ordres et autorités qui sont discrédités. Comme l’état français s’est discrédité en livrant les juifs à l’allemagne avec une célérité qui étonnait même les allemands.

    Nous avons les même mécanismes en action. Les même contre-vérités à rebours de la vérité scientifique, porté par des mensonges répétés des milliers de fois jusqu’à ce que cela deviennent une vérité dans la tête du plus grand nombre, qui transformés en moutons zombies, va aller insulter ceux qui ont encore une once de réflexion.

    Il y a un deuxième effet kiss-cool. Une partie des médecins (genre doc16, cmt, dupagne et bien d’autres) qui s’était élevés contre l’obligation vaccinale avant qu’elle ne soit inscrite dans la loi et qui se sont ensuite rangés dans le camp de ceux qui soutiennent les vaccins, aujourd’hui se taisent et leur silence vaut acceptation. Ils rentrent dans les rangs et vaccinent… et ne déclarent pas les effets secondaires (car tout le monde le sait, il n’y en a pas, ce ne sont que des coïncidences : corrélation ne valant pas causalité – sauf pour expliquer que les vaccins ‘ça marche’).

    Nous venons de perdre en route la démarche scientifique pour entrer dans l’ère de la propagande. C’est bien la peine de se moquer de ceux qui pensent que la terre est plate ou que dieu à créer adam et eve, l’état français, la représentation nationale, les administrations et les corps intermédiaires sont dans le même dénie de réalité.

  11. Bonsoir,

    Merci,

    Fouiller ici, il doit y avoir des infos importantes afin de mieux comprendre,

    http://www.dur-a-avaler.com/category/medicaments-2/vaccins/

    Bien à vous,

  12. Moi, en regardant le tableau, je lis que 99,5% des 40-49 ans sont protégés. Quid des 50-99 ans ????
    C’est intéressant comme nos préjugés orientent notre interprétation des données, et notre façon de les présenter aux autres, non ?

    Après, je partage toutefois certaines de vos interrogations.

    • Oui, mais les investigateurs de l’étude n’ont pas étudié les plus de 50 ans.
      Vous avez raison, en bonne « science », on ne peut pas conclure pour les plus de 50 ans car ils n’ont pas été étudiés.
      Mais les connaissances sur la durée de protection suite à une infection par un virus « sauvage » permettent de penser qu’il en est de même pour les plus de 50 ans.
      On peut dire que ce sont des préjugés ou des conclusions logiques.

    • @Clémençon

      Moi en regardant les études, je n’arrive pas, en bonne science, à montrer une preuve que les vaccins marchent. Serait-il possible d’avoir, pour sortir des préjugés, une étude en double aveugle vaccinés contre non vaccinés sur la morbi-mortalité et la santé générale ? Et pas seulement sur 3 jours et 50 personnes n’est-ce pas. et pas dans un pays dénutri en guerre vs un pays civilisé.

      juste une simple étude comme cela qui montrerait que les vaccins ça marche ?

      C’est intéressant comme nos préjugés sur le fait que les vaccins marchent orientent notre interprétations des données et notre façon de les présenter aux autres. Et comme je suis sympa je ne parle pas des dépistages en tout genre (seins, prostates colo-rectal…) La science à la carte. La science facebook.

      • Vous voulez une preuve d’un vaccin qui marche ? Renseignez vous sur celui de la rage que l’on utilise notamment en curatif.

        • on peut avoir une petite étude clinique du vaccin vs placebo dans laquelle on injecterait la maladie aux cobayes/patients pour vérifier via une absence de symptômes ou le développement d’une forme atténuée de la dite maladie ?

          Parce qu’à ce jour les seules études cliniques d’ « efficacité » des vaccins que j’ai pu lire sont juste des dosages d’anti corps (immunogénicité)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *