Une année de plus de passée.

Je souhaiterai, alors que la nouvelle année commence,revenir sur cette année 2017.

Que s’est-il passé en cette année écoulée, qui soit notable dans l’évolution de la santé? Jetons un coup d’œil dans le « rétroviseur ».

 

Dès le début de l’année, les décisions et comportement du Conseil de l’Ordre des Médecins m’interpellait . Toute l’année 2017, me verra m’interroger à plusieurs reprises sur cette institution avec en point d’orgue, la menace du président national de l’Ordre des Médecins, vis à vis des médecins qui oseraient s’interroger sur l’obligation vaccinale.

 

Dans la droite ligne de ce qui sous-tend le comportement de l’Ordre des médecins: l’obéissance à l’ordre établi, l’obéissance aux autorités, la remise en cause d’une pensée critique;  la contestation de la différence et jusqu’à l’interdiction même de penser différemment s’exprimait dans les écrits de 2017 de confrères. Je m’en étonnais.

 

Peu de temps après ces réflexions, la « saga » de l’obligation vaccinale commençait. Ce sera un des grands sujets de santé qui agitera la fin de l’année 2017. Preuve s’il en est, ce sera même un sujet d’actualité car le quotidien le Monde en fera sa Une du 31 décembre 2017 comme avec lui Le Figaro. Les sujets santé sont dans mon souvenir, rarement à la Une des quotidiens nationaux. Il est donc clair que cette problématique de l’obligation soulève un questionnement qui va au delà de la seule santé.

 

Une autre « saga » qui semble en ce début d’année 2018 s’être estompée, fut sans nul doute, la « saga » du Lévothyrox. Elle s’étala sur plusieurs semaines, fit couler beaucoup d’encre et montra, une fois de plus l’incompétence de l’ANSM, agence qui succéda à l’ AFSSAPS après l’affaire du Médiator. Mais, il semble que l’incompétence et les liens d’intérêt soient consubstantiels au fonctionnement de nos autorités sanitaires.

 

Les débats sur l’obligation vaccinale feront les beaux jours de la fin d’année. Ils nous montreront à quel point, le dogme et l’autoritarisme médical est plus fort que la réalité scientifique.

Ce qui est malgré tout notable dans cette histoire d’obligation vaccinale, c’est cette volonté de contraindre. La volonté des autorités d’imposer leur vision et cela sur un sujet qui touche l’intimité des familles. C’est la prise de pouvoir de l’état sur le corps des enfants en négation totale de la responsabilité personnelle et parentale mais aussi en contradiction avec les lois de bioéthique qui disent que l’on ne peut pas se passer du consentement quand on « touche » au corps.

 

Les propos pour l’obligation vaccinale n’ont été qu’une succession d’avis d’autorité dont le but est la soumission. A aucun moment, il n’a été fait appel à l’intelligence de tout un chacun. Notre appel en ce sens aux députés avant le vote de cette obligation, est resté lettre morte. A croire que lorsque l’on débat de problème de santé publique, l’intelligence et l’esprit critique pointent aux abonnés absents chez nombres de personnes en particulier dans les hautes sphères décisionnelles.

 

Pourtant de réelles questions se posent, en particulier sur l’innocuité des produits de santé. Mais ce type de questionnement semble complètement ignoré par bon nombre de responsables médicaux avec à leur tête notre actuelle ministre de la santé.

 

Pour terminer l’année 2017, des indicateurs comme quoi la santé est un vaste marché libéral où l’argent est le seul moteur, ont vu le jour. Faire de chaque personne en bonne santé des malades soumis à un traitement, suivre la bonne observance du traitement prescrit, en un mot, la main mise par les autorités médicales sur notre vie, est semble-t-il le chemin qui s’annonce.

 

Cette analyse ne serait pas exhaustive ( mais l’est-elle vraiment?) sans évoquer la publication de l’INCA « Dépistage des cancers du sein, s’informer et décider ». Ce livret est paru en août 2017. « Son objet est de délivrer à chacune toutes les informations utiles pour décider de réaliser un dépistage. Il explique aussi les risques à ne pas se faire dépister et indique par ailleurs quelques conseils de prévention des cancers du sein. Ce livret a vocation à être joint au courrier d’invitation. » Venant d’une autorité de l’état, l’on en attendait une position « neutre » et informative sur le sujet.

Ce livret est tout sauf un document indépendant et qui délivre une information équilibrée sur le sujet. Malgré des publications de plus en plus nombreuses , ce livret est encore une fois un livret de propagande pour la mammographie de dépistage. Le collectif Cancer-Rose l’a analysé, comme il le fait de toutes les publications qui sortent sur le sujet. En se basant sur une grille de lecture de la qualité de l’information Cancer-Rose a noté la qualité de ce document. Il reçoit la note de 6/20.

6/20 pour la qualité d’une publication d’une agence de l’état !!!!

Comment l’état peut-il publier un document d’une qualité si médiocre?

Ici encore, le dogme, la croyance, les liens d’intérêt et les avis d’autorité ont plus de poids que l’analyse critique et indépendante des publications scientifiques.

 

 

 

Je m’interroge donc sur ce que sera l’année 2018.

L’obligation vaccinale ouvre la boite de Pandore de la contrainte. Divers articles indépendants ont montré à quel point cette obligation n’a aucune justification quand on réfléchit en terme de science médicale en interrogeant la balance bénéfice/risque. Seul le dogme dans la croyance d’un bénéfice par définition non démontré est le moteur de nos autorités et de nombres de médecins.

En effet, comme le montre le sujet sur la vaccination, mais aussi le dépistage du cancer du sein; l’analyse critique, les connaissances, les études scientifiques indépendantes, tout est balayé au profit de croyances qui laissent de coté tout ce qui dérange. Les mensonges souvent par approximation et simplification extrême se retrouvent dans la bouche des autorités et tous ceux qui les soutiennent. La communication et le marketing ont largement pris la place de l’information. Nous nous moquons des États Unis et de leur président avec ses « fake news ». Mais nos autorités sanitaires n’ont pas de discours différents quand ils affirment sans sourciller que « l’obligation c’est la confiance » juste après avoir nié qu’il puisse exister des effets secondaires avec par exemple les vaccins. Et que penser de notre ministre de la santé qui dans une interview récente parle de bénéfice énorme (49mn21s) pour des traitements récents et cela en reprenant les mots même de l’industrie pharmaceutique, son discours marketing complètement déconnecté de la réalité. L’industrie pharmaceutique n’a, en effet, pas produit ces 25 dernières années la moindre molécule vraiment innovante et indispensable comme ont pu l’être les antibiotiques ou les neuroleptiques.

 

Cette obligation votée sans réelle opposition ni manifestation du plus grand nombre, va rendre possible l’extension de l’obligation pour un vaccin comme le Gardasil, pour les filles comme pour les garçons. Pas besoin là non plus de preuves scientifiques, la conviction des autorités suffira, associé aux lobbys de toutes sortes.

L’obligation de la vaccination antigrippale pour les professionnels de santé verra aussi sans doute le jour dans un contexte identique : pas de preuve scientifique de son intérêt, dogme et toute puissance.

Et quoi d’autre encore?

L’avenir nous le dira.

La réelle gravité de ce qui s’est passé en 2017 est d’initier la contrainte en matière de santé non sur des faits scientifiques indiscutables mais sur des croyances.

Dans ce cas, le pire peut être à craindre.

 

 

 

Après ces mots pleins d’inquiétudes, je voudrais malgré tout terminer ce premier billet de l’année sur des mots d’espoir.

« soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres » Cette maxime de La Boétie est aujourd’hui d’une actualité criante.

Et ces quelques dessins que je trouve personnellement  plus inspirant que de longs discours

 

34 commentaires

  1. Bonsoir Docteur.

    je rebondis sur sujet avec retard, mais je m’interroge.

    Sur le sujet brûlant des vaccins et de l’obligation vaccinale, qu’en disent vos confrères et vous même qui êtes en première ligne vis à vis des patients ? Y a-t-il débat dans la communauté ? Un consensus se dégage-t-il ?

    Merci

    • Bonsoir

      D’après moi, une grande majorité des médecins est pour tous les vaccins recommandés sans restriction. Il y a peu de médecins critiques des vaccins à part sans doute chez les médecins à exercice particulier comme les homéopathes, acupuncteur etc.
      La majorité des médecins « allopathes » sont peu critiques sur les vaccins.
      Je faisais parti de ces médecins jusqu’au moment de l’émergence d’internet et que je me suis mis à lire.
      Avant internet, l’avis des professeurs étaient incontestables.
      Il y a donc plutôt un consensus pour toutes les vaccinations.

      Pour ce qui est de l’obligation, je dirai que là le consensus est moindre.
      Je dirai que ceux qui sont dans la toute puissance et l’autoritarisme médical sont pour l’obligation.
      D’ailleurs vous avez pu remarquer que la quasi totalité des sociétés savantes médicales se sont exprimées à la suite du conseil de l’ordre, pour l’obligation.
      Ceux qui au contraire sont plus respectueux des choix des patients eux sont contre l’obligation et préfèrent les recommandations, laissant ainsi chacun libre de ses choix.
      C’est la démarche majoritaire chez mes confrères signataires de la lettre que nous avons adressée contre l’obligation vaccinale; mais largement minoritaire dans la profession.

  2. Allo,

    A mes chers confrères et consœurs affranchis des discours convenus,
    A ceux qui nous accordent leur confiance,
    Aux « experts » et conseillers qui ont su garder leur intégrité,
    Aux décideurs qui s’opposent aux lois iniques

    https://aimsib.org/2018/02/12/a-chers-confreres-affranchis-discours-convenus-1ere-partie/

    Bien à vous,

  3. Grippe : création d’un virus mutant pour un vaccin plus efficace,

    Des souches différentes de la grippe apparaissent chaque année, c’est pourquoi l’efficacité des vaccins mis au point varie de 30 à 60%. Des chercheurs américains ont créé un virus mutant qui a provoqué de très fortes réponses immunitaires chez les animaux, donc une protection plus robuste.

    http://www.ledauphine.com/france-monde/2018/01/19/grippe-creation-d-un-virus-mutant-pour-un-vaccin-plus-efficace

  4. Pour mémoire,

    Des tests menés par un laboratoire aux Etats-Unis (Microbe Inotech Laboratories Inc.), à saint Louis, dans le Missouri, ont démontré la présence de glyphosate dans les vaccins.

    Rappelons que le glyphosate est un ingrédient actif de l’herbicide Round Up commercialisé par Monsanto. Il est reconnu comme cancérigène. On peut aussi souligner la présence de traces de centaines d’autres herbicides dans les vaccins …

    Pour citer quelques exemples édifiants, le vaccin ROR – destinée aux enfants – contient une dose de glyphosate 25 fois supérieure à d’autres vaccins !

    https://blogs.mediapart.fr/helene-ecochard/blog/221116/du-glyphosate-dans-les-vaccins?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66

  5. Coucou,

    Madame Nicole Delepine,

    VACCIN CONTRE LA GRIPPE. L’OBLIGATION ENVISAGEE POUR LE PERSONNEL DE SANTE EST-ELLE JUSTIFIEE ? PANORAMA ACTUEL DES FAITS AVERES

    Une analyse de l’institut de veille sanitaire français estime que durant la saison 2016-2017 « l’efficacité du vaccin n’a été que de 26% et une étude réalisée en milieu hospitalier « n’a pas mis en évidence d’efficacité du vaccin ».

    Même constat au Canada : « Actuellement, on dépense des centaines de millions de dollars au Canada pour la vaccination contre l’influenza avec des performances qui sont, je dirais, bien modérées. On est loin d’avoir un vaccin qui rejoint nos attentes… L’efficacité du vaccin contre la grippe n’est simplement pas à la hauteur. » résume l’épidémiologiste Gaston De Serres.

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/vaccin-contre-la-grippe-panorama-201189

    🙂

  6. Coucou,

    Du positif!

    Docteur Pomme de pin, voudriez vous, nous créer un nouveau Levo naturel? Parfum orties? 🙂 Merci. Bien à vous.

    Un médecin vend son cabinet, achète une ferme biologique et commence à traiter les patients lui-même
    Les décès à cause des médicaments sur ordonnance se chiffrent à plus de 100 000 personnes chaque année aux Etats-Unis, et c’est l’une des principales raisons pour lesquelles la popularité de la médecine naturelle a fait un bond ces derniers temps.

    Mais même si les attitudes des gens au sujet de la médecine ont commencé à changer et à se réaligner avec le mantra classique d’Hippocrate « d’abord, ne pas nuire… » nos médecins n’ont pas tout à fait compris le message.

    La méthode classique « pilules, chirurgie et vaccins » que la plupart des médecins utilisent avant tout n’a pas beaucoup changé, mais certains médecins ont rectifié le tir et ont commencé de nouveau à miser davantage sur les méthodes naturelles.

    Un médecin en particulier sur la côte Est des Etat-Unis a fait l’impensable: il passe moins de temps dans son bureau de New York et plus de temps à renouer avec les racines de ce que signifie être en bonne santé.

    https://www.sain-et-naturel.com/medecin-vend-son-cabinet.html

    • J’ai mis un moment à comprendre le « docteur pomme de pin ».
      Depuis, je me dis que par chance, je n’ai pas mis une autre photo !!!
      😉

  7. 🙂

    Et que personne ne vient me dire qu’il n’a pas le choix avec comme belle excuse qu’il lui faille gagner sa vie! Parce que sa vie, il l’a déjà! Non?

    Je vous taquinais, rien de méchant! Loin de là.

    Quoi que nous fassions, nous aurons toujours un fil a la patte. S’extraire en totalité de cette société, relève de l’utopie. C’est a chacun de voir de quoi il est capable, afin de refuser de nourrir la main qui le bat.

    Belle soirée,

  8. Bonjour à tous, toutes,

    Merci pour vos sensés commentaires,

    Oh la la! 🙂

    Mon coeur a fait un salto presque mortel a la lecture de: on laisse faire. Les ON ont une laisse (toutou attaché) de fer.

    La masse enchaînée suit les directives dictées par les hautes sphères. Le système tel qu’il est conçu, a juste titre, et dont c’est le but, oblige plus ou moins de rester dans les clous.

    Un seul mot de trois lettres suffirait a renverser les vapeurs nauséabondes de tous les pouvoirs. Comme tout est lié, le premier domino chu, les autres suivront. NON. Ce qui ne s’achète pas, ne se vend pas!

    C’est la peur qui bloque pour agir, afin de pouvoir oser dire NON a toute cette clique de narcissiques et pervers. La peur de manquer, la peur de souffrir, la peur d’aller en prison, etc ……..

    Avec les scandales a répétitions, médicaux, politiques, autres, la masse s’éveille. Le problème majeur est comment elle s’éveille et quelle en sera les réactions. Violences, lancé de pavés, barricades, tueries? Rien de mieux pour asseoir encore plus le pouvoir et ainsi serrer encore plus la vis, avec de nouvelles lois de restrictions, de surveillances. L’ordre par le chaos! Ensuite, la paix par la sécurité. Des chaînes sur des chaînes.

    Les pouvoirs en place ont un agenda, des dates a respecter, d’ou les multiples provocations. Le diviser pour mieux régner est leur dada favori. Ne tomber pas dans le piège. Merci de tout coeur.

    La plus grande arme est l’indifférence. Passons nous d’eux,le plus qu’il est possible*, ils s’éteindrons comme le feu lorsqu’il n’est plus alimenté par les bûches.

    Possible*. A coeur vaillant rien n’est impossible, ce n’est qu’une question de choix! Et que personne ne vient me dire qu’il n’a pas le choix avec comme belle excuse qu’il lui faille gagner sa vie! Parce que sa vie, il l’a déjà! Non?

    Bien à vous tous , toutes,

    https://www.youtube.com/watch?v=fZFFHRfpq6s

    Hérvé,

    Le fluor a été testé dans les camps, sur les malheureux prisonniers. Hautes doses de fluor dans l’eau, ce qui rendait les malheureux amorphes et dociles.

    C’est grâce au passé que nous pouvons comprendre le présent.

    Salutations coeurdiales,

  9. Bonsoir Hervé,

    Des malades mentaux?
    Non, non, Hervé, beaucoup sont conscients de ce qu’ils font.

    Ce n’est pas pour rien qu’ils tripatouillent les génomes humains.

    Un organisme génétiquement modifié (OGM) est un organisme vivant dont le patrimoine génétique a été modifié par l’Homme.

    Le génome humain, c’est l’ensemble des informations génétiques portées par notre ADN. C’est le code SOURCE de notre corps, c’est la carte d’identité de notre être.

    L’homme augmenté, l’homme cloné, l’homme robotisé. Des zombies.

    http://www.huffingtonpost.fr/2016/05/18/genome-humain-artificiel-reunion-secrete-scientifiques-harvard_n_10006340.html

    Bien à vous,

    • Ils pensent savoir ce qu’ils font et être juste des sociopathes, mais ce sont des malades mentaux.

      Bien entendus ils tripatouillent les gênes à l’aveugle, sans trop savoir. Il y a une majeur partie des gênes qui sont non codants (une manière scientifiques de dire : on ne sait pas à quoi cela sert). La nature ayant horreur de l’inutile, s’ils étaient ‘non codants’ ils ne seraient plus là.

      Il n’est pas impossible qu’il y ait des ‘sommes de contrôles’, comme dans un message pour savoir s’il est altéré. Ainsi peut être que ce sont ces hypothétiques sommes de contrôles qui déterminent qu’un fœtus n’est pas viable et déclenchent les fausses couches. Parce qu’ils ne savent pas non plus pourquoi des embryons nichent et d’autres non. Trop occupés à trier les bébé viables pour pousser les mamans à avorter s’ils ne sont pas parfaits.

      Ils affirment (et on doit les croire comme une vérité divine) qu’il y a équivalence en substance entre un blé ou un maïs qui s’est hybridé dans la nature (aidé ou pas par l’homme, sans génie génétique) et celui que l’on a bombardé de rayon pour le modifier génétiquement, mais aucune preuve scientifique, pas la moindre début d’un bout de commencement de réflexion sur le sujet.

      Mais les faits sont là : les études des divergents montrent qu’il y a des soucis avec des signaux statistiques inquiétants, et plutôt que de pousser la recherche pour infirmer ou affirmer, on chassent les divergents en affirmant comme un dogme que l’ogm ne pose pas de problème et qu’il va sauver le monde de la faim (ils devraient les donner gratuitement alors, non ?). Et puis racheté par bayer, monsanto va éteindre tous les procès en cours, on repart avec un dossier juridique vierge. Bon, vierge c’est une peu vite dit vu ce que faisait bayer dans les camps de juifs pendant la guerre, mais ce sont nos amis les allemands et faut pardonner non ?

      La science est morte. Il reste quelques poches de résistance qui font avec des bouts de chandelles, traités en paria par la communauté d’abrutis en blouse blanche, vendus à la finance. Si vous naviguez dans les labos vous voyez des guerres de mandarinat, des crédits accordé pour des trucs merdiques, pour refaire les même expériences qui échouent.

      Pire encore, ils trafiquent les résultats pour être publiés. Ils provoqueront une catastrophe sanitaire majeur. Ils faut les pointer du doigts et non plus les regarder comme des dieu, des savants. Ce sont des docteurs mengelé, il faut que l’on change le regard que l’on a sur eux, arrêter de les prendre pour des grands et les considérer pour ce qu’ils sont : des malades mentaux qui auraient plus leur place dans des asiles, sous camisole chimique.

      Lisez un peu l’histoire du couchage sur le ventre : 15 000 bébés morts pour rien, une paille 15 000 bébés. Il y a 20 000 morts (au moins) de iatrogénie tous les ans en france. Et dire que l’on fait tout un plat pour 10 morts, peut être de la rougeole, en 10 ans : on nous prends pour des cons. et on les laisse faire.

      • Je vous suis sur votre commentaire à ceci prêt que je ne suis pas d’accord avec le terme de malades mentaux, du moins dans son acceptation courante.
        Ce sont pour moi, plutôt des « apprentis sorciers » qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez ou de leur ego.Un malade mental c’est autre chose.

        Vous terminez votre commentaire par « et on les laisse faire ».
        Qui est ce « on » qui les laisse faire?
        Vous semblez croire à la dualité de la société.
        D’un coté ceux qui sont au pouvoir et qui font, et de l’autre ces « on » qui bien qu’existant, bien qu’ayant du pouvoir, laisserait faire.

        Pour moi, force est de constater, qu’il n’y a dans notre société que ceux qui ont le pouvoir et qui usent et abusent de ce pouvoir.
        Il n’y a aucun contre pouvoir.
        Il n’y a pas de « on » qui laisse faire, bien au contraire.
        Il y a bien des résistances, comme la notre mais sans aucun pouvoir sauf celui d’écrire ce que nous pensons moi sur mon blog, vous dans vos commentaires.
        Mais même cette liberté de ton et d’expression, certains veulent qu’elle n’existe plus.

        • Et bien je vous suis en partie docteur pomme de pin (je rêvais de l’écrire après l’avoir lu, tellement je trouvais cela joli). Mais cela est déprimant, cela voudrait dire qu’il n’y a pas de peuple (qui serait invisible) juste des dirigeants.
          bien sur qu’il y a un on qui laisse faire.

          Combien de patients se laissent maltraiter par leur médecin ? Combien de parents sortent en pleurs d’une consultation chez un pédiatre qui leur raconte n’importe quoi et menace de les dénoncer s’ils ne suivent pas son avis. Ils devraient porter plainte (même inutilement auprès des instances ordinales et en cas de classement porter l’affaire plus haut.)

          Combien de journalistes (tous) ne posent pas les questions qui fâchent, les questions importantes ( et je parle même pas de l’inénarrable JY Nau qui passe son temps à ressasser la vulgate du pouvoir sauf pour la vapoteuse, son cheval de bataille) . Combien de médecins acceptent sans rechigner alors même qu’ils savent que c’est inique ? La liste serait longue, on pourrait ajouter la longue listes des parents qui vont prendre le risque de vacciner juste pour continuer de rester dans le rang.

          Oui, il y a un on. Qui laisse faire.

          Sur la maladie mentale, je ne vous rejoins pas. La société, par le biais d’experts bien choisis, décide de ce qui est une maladie mentale et ce qui n’en est pas. Sauf manque de connaissance de ma part, il n’y a pas de critères biologiques et physiologiques durs qui déterminent telle ou telle pathologie. Ainsi un enfant incapable de rester assis en silence pendant 8 heures dans une salle de classe, avec probablement un prof/instit incapable de le motiver et l’intéresser sera classé TDHA. Juste parce qu’il sort du rang social, qu’il sort de la norme. aalors que c’est juste un enfant normal. et hop un peu de ritaline (comme c’est l’enfant d’un autre, on s’en fout, on peut prescrire).

          Je ne vois pas en quoi des mengele qui joueraient avec la santé des gens, à l’aveugle, en population générale ne sont pas des malades mentaux. On pourrait penser que pour être des malades mentaux il FAUT une altération de la conscience, il faut sortir de la norme.

          Pathologiquement parlant, je ne vois pas de différence entre ces ‘choses’ et un hitler qui pensait vraiment que le juif (et autres tsiganes, pd, communistes..) étaient des êtres inférieurs dont il faudrait purifier la terre.

          Je pense que leur idée de supériorité, leur volonté d’imposer à tous pour leur bien, leur sentiment d’être dans le vrai, sans doutes, le choix d’accepter les effets secondaires et les nier, parce que le but à atteindre vaut le coup, est une maladie mentale. D’ailleurs, je vous fiche mon billet que si, à l’aveugle, on les mettait dans les mains d’un vrai bon psychiatre (le plus dure à trouver) pour un diagnostic, ils ne ressortiraient pas blanc.

          • Vous avez raison, il y a un « on » qui laisse faire.

            La première forme de résistance est la résistance psychique. Lutter contre le système n’est pas donné à tout le monde.
            On nous apprend tout petit à obéir à l’autorité, à se soumettre; je pense que l’éducation fait beaucoup de mal car elle entrave notre devenir « d’homme libre ». Les parents puis l’école… L’enfant doit se soumettre.

            Je ne blâme pas ceux qui n’ont pas les capacités intelectuelles de comprendre qu’ils vivent dans une sorte de dictature de marché où la santé est une façon de se faire de l’argent comme les autres.
            Certains ne sont pas assez « intelligents »; d’autres sont trop naifs (la France a un des meilleurs système de santé au monde, la sécurité sociale, on ne va pas se plaindre quand même!!)

            Par contre, ceux qui n’ont pas la volonté de résister, par conformisme, par facilité… Ceux qui savent mais qui se voilent la face, combien sont-ils?

            Il faudrait que les résistants soient suffisamment nombreux et suffisamment motivés pour construire une autre société. Notre société individualiste nous a programmés pour nous empêcher de nous regrouper et de nous révolter.

            Personnellement, je me sens comme ligotée. C’est vraiment douloureux.
            Comment faire?
            La résistance psychique ne suffit pas.

            On peut refuser un traitement qui n’est pas obligatoire, refuser de passer sa mammographie et refuser un dosage du PSA.
            Mais que doivent faire les parents qui ne veulent pas faire vacciner leurs enfants mais qui ne veulent pas qu’ils soient déscolarisés? Ils sont si seuls…
            Que peuvent les médecins dissidents qui sont menacés par le CNOM à la moindre incartade? Changer de métier?

            Je n’ai pas de réponse, quelle misère…

          • @MT Il y a une très belle interview de Elsa Dorlin, prof de philo à paris VIII et qui a écrit ‘se défendre, une philosophie de la violence’. Elle dit, à un moment « La légitimité ou l’illégitimité de la violence est aujourd’hui pensée de manière déconnectée de l’histoire politique, pour discriminer ce qui serait légitime de ce qui ne le serait pas. »

            Je crois que le pédiatre qui menace de faire un signalement parce que le parent refuse tel ou tel acte (non vital, nous ne sommes pas aux urgences) mérite de se faire tabasser dans un parking, pour le remettre à sa juste place : quelqu’un qui sert et non quelqu’un qui commande.

            Il y a un moment ou lorsque exécutif (le président) législitaif ( ce que pense le président) et judiciaire (ce que veut le président) sont dans la même main, ceux qui sont oppressés doivent se défendre. Il y a une main-mise toujours plus grande sur le pouvoir par le pouvoir : loi contre les pensées divergente (fake news), loi sur le temps d’antenne de l’opposition… nous vivons une dérive dictatoriale sous les regards béats d’une presse aux ordres.

            C’est pour cela que l’éducation nationale chasse ceux qui font l’école à la maison, parce que cela forme des gens aptes à réfléchir seuls, à s’extraire du carcan emprisonnant d’une éducation à la soumission sociale. Je le vois avec mes 2 grands enfants qui ont subit l’école (et ne l’ont pas mal vécu) et sont tellement conformistes. Ils n’arrivent pas à accepter l’idée d’une pensée divergente.

            En tout cas, pour ma part, je suis prêts aux combats, sous toutes ses formes, si l’on touche à ce que je considère comme sacré : la santé, l’éducation, la liberté (pour moi et ma famille).

            ps : je ne vais plus chez lorgeril et son amibetruc car c’est le règne de la parlote entre soi ou il faut rester dans le bon conformisme de refus du discours sans rien faire sinon acheter leurs livres et prendre un ticket à l’association. ils ne supportent pas ‘les clébards qui hurlent’, qu’ils restent entre eux.

            https://www.bastamag.net/Meetoo-et-balancetonporc-s-apparentent-a-des-techniques-de-sabotage-feministe

        • télescopage :

          http://sylvainfevre.blogspot.fr/2018/01/le-departement-de-lherault-place-en.html#comment-form

          On sait que le dépistage est néfaste, mais on continu à tous les niveaux, sciemment : on laisse faire.

          En état de droit on mériterait la prison, en état révolutionnaire, la guillotine (pas le coût de la balle)

  10. 🙂

    « Et ces quelques dessins que je trouve personnellement plus inspirant que de long discours »

    Bien sûr, vous avez raison, il nous faut aussi voir toute la beauté, la sagesse, que nous offre la nature, les animaux, et les êtres de bonnes volontés.

    Bonne soirée,

  11. Bonsoir,

    IMMUNOGÉNICITÉ DE VIRUS DE LA ROUGEOLE RECOMBINANTS EXPRIMANT DES PROTÉINES DU VIH

    La grande majorité des 40 millions d’individus actuellement infectés par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) vivent dans les pays en développement (rapport UNAIDS/WHO, 2004). Dans ces régions, la transmission de la mère à l’enfant, y compris par l’allaitement, est responsable d’un demi-million d’infections par an, et la plupart des cas de transmission sexuelle se produisent avant l’âge de 20 ans.

    Par conséquent, le développement d’un vaccin pédiatrique préventif est une nécessité pour combattre l’épidémie de sida. Ce vaccin doit être facile à produire à grande échelle et distribué à bas pris dans les pays en développement. Il doit être sûr et induire une immunité protectrice après une ou deux injections.

    En tirant profit de la technologie existante pour produire et distribuer de grandes quantités de vaccins contre la rougeole, un virus vivant atténué recombinant rougeole-VIH pourrait être utilisé comme vecteur bivalent de vaccination pour immuniser les enfants et les adolescents à la fois contre la rougeole et le sida.

    http://www.jle.com/fr/revues/vir/e-docs/utilisation_potentielle_du_vaccin_vivant_attenue_contre_la_rougeole_comme_vecteur_de_vaccination_pediatrique_multivalent_266808/article.phtml?tab=texte

    Bien à vous,

    • Un scénario catastrophe à la résident evil. Ce sont des malades mentaux qui ne maîtrisent pas grand chose. Ils ne sont même pas capable de produire une étude sérieuse sur l’aluminium vaccinal et ils vont injecter des bouts de virus du sida, mélangé à un virus vivant, bonjour la recombinaison.

      C’est un crime contre l’humanité en devenir. Le pire étant que les politiques laissent faire et acceptent que les troupeaux humains servent de cobaye. Je propose que l’on teste ce nouveau vaccin sur les politiques élus qui pensent que c’est une bonne chose, avant de passer aux tests sur les humains.

  12. Coucou,

    Les laboratoires pharmaceutiques travaillent dans l’ombre afin d’influencer médecins et décideurs publics.

    Alternatives Economiques publie des données exclusives qui prouvent leur omniprésence dans la politique économique du médicament. Deuxième volet de notre enquête en quatre épisodes.

    https://www.alternatives-economiques.fr/lhopital-objet-de-convoitises-labos/00082527

    Comment les labos s’immiscent dans les facs de médecine

    https://www.alternatives-economiques.fr/labos-simmiscent-facs-de-medecine/00082529

    Bien à vous,

    • J’ai modifié votre commentaire en effaçant la présentation de l’ AIMSIB mais en laissant le lien vers le texte que vous aviez mis dans ce commentaire.

      J’ai suivi la création de cette association.

      Dans cette présentation, il est écrit :
      « l’AIMSIB s’engage à faire naître une nouvelle médecine qui soit réellement scientifique, indépendante et bienveillante et considère que l’approche scientifique doit être le cadre préférentiel et référentiel de toute pratique médicale.  »
      Belle profession de foi.
      Qui pourrait être en opposition avec cela?
      Mais appliquent-t-ils dans toutes leurs communication cette profession de foi?
      Pas sûr.

      Je suis assez dubitatif sur cette association.
      Il semble qu’elle rassemble certaines personnes dont les prises de positions interrogent.

      Je pense que la majorité de ses membres sont des gens honnêtes mais il me semble que beaucoup tombent dans le même travers que ceux qu’ils dénoncent : des biais cognitifs majeurs où ils semblent détenir certaines vérités en particulier sur ce que l’on nomme aujourd’hui les médecines alternatives.

      Donc, je préfère pour le moment observer sans me positionner en leur faveur même si je partage certaines « réalités »

      • Bonsoir,

        Iatrogénie

        Les décès à cause des médicaments sur ordonnance se chiffrent à plus de ? personnes chaque année et c’est l’une des principales raisons pour lesquelles la popularité de la médecine naturelle a fait un bond ces derniers temps.

        Combien de décès du aux médecines alternatives?

        Homéopathie. Placebo? Et alors……. L’essence Ciel n’est il pas de se sentir mieux ou guéri?

        Quoi qu’il en soit, le mieux est de prévenir.

        Bien à vous,

        • Il est clair que la iatrogénie est un fléau mal pris en compte par les tenants de la médecine « normale ».

          Les médecines alternatives sont moins toxiques sans doute mais elles conduisent certains à de l’abstention thérapeutique allopathique qui est délétère pour leur santé :
          https://grangeblanche.com/2018/01/07/medecines-perpendiculaires/

          Il y a aujourd’hui d’un coté la médecine « moderne » et de l’autre la médecine alternative.
          Or ce qui serait le mieux c’est de prendre le meilleur des deux médecines et de laisser de coté le pire des deux.
          Deux médecines complémentaires en quelque sorte.

          Le problème est que bien souvent les deux médecines se regardent en « chien de faïence » et se méprisent mutuellement.
          Le problème est qu’il existe dans les deux médecines des excès condamnables.

          Trouver le juste milieu est comme dans tout difficile quand ce n’est pas impossible tant il existe des « biais ».
          Qui plus est, il ne faut pas compter sur les autorités pour cela car elles ont choisi leur camp exclusif.

          • Sans me positionner sur les médecines dites « alternatives », vous dites:
            « Les médecines alternatives sont moins toxiques sans doute mais elles conduisent certains à de l’abstention thérapeutique allopathique qui est délétère pour leur santé ».

            Je pense au contraire que ce sont plutôt les travers de la médecine « moderne » qui peuvent être délétères et qui amènent certains patients à de l’abstention!…
            Les médecines alternatives n’y sont pas forcément pour grand chose, même si certains hurluberlus font l’apologie de produits « magiques » de façon parfois complètement déplacée.
            Qu’il y ait des abus, des charlatans chez les naturopathes ou autres, il n’y a pas de doute, comme partout bien sûr…
            Pour exemple, j’ai reçu quand j’étais externe en hématologie un patient en choc septique sur une leucémie aigue qui était traité par son médecin avec de l’homéopathie! La bonne blague. C’est non assistance à personne en danger.

            Enfin, la plupart des homéopathes, naturopathes ne sont pas là pour détourner les patients ayant une pathologie grave de la médecine moderne. Je ne le pense pas.
            Et les patients ont le droit de s’abstenir mais en connaissance de cause…

            Je connais un paquet de gens qui n’ont plus confiance dans la médecine moderne pour un tas de raisons (les médecins ne prennent pas le temps de les écouter, ils traitent tout à grand coup d’ordonnance, trop de scandales sanitaires…) et qui effectivement finissent pas tout mélanger par manque de discernement.
            Certains voudraient arrêter du jour au lendemain leur antiagrégant alors qu’ils viennent d’être stentés et prendre de l’ail à la place…
            Il faut donc éduquer les gens, leur expliquer que parfois les médicaments sont incontournables…

            Je suis tout à fait d’accord avec vous pour le reste.
            Comme Michel de Lorgeril, je préfère le terme de médecine complémentaire à celui de médecine alternative car le mot alternatif sous-entend que l’on choisit l’une ou l’autre alors que les 2 devraient travailler ensemble.

            J’ai été très longtemps fermée à ce types de médecine (homéopathie, acupuncture…). Je suis devenue tolérante et j’aimerais essayer d’y comprendre quelque chose car pour l’instant je n’y pige rien.
            Mais je pense que notre vision occidentale de la santé et de la médecine est très limitée.
            Pour donner l’exemple de Marion Kaplan que je ne connais que très mal, certains la traitent de charlatan, ni plus, ni moins.
            Elle préconise le régime paléo (genre Seignalet) pour tout un tas de pathologies et même si ce régime n’a jamais été validé scientifiquement, je suis persuadée qu’il peut aider des gens; il suffit d’aller sur les forum ou de discuter avec les patients pour s’en apercevoir ou de lire le livre de Seignalet.

            L’EBM est le gold standard mais il faut aussi des pionniers, des gens qui innovent, qui tentent des choses.
            L’important à mon sens, c’est d’être honnête et de connaitre ses limites.
            On peut tout à fait préconiser un régime Seignalet à un patient en lui expliquant que pour l’instant ça n’est pas validé mais que certains patients semblent y répondre.
            Ceci était un exemple.

          • Je suis d’accord avec vous.

            Pour le fait de savoir si l’un est plus délétère que l’autre, c’est affaire de jugement.
            Mais nous n’avons par ailleurs pas les moyens de comparer des pratiques par ailleurs très différents.

            Je suis aussi d’accord que « l’innovation » par définition doit sortir des « sentiers battus ».
            Par ailleurs, il est impossible aujourd’hui, comme par le passé d’ailleurs de pouvoir avoir des « preuves » solides de nombres de thérapeutiques.

            Enfin, je pense que plus le patient sera éduqué moins il succombera aux avis d’autorité d’où qu’ils viennent.
            Cependant les croyance sont souvent plus forte que toutes autres choses.

          • bonjour,

            Bien entendu que les croyances sont plus fortes, puisqu’elle sont du domaine de la foi et non du domaine de l’expérience.

            La foi étant du domaine du révélé par une autorité supérieure, elle s’impose. Prenons l’exemple du patient et du médecin. Le patient est-il acteur ? Lorsqu’il dit j’ai mal, l’écoute-t-on ? lorsqu’il dit qu’un médicament censément identique ne lui fait pas le même effet, prend-t-on acte ? Lorsqu’il dit que suite à cet acte ou cette thérapeutique ou cette prévention il a tel effet secondaire, le considère-t-on ou on lui explique que ce n’est pas possible ?

            Hormis quelques médecins que l’on cherche à faire taire, la médecine est du domaine de la foi révélée avec les labos comme dieu, les sociétés savantes comme église et grand nombre de médecins comme prêtres.

            Le soucis c’est que la foi est en perte de vitesse dans les sociétés occidentales, avant au centre de tout elle est poussée à la grande périphérie. Ainsi la parole révélée de la médecine n’a plus aucune valeur aux yeux d’une très grande partie des gens. ils peuvent trouver dans tel ou tel médecin un berger à suivre, mais par défaut le médecin est un ‘menteur’ (parfois malgré lui). Combien de médecins ont tué en prescrivant du médiator hors AMM ? Combien de médecins mutilent inutilement suite à des dépistages cancer rose qui sur-diagnostique jusqu’à 50% sans amélioration en mortalité globale ? Combien de médecins ont prescrit de la dépakine, mutilant les fœtus ?

            Avez-vous lu la note de l’inserm sur la vaccination ? Comment peut-on sérieusement publier un truc comme cela sans se déconsidérer définitivement aux yeux de ceux qui veulent des preuves ? Ceux qui ne sont pas dans la foi ?

            Maintenant, pour moi, tout publication de l’inserm aura un a-priori de mensonges. Alors l’inserm croyances ou mensonges ?

            2 solutions
            a) ce ne sont pas des scientifiques et ils n’ont pas les moyens de comprendre et c’est de la croyance
            b) ce sont des scientifiques et alors sont des menteurs (ou juste des très mauvais scientifiques). ce qui serait encore pire.

          • Votre commentaire est intéressant.

            La foi et la croyance médicale sont des éléments importants de l’exercice alors qu’ils devraient être minoritaires.
            J’en suis conscient mais votre commentaire m’a fait prendre conscience que bien que sachant cela, je sous estimais sans doute l’importance de la croyance dans le domaine médical.

  13. Bonsoir,

    Docteur Pomme de pin, attention, vous complotiser! 🙂

    Agnès Buzyn : « Contre la théorie du complot, il n’existe malheureusement aucun vaccin »

    Après un point sur les changements de politique vaccinale qui prennent effet en ce début d’année, la ministre a rappelé l’importance de la lutte contre la diffusion de fausses informations, qui nuisent à l’efficacité de la couverture vaccinale. « Contre la théorie du complot, il n’existe malheureusement aucun vaccin », a-t-elle déploré.

    « Les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités »
    Des arguments qui n’ont pas semblé atteindre Serge Rader, pharmacien et correspondant d’un journal italien. Celui-ci a en effet pris à parti la ministre, lui affirmant qu’on dénombre aujourd’hui plus de 8000 effets collatéraux dus aux vaccins, et que 30 % d’entre eux sont graves. « De fausses informations », pour Agnès Buzyn, qui « assume parfaitement la responsabilité de sauver la vie de dizaines d’enfants et de gens par an ». Et de conclure : « Quand on prend la décision de désinformer l’opinion publique, qu’on fait circuler de fausses informations et que des familles hésitent et ne font pas vacciner des enfants, et que ces familles perdent un enfant de méningite, aujourd’hui elles ne peuvent pas se retourner contre ces « distilleurs » de mauvaises informations. Et donc les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités. »

    https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/agnes-buzyn-contre-la-theorie-du-complot-il-nexiste-malheureusement-aucun-vaccin_2547043.html

    Emmanuel Macron a annoncé mercredi qu’un « texte de loi » allait être déposé « prochainement » pour lutter contre les « fake news » sur Internet

    Bien à vous toutes, tous,

    • Et oui, en citant des faits, rien que des faits, je complotise 😉

      Citer la ministre de la santé montre à quel point elle est enfermée dans ses certitudes et son autoritarisme.
      Elle fait partie de ces personnes qui ne savent visiblement pas ce que sont les biais.
      Il y a énormément de biais mais les biais cognitifs sont les plus « graves ».
      Nous en avons ici un exemple flagrant.
      « Quand on prend la décision de désinformer l’opinion publique… »
      Juste un exemple : affirmer comme elle le fait dans tous les médias que les vaccins sont sûrs et sans effet secondaire; n’est-ce pas de la désinformation qu’un esprit critique minimum saura reconnaître?
      Et ce n’est pas être anti-vaccins que d’affirmer que pour tout produit de santé, il existe une balance bénéfice/risque et affirmer comme elle le fait que les vaccins eux n’ont que des bénéfices et aucun risque en totale contradiction avec les faits, c’est ce que moi je nomme de la désinformation.

      Mais il semble que la définition de désinformation ne soit pas la même pour la ministre et pour moi.
      Il semble que pour elle, la désinformation consiste à ne pas soutenir les informations fournies par les autorités.
      Chacun peut constater qu’aujourd’hui les mots n’ont plus de sens que celui donné par ceux qui l’emploient.
      Ainsi le terme de « prise d’otage » est employée pour définir tout blocage ressenti.
      Or le sens est tout autre.

      • Merci,

        Le chiffon rouge de la théorie du complot est agité pour cacher l’absence d’arguments valables, et ainsi permettre de clouer le bec aux opposants de la pensée unique.

        Les contre penseurs uniques étant minoritaires, c’est la masse moutonneuse qui sert d’estrade a tout ce beau monde ( gratin politique, médical, etc …….) qui pense a notre place, et donne des ordres.

        A quand le macaron repérage sur la veste?

        https://www.youtube.com/watch?v=wW3vil_cJ7I

        Depuis quand douter est il considéré comme complotiste?

        Bien à vous,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *