Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que les médecins qui s’opposent à l’obligation vaccinale soient menacés par le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM). C’est son président, le Dr BOUET qui menace.

C’est à l’occasion d’une interview dans le journal Le Médecin Généraliste que le président du CNOM a proféré ses menaces.

Ce journal professionnel, à l’attention des médecins généralistes comme son nom l’indique, a donc posé des questions, au président du Conseil National de l’Ordre des Médecins, médecin généraliste lui-même; sur le fait que des médecins s’opposent à l’obligation vaccinale.

Il faut savoir que cette publication possède des liens d’intérêts majeurs avec l’industrie pharmaceutique. Elle y publie par exemple ses publicités mais aussi des articles « à la gloire » de cette industrie. Ce n’est pas une publication pour s’informer de façon indépendante.

Ce n’est sans doute pas un hasard que l’opposition à l’obligation vaccinale de la part des médecins soit évoquée dans cette revue.

Qui plus est, interroger le président du CNOM organe de contrôle et de sanctions des médecins, fait également sens.

Si je publie ce billet, c’est pour que les citoyens puissent lire cette interview et prennent conscience des « dangers » que courent les médecins qui se veulent indépendants.

 

 

 

 

Le préambule est clair :

« le Dr Patrick Bouet remet les pendules à l’heure. ll met en garde : les professionnels qui relaieront des arguments contraires aux données de la science pourront être poursuivis. « Quelles que soient les convictions personnelles d’un professionnel, il se doit de protéger ceux qui l’entourent. Il n’y a pas de débat », clame-t-il dans une interview exclusive au Généraliste. » « Il faut que les médecins sachent que s’ils n’adoptent pas une attitude conforme aux données de la science ou s’ils mettent en danger les patients, ils devront en assumer les responsabilités. »

Les choses sont donc claires, la phrase essentielle est ici :

« Il n’y a pas de débat »

Cela signifie qu’il faut obéir aux ordres des autorités et surtout, il faut se taire.

 

 

 

 

A la question de savoir pourquoi le CNOM soutient l’obligation vaccinale, son président répond :

« Je le redis solennellement et avec conviction, nous soutenons l’initiative de la ministre de la Santé car, dans le climat actuel, il est primordial de protéger l’individu et la collectivité. Créer l’obligation pour ces vaccins dont nous savons qu’ils protègent et sauvent des vies, c’est une action de santé publique »

Je ne reviendrai pas sur ces propos, notre lettre est un réquisitoire contre l’obligation vaccinale, factuel et argumenté.

Il est par ailleurs particulièrement intéressant que le Dr BOUET parle de conviction.

Nous sommes bien ici dans la conviction, donc dans la croyance, donc bien loin de la science.

 

 

 

 

Quant au débat qui a lieu, voici la réponse du président du CNOM :

« Je comprends que des personnes, quelles qu’elles soient, puissent s’interroger sur le médicament, sur le vaccin, sur leurs effets potentiels. Notre société a besoin d’informations. Je comprends moins cependant que des médecins puissent mettre en avant des affirmations infondées pour augmenter le trouble dans la population. »

Qu’il puisse exister des affirmations douteuses, même venant de certains médecins, nul n’en doute. Mais toutes les affirmations des médecins qui s’opposent à l’obligation vaccinale ne sont pas infondées.

Il est ici très surprenant de voir le CNOM s’ériger en défenseur de la « science médicale », de la médecine par les preuves et en combattant des « affirmations infondées ».

En effet, le CNOM n’est pas un organisme qui est en charge de la pertinence des données scientifiques médicales. Le CNOM n’est pas une autorité médicale dans le sens d’experts en science médicale. Ce n’est pas une Haute Autorité de Santé qui évalue et fait des recommandations de bonnes pratiques.

Pourquoi, dans ce cas,  aujourd’hui le Dr BOUET prend-il partie ainsi comme défenseur de la vaccination? Comme si l’intérêt de la vaccination était remise en question. Mais le débat porte sur l’obligation vaccinale. Pourquoi écrire alors ceci :

« Les vaccins sauvent des vies et quand une nouvelle maladie apparaît, que demande-t-on? Où en est le vaccin? C’est tout. » s’exclame le Dr BOUET.

Nous ne savons plus trop, dans ce qui est écrit si c’est l’obligation vaccinale qui est décriée ou la position anti-vaccins de certains. Ce mélange dans le discours est particulièrement troublant. Pourtant c’est bien le sujet de l’obligation vaccinale dont il est question dans cet article : « Au moment où certains praticiens s’opposent à l’extension de l’obligation à 11 vaccins pour les enfants de moins de deux ans, le président de l’Ordre des médecins, le Dr Patrick Bouet remet les pendules à l’heure. »

Ces propos sont d’autant plus surprenants que le Collège National des Généralistes Enseignants, c’est à dire les professeurs de médecine générale, ceux qui enseignent aux étudiants en médecine, donc ceux pour qui les données scientifiques sont la base de leur travail, ces médecins se sont prononcés contre l’obligation vaccinale.

De la même façon, la Société Française de Santé Publique (SFSP) s’est également prononcée contre l’obligation.

Il est donc particulièrement paradoxal qu’un organisme de contrôle des médecins dont la mission ne comporte pas de « dire la science médicale » menace de sanctions, par la voix de son président, ceux dont c’est le métier.

Par le passé, tous ceux qui connaissent le rôle et la fonction du CNOM savent bien qu’il ne s’engage jamais dans des débats scientifiques médicaux. Le CNOM s’est-il par exemple saisi des débats sur le dépistage du cancer du sein par mammographie? A aucun moment et pourtant il aurait pu le faire. Mais jamais il ne s’en est mêlé. Voir par exemple ici ou . Je pourrais vous citer beaucoup d’autres exemples de controverses médicales où le CNOM reste muet.

Pourquoi alors aujourd’hui s’engager aussi violemment pour l’obligation vaccinale?

Cette prise de position du CNOM et ses menaces vis à vis des médecins critiques de l’obligation vaccinale sont particulièrement déplacées.

Au point où l’on pourrait se demander si ces propos ne pourraient pas  s’apparenter à une forme d’abus d’autorité?

 

 

 

 

Cela est d’autant plus vrai et je voudrais vous citer l’article 5 du code de déontologie ( Art R-4125-5 du code de la santé publique )

Le médecin ne peut aliéner son indépendance professionnelle sous quelque forme que ce soit.

En menaçant ainsi de sanctions ordinales qui peuvent aller jusqu’à la radiation et donc l’interdiction d’exercer le métier de médecin; les médecins qui s’opposent à l’obligation,  le Dr BOUET président du CNOM ne veut-il pas faire pression sur les médecins pour qu’ils aliènent leur indépendance professionnelle au profit de la soumission aux autorités?

Proférer des menaces est particulièrement troublant, surtout quand il semble que les convictions l’emportent sur la raison comme cela a été indiqué.

 

 

 

Un dernier élément m’interpelle.

Le Dr BOUET a été élu, il y a peu à l’académie de médecine.

Comme cela est noté, c’est le premier médecin généraliste élu à cette illustre institution.

Les propos reportés dans cette interview sont faits d’amalgames entre l’opposition à la vaccination et l’opposition à l’obligation vaccinale. En parlant de l’encéphalite rougeoleuse ces propos tendent à invoquer la peur.  Il existe des affirmations comme considérer l’obligation vaccinale comme une mesure de santé publique qui sont en contradiction avec les experts en santé publique. Le Dr BOUET nous parle de convictions alors qu’il est question de science médicale. Cette façon de présenter les choses sont-elles correctes pour un médecin, membre de l’académie de médecine?

Le Dr BOUET se défend par ailleurs de toute influence.

« En disant cela, je n’ai pas le sentiment de me « mettre à genoux devant le gouvernement » ou d’être à la solde des laboratoires, comme certains l’ont affirmé. »

Cette l’affirmation est habituelle chez ceux qui ont justement des liens d’intérêt. Ils ont toujours « le sentiment » d’être indépendant. Mais la majorité de ceux qui sont sous influences affirment toujours leur indépendance, comme par exemple la ministre de la santé. Mais n’y a-t-il pas aveuglement de leur part et ne sont-ils pas les plus mal placés pour en juger?

 

 

 

 

 

Pour conclure, je m’interroge sur ce qui peut pousser le président de l’ordre des médecins à tenir de tels propos?

C’est une interrogation que chacun peut légitimement se poser?

Ses convictions sur le bien fondé de cette obligation, sont sans doute une des explications.

Mais baser des menaces de sanctions des médecins qui contestent l’obligation vaccinale sur les convictions du président du CNOM, même si ces convictions, sont partagées par d’autres médecins, cela me semble pour le moins problématique.

Personnellement, bien qu’il s’en défende, je pense que les liens d’intérêt du Dr BOUET ont aussi à voir avec ces propos.

Il existe des liens d’intérêts plus forts que ceux que l’on peut avoir avec les industries pharmaceutiques.

Ce sont les liens d’intérêts vis à vis de ceux qui valorisent votre ego. Ainsi en devenant académicien, le nouveau membre veut sans doute être digne de cette société qui l’honore. Il veut être digne de l’honneur qui lui est fait. Donc soutenir sa ministre de tutelle, même si elle n’a pas eu de lien direct avec sa nomination, c’est montrer à quel point il sait être digne de sa nouvelle appartenance à l’élite de la société.

Peu de personne savent garder du recul quand ils atteignent les « sommets ».

 

 

 

Voilà mon analyse de l’interview menaçante du président du Conseil National de l’Ordre des médecins.

Vous trouverez d’autres réactions :

Lettre ouverte au Dr Bouet, président du CNOM

Ou encore :

http://michel.delorgeril.info/ethique-et-transparence/vaccins-sciences-medicales-et-ordre-des-medecins

 

A vous de juger.

 

30 commentaires

  1. « Notre premier acte de résistance contre les 11 vaccins obligatoires : une plainte pénale !  »

    http://www.epvl.eu/plainte-penale/

    • Je pense que les motifs de la plainte ne vont pas donner de la crédibilité à ceux qui dénoncent l’obligation vaccinale.
      Au contraire même, les partisans de l’obligation auront beau jeu avec une plainte de ce type.
      Cela me désole de voir mon combat décrédibilisé par ce type de plainte.
      En effet, que penser de ce motif :
      « emploi ou administration de substances de nature à entraîner la mort, empoisonnement article 221-5 du Code Pénal »
      « exposition d’autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité article 223-1 du Code Pénal »
      L’on peut penser que les vaccins n’ont pas l’intérêt que leur prête les autorités mais de là à les considérer comme des substances de nature à entraîner la mort ou un risque immédiat de mort, il ne faut pas exagérer.
      Et c’est bien ce type d’exagération qui fait énormément de mal à ceux qui tiennent un discours intelligent et pondéré et qui par là même discrédite ce même discours en l’assimilant à l’exagération extrême.

      • Je pense qu’ils ont ratissé large dans les motifs de la plainte et les termes juridiques ont souvent une consonance un peu « extrême » ou inappropriée mais je suis d’accord avec vous sur la forme.

        Ce qui m’intéresse, c’est le fond: l’acte de déposer une plainte contre l’obligation vaccinale.

        Mais de toutes façons, quand j’entends les discours des uns et des autres sur les vaccins et les querelles interminables entre les différents protagonistes, j’avoue que je ne crois plus une seule seconde à un vrai rassemblement.

        Quand j’entends Ghérardi qui ne parle que de la problématique de l’aluminium dire qu’il est pour l’obligation vaccinale, pour le calendrier vaccinal actuel, pour les vaccins, j’hallucine.
        Il n’y a que l’aluminium qui le dérange en fait. Ou alors il veut garder ses subventions pour ses travaux?
        Quand j’entends Joyeux dire qu’il est pour le DTP obligatoire et pour la liberté vaccinale, je m’interroge devant tant de confusion et d’incohérence.
        Quand j’entends docteur du 16 et CMT traiter les personnes d’anti-vaccinalistes dès lors qu’elles ne trouvent aucun vaccin parmi les 11 qui mériteraient d’être administrés de façon systématique aux bébés français, je m’interroge.
        Quels sont leurs arguments pour préconiser le DTP par exemple à tous les bébés français? Pas de réponse.

        Alors CMT s’est querellée avec les amis de Michel de Lorgeril qui pourtant tentent d’alerter avec leurs petits moyens puis avec Marc Girard.
        Ensuite Marc Girard s’est brouillé avec à peu près tout le monde, CMT puis les amis de de Lorgeril…
        Quel gâchis!

        Alors, vous parlez de votre crédibilité, votre combat; certes, je respecte votre travail et votre position. J’apprécie particulièrement votre tolérance, c’est rare!

        Personnellement, je sature de toutes ces divergences alors que l’on sait très bien que le nombre fait la force.
        J’ai personnellement signé des pétitions qui ne me convenaient pas forcément parce que sans elles, rien ne se serait passé et que je suis aux abois… J’ai fait des compromis comme on dit.

        Pour terminer, une notion fondamentale à mon sens: il faut différencier l’obligation vaccinale de la problématique vaccinale.
        Quand je lis le titre des articles de CMT, je me dis qu’elle est tombée dans ce travers:
        « Est-il légitime de rendre 11 vaccins obligatoires? »
        Quelque soit le bénéfice-risque de ces 11 vaccins, il ne sera jamais légitime de les rendre obligatoire; c’est une question politique. L’obligation est un déni de démocratie, rien ne peut la légitimer.
        Par contre, est-il légitime de les préconiser à tous les bébés français, c’est une question scientifique et ce travail devait être fait.

        Les vaccins, comme le rappelle Marc Girard, sont des médicaments qui sont très mal testés et mal contrôlés. On ne sait pas vraiment s’ils fonctionnent, on ne connait pas ou mal leurs effets secondaires sur le court, moyen long terme.
        Et on les administre en cocktail à des centaines de milliers de bébés français (et des millions de bébés dans le monde) alors que l’on ne dispose d’aucune étude épidémiologique sérieuse pour justifier tout ça.
        Où est l’évaluation du bénéfice-risque?

        Donc, pour moi, la discussion est très simple.
        L’obligation vaccinale est liberticide et doit être combattue par tous les moyens.
        En France, il n’y a aucune maladie infectieuse menaçant sérieusement la santé publique.
        Donc avant d’administrer des médicaments mal testés à des bébés en bonne santé, il faut des études probantes.
        En l’absence de telles études, l’on se doit de s’abstenir (Hippocrate)

        Ca n’est pas parce qu’on vaccine dans notre pays avec le DTP depuis des lustres que c’est un acte médical raisonnable.
        Tout doit être remis à plat.
        Je n’ai pas peur de dire qu’il n’y a à mon sens aucun vaccin actuellement recommandable pour des bébés en bonne santé dans notre pays. Je pense avoir des propos modérés; j’ai passé des heures sur ce sujet avant d’en tirer ces conclusions, simple question de bon sens.

        Je ne suis pas de principe contre les vaccins. Je garde une porte ouverte pour les groupes à risque (bien que je ne sache pas vraiment quoi en penser) et pour une éventuelle maladie grave, non curable et contagieuse pour laquelle on disposerait d’un vaccin bien évalué.

        Alors, conclusion, faut-il signer cette plainte au risque de nous décrédibiliser??

        Je m’en vais réfléchir!

        • Je suis absolument sur la même « longueur d’onde » que vous.

          Vous écrivez : »Donc avant d’administrer des médicaments mal testés à des bébés en bonne santé, il faut des études probantes. En l’absence de telles études, l’on se doit de s’abstenir (Hippocrate) »
          Oui, bien sûr.
          Mais si l’on élargit la problématique à l’exercice de la médecine dans son ensemble, à tous les médicaments prescrits. On arriverait à la même conclusion que peu reposent sur des études probantes.
          Ainsi par exemple, le fait qu’une étude montre un seuil significatif est considéré pour la totalité des médecins comme la preuve du bénéfice d’un médicament. Or ce seul est arbitraire et en le modifiant pour une preuve plus solide d’un bénéfice, la quasi totalité des médicaments n’auraient plus la preuve d’un quelconque effet :
          http://www.h2mw.eu/redactionmedicale/2017/12/les-d%C3%A9bats-sur-les-statistiques-sont-nombreux-un-preprint-a-%C3%A9t%C3%A9-sign%C3%A9-par-72-experts-sugg%C3%A9rant-le-se.html
          C’est très dérangeant quand on y pense.
          Et cela pour des médicaments dont on ne remet pas en cause l’intérêt.

          Mais quand on prend le temps de lire, on découvre des « choses » hallucinantes.
          Ainsi j’ai « découvert » que la metformine, médicament de première ligne dans le diabète, médicament prescrit depuis des dizaines d’années et encore recommandé, n’avait pas de réelle preuve scientifique de son intérêt.
          Mais combien de médecins le savent?
          Pour les vaccins, c’est la même chose.

          Tout cela pour dire que quand on prend la peine de réfléchir sur sa pratique médicale, quand on est médecin, on va de déconvenue en déconvenue.
          Ce que l’on croyait solide, ne l’est pas.
          C’est très perturbant.
          La majorité de confrères ne se remettent pas en cause et ne remettent pas en cause ce que le système recommande, pour cela : c’est très dérangeant et il est plus confortable de se soumettre aux recommandations des autorités médicales.

          Devant un constat si « déprimant », que faire?
          Je crois qu’il faut être pragmatique.

          Vous vous insurgez sur le fait que tous les vaccins sont recommandés.
          Je suis d’accord avec vous que c’est excessif.
          Mais il est pour moi plus important de lutter contre l’obligation que contre les recommandations.
          Car avec l’obligation, naît la contrainte. Il n’y a plus de choix possible comme avec les recommandations.

          Le monde dysfonctionne, celui de la santé ne fait pas exception.

          Je pense que les plaintes contre l’obligation vaccinale sont une bonne chose.
          En effet, débattre, argumenter, n’a servi à rien face à l’autoritarisme et les dogmes qui ont prévalu dans la décision de l’obligation vaccinale.
          De plus d’autres obligations vont suivre.

          Mais pas avec n’importe quels arguments doivent accompagner ces plaintes.
          Car si de mauvais arguments sont mis en avant, les juges auront beau jeu de les rejeter et l’obligation continuera.
          En justice, les arguments médicaux et scientifiques n’ont plus d’intérêt.
          La justice ne juge pas le fond mais la forme.
          Donc baser une demande de rejet de l’obligation vaccinale sur des arguments « fallacieux » ne peut que faire rejeter par la justice la plainte.
          Par contre il existe des arguments juridiques plus solides pour appuyer des plaintes.
          Je ne suis pas juriste mais certains de la loi Kouchner sur le consentement sont pertinents à mon sens dans cette problématiques.
          D’autres lois au dessus des lois françaises le sont aussi.
          Il faut donc que la plainte prenne pour socle des arguments recevables par les juges et ceux que vous m’avez montré ne le sont pas pour moi.

          Donc oui, il faut se battre par l’intermédiaire des tribunaux mais pas avec des justifications « idiotes ».

  2. Bonjour à toutes et tous,

    Jacques BREL,

    Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier.

    Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences, je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants.

    Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir.

    Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque.

    Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.

    Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable »

    Bien à vous, et gros bisous,

  3. bonsoir

    J’ai été harcelé entre autres pour avoir dis cela au sortir d’une liste de garde

    «  » » » »Bonsoir chers ami(e) s ,
    de 14 h à 20h calme, en compagnie de Raphael, j’ai vu 15 enfants dont trois bronchiolites otites nourrissons qui ont été VACCINES cette semaine….
    Qui demande parmi nous aux parents si leurs enfants ont étés vaccinés cette semaine….eh bien 2 fois sur trois . c’est le cas ?
    ….je dis ça j’ai rien dis , mais vos yeux sont votre expérience

    Et dire que la commission vaccination vient de conclure rendre obligatoire 12 vaccins au lieu de 3,
    J’entends d’ici certains dire …. »mais vivement la retraite ! » eh bien ça sera fait par les pharmacies…KNOCK réhabilité !

    Dans le films « Apocalypse Now », les viets avaient amoncelés une montagne de petit bras d’enfants qu’avaient vaccinés de force les américains….comme la démocratie….le soins ….si besoin de FORCE !

    Juste des petites observations !

    Cordialement «  »

    Nb un avis sur le site de Delorgeril et un autre sur le site du Dr SWARTZ m’a été reproché, et photocopie à l’appui au disciplinaire…la apres avoir gagné ils ont fait appel ! c’est pour cela que je masque mon identité

    • Merci pour ce témoignage édifiant.

      Il devient de plus en plus difficile d’être critique, de même juste porter un questionnement.
      Tout est fait pour faire taire ceux qui restent critique, ceux qui continuent à s’interroger.
      Il faut aujourd’hui obéir et se taire.
      Si certains faits interpellent, il faut les taire sous peine, comme vous l’expliquez de se voir attaqué.
      Je reste surpris sur la violence de ces médecins ou de ces autorités quand un questionnement dérange.
      La violence est une réaction le plus souvent à la peur.
      Dans ce cas de questionnements, de quoi ont peur ces médecins qui réagissent ainsi si violemment au point de chercher la condamnation de ceux qui restent critique?
      Ils ont sans doute peur car ces questionnements fissurent leur monde de croyances confortables.

      La vaccination est symptomatique des croyances.
      Il est connu que la vaccination rougeoleuse diminue les défenses immunitaires dans la suite de la vaccination, de la même façon que la maladie le fait.
      Mais comme partout, les autorités affirment contre toute évidence qu’il n’y a pas d’effets secondaires néfastes à aucune vaccination, votre questionnement sur la survenue de bronchiolites concomitantes à des vaccinations ne peut être entendue que « douloureusement » par ceux pour qui le dogme de la vaccination est sans aucun risque.
      C’est toute une construction médicale personnelle qui est « ébranlée ».
      Il ne faut donc pas être surpris de la violence des réactions qui ont suivi votre partage de juste un fait : bronchiolite après vaccination.

      Donc courage dans cette épreuve.
      Il faut juste savoir être vigilent au quotidien car ne dit-on pas que « toute vérité n’est pas bonne à dire ».
      Il vaut mieux souvent se taire, ne rien écrire que de s’exposer personnellement.

      Mais sachez que je vous comprends parfaitement et vous avez tout mon soutien.

      • Merci de votre soutien et bonne annee

        ci dessus c etait l an dernier
        et ci dessous apres passage de la premieres instance

        *********tres calme
        9 hiers
        10 aujourd’hui

        des enfants, 3 bronchiolites, 4 otites
        des gastros
        1 urticaire ?
        du stress

        ça complique l’affaire avec du doliprane alors que Montagner ne veux pas !

        pas d’internet

        étaient t ils vaccinés……je n’ai pas le droit d’en parler ici ! même pas vous dire si je leur ai demandé ?

        un petit aperçu de la notice de l’influval, qui ne sert a rien ! selon le fabriquant lui même

        http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/2012-2013/Juin-2013/Notice-vaccin-flulaval.pdf

        Même sur le descriptif du produit qu’il n’y a pas de preuve qui démontre l’efficacité de son propre vaccin !

        Sur le descriptif du vaccin FLULAVAL (influenza), fabriqué par GlaxoSmithKline, on peut lire : « Il n’y a pas eu d’étude contrôlée démontrant adéquatement une diminution de la maladie de la grippe après la vaccination avec FLULAVAL. »

        *****************************************

        je n ai pas pu m empecher

  4. Pour mémoire,

    Les experts ont révélé que le gouvernement a choisit de vacciner la chancelière et ses ministres ainsi que les principaux responsables gouvernementaux avec du Celvapan, le même sérum que celui commandé par l’armée allemande au laboratoire Baxter.

    Celui-ci ne contient pas d’adjuvants et entraînerait donc des effets secondaires moins importants que le Pandemrix, le « vaccin des masses » dont 50 millions de doses ont été livrées aux Länder allemands lundi.

    Le fait que des politiciens et les principaux fonctionnaires des ministères soient vaccinés avec un autre vaccin que le peuple envoi un signal terrible.

    http://blog.lefigaro.fr/berlin/2009/10/les-allemands-scandalises-par-le-vaccin-special-contre-la-grippe-reserve-au-gouvernement.html

    Il serait très très naïf de penser que certains labos se sont tournés les pouces ……. depuis 2009.

    • Cette information est intéressante.

      Par contre, la première question que l’on devrait se poser est de savoir le bénéfice de la vaccination antigrippale.
      Que l’on soit vacciné par un vaccin ou un autre ne change rien à la question de l’intérêt de la vaccination antigrippale chez des personnes en bonne santé.

      • 🙂

        « Par contre, la première question que l’on devrait se poser est de savoir le bénéfice de la vaccination antigrippale. »

        Bénéfices? Trois.

        1) Financier
        2) Affaiblissement de la population, qui rapportera encore de l’argent dans les caisses.
        3) Future injection de nano, si ce n’est pas déjà le cas, en catimini.

        Coqueluche, diphtérie, tétanos, poliomyélite, grippe, pneumocoque, rougeole, cancer du col de l’utérus, varicelle, tuberculose, méningite… le marché mondial des vaccins a enregistré une progression de 24% entre 2011 et 2014. Une croissance qui « devrait se maintenir voire s’intensifier », prévoit le cabinet Alcimed, qui table sur un chiffre d’affaires multiplié par 2,5 d’ici à 2025.

        Le marché mondial des vaccins proche des 80 milliards de dollars en 2025

        https://www.sciencesetavenir.fr/sante/le-marche-mondial-des-vaccins-proche-des-80-milliards-de-dollars-en-2025_30124

        ——-

        12/10/2017

        Val-de-Reuil, un centre mondial contre la grippe

        Le site de Val-de-Reuil va être agrandi pour produire le nouveau vaccin du groupe contre la grippe.

        Sanofi va investir 170 millions d’euros pour agrandir son site de Val-de-Reuil (Eure), spécialisé dans la production de vaccins, notamment contre la grippe saisonnière. Cela faisait longtemps que le géant pharmaceutique n’avait pas mis autant d’argent pour construire une nouvelle unité de production en France.

        « Cet investissement représente l’une des plus grandes dépenses réalisées par Sanofi pour améliorer et augmenter ses capacités de production de vaccins en France, aux États-Unis et au Mexique », affirme le groupe. Le groupe produit chaque année environ 200 millions de vaccins contre la grippe, dont il est de très loin le leader mondial avec 40 % du marché.

        L’effet dopant de l’augmentation du nombre de vaccins obligatoires
        Au début de l’année, la coentreprise mise en place par Sanofi et Merck pour le développement et la commercialisation de vaccins en Europe, a été arrêtée, redonnant ainsi aux deux groupes leur liberté de manœuvre. D’où d’ailleurs, la construction par Sanofi de nouvelles capacités de production, au Val-de-Reuil, mais aussi sur son site de Marcy l’Étoile (à côté de Lyon) ainsi qu’à Toronto.

        En France, l’augmentation du nombre de vaccins obligatoires (onze contre trois actuellement pour les enfants nés à partir du 1er janvier prochain) qui vient d’être annoncée par le gouvernement devrait également contribuer à doper le secteur.

        https://www.la-croix.com/Economie/Entreprises/Sanofi-construit-nouvelle-usine-vaccins-France-2017-10-12-1200883783

        ——-

        Le meilleur des remèdes pour contrer la grippe est EPP.

        Bien à vous,

        • https://www.youtube.com/watch?v=JXFQma3UCOg&feature=youtu.be&t=48m30s

          L’exemple par la preuve du discours qui légitime que tous les traitements seront disponibles et remboursés.
          Le comble de la rhétorique étant de parler de médicaments utiles avec bénéfice énorme dont tous les français pourront disposer. C’est clairement la reprise des arguments marketing de Bigpharma.

          Or qui fixe l’utilité des traitements si ce n’est Bigpharma?
          Dans ce débat personne ne rappelle à Mme BUZYN que les médicaments anti-alzheimer ont été déclaré inutiles et dangereux par la HAS et qu’ils sont toujours prescrits et remboursés ce qui montre bien que l’intérêt des médicaments n’est pas dans les réflexions de la ministre quand il s’agit de les rembourser.

          Cela me dégoutte d’entendre de tel discours laissé libre sans contestation.
          C’est d’entendre le discours marketing de l’industrie pharmaceutique dans la bouche de notre ministre de la santé.
          Mais comment cela pourrait en être différent quand on sait d’où elle vient et de ses liens avec l’industrie pharmaceutique.

      • Pourquoi vacciner les personnes en bonne santé contre la grippe?
        Mais pour protéger les personnes fragiles, pardi!
        MDR…
        Avec le travail de la collaboration Cochrane, j’avoue être dubitative quant aux injonctions des experts, de la ministre et toute la clique qui vont bientôt nous rendre ce vaccin obligatoire.
        Il n’y a plus aucun raisonnement autour du bénéfice-risque (y en a t’il jamais eu d’ailleurs?); il faut juste contraindre pour vendre.
        C’est de la vente forcée, ni plus, ni moins.
        Et bientôt ce sera le Gardasil pour les petits garçons et les petites filles; là, ça sera vraiment le jackpot.

        • C’est tout à fait cela.

          Entendre la ministre dans un entretien du 15/12/2017, reprendre le marketing de Bigpharma comme quoi les bénéfices des derniers médicaments hors de prix sont énormes. Faire la promotion de l’ ATU ( Autorisation Temporaire d’Usage) qui n’est autre que permettre une utilisation d’un produit médicamenteux qui n’a pas réussi à faire la preuve de son efficacité par les voix normales de l’ AMM ( Autorisation de Mise sur le Marché) mais dont on « fantasme » l’intérêt majeur; est particulièrement inquiétant.

          https://www.youtube.com/watch?v=JXFQma3UCOg&feature=youtu.be&t=48m30s

          Il n’y a aujourd’hui plus de barrière au marketing pharmaceutique quand les autorités d’état en sont leur porte parole et leurs meilleurs agents marketing.
          On peut en effet s’inquiéter de l’avenir quand la boite de Pandore de l’obligation vient également d’être ouverte.

      • Bonjour,

        Ah, mince alors!
        Oublié un bénéfice.

        Stérelisation.

        Deux cents chercheurs et biologistes ont travaillé pour Project Coast. Beaucoup d’entre eux ignoraient – ou préféraient ignorer – qu’ils étaient les petites mains d’un programme effroyable. Des médecins ont aussi avoué avoir participé à l’élaboration d’un vaccin destiné à stériliser les femmes à leur insu.

        http://www.liberation.fr/planete/2012/05/27/afrique-du-sud-le-fantome-du-docteur-folamort_821760

        Bien à vous,

  5. Bonsoir,

    Attention,

    A mettre en lien avec le discours de Bill Gates.

    https://www.phe.gov/s3/dualuse/Documents/p3co.pdf

    On estime que seulement un salarié sur dix se fait vacciner. Dans certains secteurs, ce taux est plus important. Un quart des professionnels de santé se protègent. Ce qui reste peu aux yeux de leur ministre, Agnès Buzyn, qui les a enjoint la semaine dernière, à avoir une « conduite exemplaire ».

    Elle n’a d’ailleurs pas exclu, pour l’an prochain, de prendre des décisions plus contraignantes pour les soignants.

    https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/c-est-mon-boulot/c-est-mon-boulot-vaccin-contre-la-grippe-la-prise-de-conscience-fait-son-chemin-en-entreprise_2497265.html

    Un neurologue nous parle de l’abrutissement chimique de la société voulu par l’élite…

    https://www.youtube.com/watch?v=K6OYrkyYiDY

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Milgram

    Que notre joie demeure …….

  6. ON NOUS CACHE TOUT ON NOUS DIT RIEN

    Je me demande:
    si le gouvernement clame qu’il y a très grand danger à ne pas faire les 11 vaccins c’est qu’il a peur.
    Peur de quoi? Peur des maladies que la mondialisation « ré-importe » dans nos pays riches? Peur des « souches » qui auraient évoluées en force? Si c’est cela, que le gouvernement ait l’honnêteté de le dire. Et qu’il dévoile les batteries d’informations scientifiques qui le prouve.

    • 🙂

      « ON NOUS CACHE TOUT ON NOUS DIT RIEN »

      Non, tout est a découvert!
      Il suffit juste de prendre le temps de bien s’informer, hors des sentiers battus, et de ne pas rester dans le déni. De nombreux lanceurs d’alertes, ont payés de leurs vies, afin de nous ouvrir les écoutilles.

      Bien à vous,

  7. Bonjour,

    Grand Merci,

    C’est l’heure des choix. Y compris dans le milieu médical. Oeuvrer pour le bien être des patients, trouver les causes réelles de leurs maux, ou ne s’attarder que sur les effets, et continuer de remplir les caisses des labos et copinage.

    Une phrase à retenir, d’un médecin qui a conscience de ce qui se trame en coulisse,

    « Pauvre Démocratie, pauvres Médecins, pauvres bébés, pauvres de nous…. »

    Bien à vous, toutes, tous,

  8. Il faut absolument sortir de cette « nasse » où le bien être de chacun est mis en danger pour le bien être de quelques uns…

  9. Les « spécialistes » le disent la vaccination ca ne se discute pas et il n’y a pas lieu d’y avoir de débat……

    La vaccination est a la médecine d’aujourd’hui ce que fut la saignée à la médecine d’antan

    Ce qui ne changent pas c’est que les charlatans passent les générations avec brio et se reproduisent entre eux

  10. Cet article a pour but de montrer à quel point cet organisme de contrôle et de sanction des médecins pouvait être autoritaire.
    Les médecins le savent.
    Mais je pense que les citoyens ignorent combien il est pénible de pouvoir exercer sereinement sous la « coupe » d’une telle institution.
    Mitterrand est le seul a avoir envisagé la suppression de cet Ordre. Il ne l’a hélas pas mis en pratique et je ne vois pas un dirigeant politique capable de le faire.
    Nous continuerons donc à « subir ».
    Il est donc important que chaque patient sache le poids de cette institution sur son médecin.

  11. L’usage de l’argument d autorité est un aveu de faiblesse. Oú sont les données de la science( litterature biomedicale internationale, pharmacovogilance,…) sur lequel il prétend assoir cette autorité? C’ est parce qu il sait au fond que ce n est pas une décision fondée sur des preuves qu’il joue de la menace. C est le dernier argument , quand on n’est pas capable de gouverner démocratiquenent.

    • Si l’on pratiquait une médecine basée sur les preuves, on ne vaccinerait pas.
      Un enfant de 3 ans le comprendrait.
      Et à mon humble avis, on ne s’en porterait pas plus mal.
      Mais comme LA vaccination est inscrite dans les gênes et dans la bible, la démarche se fait à l’envers.
      Il faut trouver des arguments scientifiques pour prouver qu’ils ne sont pas forcément nécessaires, efficaces et sûrs.
      C’est juste… un non-sens… Hippocrate doit se retourner dans sa tombe…

  12. Il n’ pas l’impression de se mettre à genoux. D’expérience la fellation n’est pas obligatoirement précédée d’une génuflexion, et je ne juge pas de sa sexualité. Être homo n’est pas une honte, il peut faire son coming out s’il le désire.

  13. mais pourquoi donc Mitterand n’a t il pas dissous le CNOM en son temps, bon sang de bon sang? Quel abus de pouvoir et menaces , à mon avis intenables, mais ne présumons pas de la malveillance et de la malhonneteté..
    Je pense que , à dessein, il fait un amalgame entre les médecins faisant de faux certificats de vaccination et ceux qui s’opposent ouvertement actuellement , en usant la liberté de parole comme vous le faites..
    merci de votre billet

  14. Encore merci pour cette analyse pertinente du fonctionnement autocratique de cette institution.
    Concernant l’ordre des médecins, je vous renvoie à cette interview de M. Mitterrand en 1978. Ses propos sont éloquents : « il faut supprimer le conseil de l’ordre et le remplacer par des institutions démocratiques… Le conseil des médecins a tout refusé : la médecine sociale, la médecine de groupe, les centres de soins, les conventions avec la sécurité sociale, la loi sur la contraception, la loi sur l’avortement… »
    Rien de nouveau sous le soleil, donc.
    Hélas !

  15. Pingback: Lettre ouverte au Dr Bouet, président du CNOM | Chroniques d'un jeune médecin quinquagénaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.