Sous le titre : « 49 s’engagent pour la protection des enfants », le lobby de santé en grande majorité médical, apporte son soutien plein et entier à la décision d’obligation vaccinale annoncée par la ministre de la santé.

C’est un manifeste :

« Écrit public par lequel un prince, un État, un parti… fait connaître ses vues sur tel ou tel sujet ou explique sa conduite dans une affaire importante. « 

« LE MANIFESTE DES 49 SOCIÉTÉS SAVANTES POUR LES 11 VACCINS OBLIGATOIRES DE L’ENFANT »

L’affaire est donc d’importance.

Il faut contraindre.

Pourquoi un soutien aussi « massif » à la ministre de la santé, sur ce sujet?

Y-a-t-il un danger imminent pour que tant de sommités se mobilisent en faveur de la décision de la ministre de la santé?

Pourquoi faire peser tout le poids de l’autorité de ces sociétés savantes, sur un sujet très particulier : l’obligation vaccinale pour 11 vaccins?

 

Un certain nombres de réponses sont apportées dans le texte de ce manifeste.

 

Loin d’apporter une information scientifique, indépendante, comme tout un chacun serait en droit d’attendre de sociétés savantes du domaine de la santé; ce texte n’est que l’expression de croyances et pourrait faire sourire si la situation en terme de démocratie et de liberté sanitaire,  n’était pas aujourd’hui extrêmement grave.

Juste quelques exemples :

« Les onze vaccins de l’enfant qui deviendront obligatoires le 1er janvier 2018 sont indispensables »

Indispensables, ces 11 vaccins?

« La concertation citoyenne avait été unanime sur le caractère incontournable de la vaccination, et s’était prononcée dans ce sens. »

Est-ce vraiment ce que la concertation citoyenne a conclu? N’est-ce pas travestir gravement la réalité ?

« Tout ceci serait sans importance si la santé de notre population n’était mise en danger.« 

Quel danger menace la santé?

 

Le danger qui menace la santé de notre société, est pour ces signataires, n’en doutons pas, la défiance de plus en plus grande vis à vis de l’autorité des experts et des médecins.

Car là est le problème.

Tous ce professeurs, tous ces médecins, tous ces signataires qui ont une position d’autorité, voient cette autorité de plus en plus remise en question.

Les français obéissent de moins en moins aux recommandations, aux injonctions, à la toute puissance médicale.

Et c’est la le grand danger qui menace.

Les gens s’interrogent, lisent, recherchent des références, en un mot ont un esprit critique.

 

Le danger qui menace est donc l’esprit critique d’un nombre de plus en plus important de français. Cet esprit critique menace l’autorité médicale.  Et cela ces sociétés savantes ne le supportent pas. Elles ne veulent que la soumission.

 

Jusqu’à un passé pas si lointain, la soumission vis à vis du corps médical et des autorités sanitaires, était presque totale.  Cette soumission allait de soit. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et pour que cette soumission persiste, il n’y a plus que la contrainte.

La soumission par la contrainte, tel est le maître mot derrière ce manifeste.

 

Comment interpréter différemment cette volonté de soumission à l’autorité médicale que représente ces signataires?  Parmi ces sociétés, on retrouve des sociétés comme celles de cancérologie, de gastro-entérologie, d’obstétrique etc. Quasiment tout le panel de la médecine en France, même si la spécialité de nombre de ces sociétés signataires est très éloignée des problématiques vaccinales. Le summum est atteint par la signature de la société de gériatrie. Quel rapport entre la société de gériatrie et ces vaccins obligatoires pour les enfants? L’autorité médicale.

 

La limite de « l’indécence » a été franchie par ce manifeste et tous ces signataires.

Vous remarquerez d’ailleurs que la seule société savante médicale absente de la signature de ce manifeste, est celle de médecine générale.

Son absence a un sens. C’est quasiment la seule qui s’oppose à l’obligation vaccinale.

 

Je ne sais pas vous, mais j’ai de plus en plus l’envie de me retirer sur une « île », loin de cette société.

 

15 commentaires

  1. Je partirais volontier sur une île. .. mais laquelle ?
    Il y a pas de monde idéal…Mais la vraiment ma colère ne se désarme pas ..Ce sont les lobbys qui se partagent le pouvoir celui de l’industrie pharmaceutique. .De l’industrie agroalimentaire..
    Mais nous imposer au 11 vaccins ..Juste impossible pour moi…jamais pas une seule fois n’est évoqué la balance bénéfices/risques par notre ministre ….

  2. Rendre systématique le Prévenar? les résultats des prélèvement à l’hôpital montrent que le vaccin n’a pratiquement aucune efficacité. Les souches dangereuses (qui sont devenues méchantes peut-être par pression de sélection) ne sont pas prises en compte par le vaccins actuel. Vous pouvez toujours attendre une réelle étude sur l’efficacité de ce vaccin hors de prix avec nombreux effets secondaires sous notifiés

    Certaines PMI continuent à vacciner avec Rotarix, balance bénéfice-risque extrêmement défavorable…

    Mes pédiatres du coin vaccinent massivement contre la varicelle sans justification aucune alors que les accidents graves sous vaccins sont trois plus fréquents que la varicelle… etc etc.

    hervé_02, meme constatation sur les spé qui croient savoir, alors que nous savons que nous croyons, qui ayant atteint le Graal de l’internat passe une carrière à se former via BIG PHARMA.

    • Oui, il y a une « problématique » avec le Prévenar.

      Un des problèmes de cette obligation est le dogmatisme des autorités et également celui de nombreux médecins.
      Il est clair que si il y avait une réflexion critique sur les vaccins, cette décision d’étendre l’obligation à 11 vaccins n’existerait pas.
      Mais le dogme prend aujourd’hui le pas dans nombre des domaines sur la santé.
      Le nombre des soutiens de la profession à cette obligation me rend particulièrement mal à l’aise car comment faire ensuite confiance à des médecins qui se comportent avec autant de soumission.

      Quand il n’existe pas de recherches scientifiques sur un domaine, le dogme peut se comprendre.
      Le problème dans notre société c’est que le dogme s’épanouit aujourd’hui même dans des domaines » scientifiques ».

      Il y a le dogme de la vaccination qui est le seul moyen de lutter contre les maladies infectieuses et qui les éradiquent.
      Mais aussi le dogme des dépistages qui sauvent des vies.
      Et que penser du dogme de la nécessité de prescrire etc.
      Même dans un domaine comme la lutte contre les déserts médicaux, le dogme est présent : celui de la nécessité de toujours plus de maisons médicales, le dogme de l’intelligence artificielle et la télémédecine etc.

      Mais n’oublions pas le coté rassurant d’obéir aux dogmes surtout quand ceux-ci sont portés par les autorités.

  3. Notre corps n’est pas malade, notre système immunitaire est tout a fait capable de se défendre contre toutes les maladies qui accompagnent l’humanité depuis les débuts de son existence ! Il n’y a pas de fatalité qui nous rendrait immunodéficient, cette croyance la est a rapprocher de celle du « péché originel » et elle n’a rien a voir avec notre liberté instituée par notre constitution.

    • Je ne suis pas d’accord quand vous affirmez
      « notre système immunitaire est tout a fait capable de se défendre contre toutes les maladies qui accompagnent l’humanité depuis les débuts de son existence  »
      Si c’était le cas, il n’y aurait aucun mort de maladies infectieuses.
      Or chacun sait bien que certain virus peuvent tuer comme certaines bactéries, même chez quelqu’un ayant un système immunitaire tout à fait normal et performant.
      Il n’y a pas d’immunodéficience sauf dans certaine maladies et au cours de la sénescence.

  4. je crois, et je vais faire un billet dessus, c’est que la santé des gens est comme l’était le soldat dans les guerres : de la chair à canon que les dirigeants, bien à l’abri chez eux, envoyait se faire tuer pour des intérêts qui n’étaient pas les siens.

    Autant les vaccins obligatoires qui vont doper le secteur que le traitement de l’affaire dépakine, nous assistons à une guerre économique des labos que le gouvernement soutient en prenant à sa charge les indemnisations (on parle de au moins 6 milliards – alors que sanofi savait depuis 86) et en forçant 11 vaccins. Une avalanche de cash dans un marché captif. La santé des gens étant une donnée négligeable et négligée. Ce sont des malades mentaux.

    L’argent étant devenu pus important que les personnes : on se permet de sacrifier des gens pour des chiffres dans des comptes bancaires. Ce n’est pas une île, qu’il faut mais une autre planète.

  5. Ce billet est une mise au point utile et nécessaire.
    Ce qui est le plus dérangeant est le travestissement de la vérité, en particulier concernant l’obligation vaccinale présentée comme consensuelle par certains ( dont A Fischer) alors que la lecture du rapport démontre le contraire.

    • Je suis d’accord mais je l’ai juste évoqué.
      J’ai aussi voulu faire un focus sur la référence aux « Lumières » qui est complètement aberrant dans un tel contexte.
      Il y avait aussi possibilité de réfuter point par point les éléments avancés.
      Il y aurait eu beaucoup de choses à dire et écrire.
      J’ai voulu me concentrer sur la volonté de soumission à l’autorité dont ce manifeste est l’émanation.

  6. 619 millions d’euros ont été distribués aux médecins en 5 ans…(cf le monde daté d’hier) mais vous avez raison, il est encore plus question de soumission au pouvoir et au discours médical ….encore plus peut être que d’histoire de gros sous ( qui sont quand même bien utiles, hein, D’ailleurs, ce serait interessant d’aller faire un tour afin de vérifier comment ils auraient pu être distribués dans ces 49 instances et à qui..)

    • Je n’ai volontairement pas voulu aborder les questions de liens d’intérêt des sociétés savantes.
      Mais c’est aussi un élément de compréhension de ce manifeste

  7. Belle analyse…
    Question : l’île sera-t-elle assez grande pour accueillir tous ceux qui voudront « déserter »?
    A moins que la raison l’emporte quand même chez nos parlementaires, qui ont encore leur mot à dire, quoiqu’en dise la ministre de la santé. Oui, vision très optimiste. Mais beaucoup de citoyens vont discuter avec leurs élus, en ce moment. Des élus assez désemparés, et qui découvrent aussi les mensonges officiels (les 10 enfants morts de la rougeole n’existent pas… La couverture vaccinale est en hausse régulière… selon les données de Santé Publique France elle-même! Voir l’article ici, avec les notes qui prouvent ce qui précède : https://www.vaccinssansaluminium.org/lettre-ouverte-parlementaires-vaccination-ne-pas-occulter-la-realite/
    Résistance, un bien joli mot, non?
    Didier Lambert

    • Pas une seule personne dans cet aréopage qui demande des données publiques ? c’est la science par l’obscurité. Un obscurantisme 2.0

  8. Le soucis majeur est une confusion, probablement entretenue sciemment : la médecine n’est pas une science, mais une technique. Technique élaborée non par des études sérieuses mais par une pratique quotidienne qui dessine un état de l’art. État de l’art qui n’est que le résultat des essais ou les patients ont été guéris et ne sont pas morts.

    Avant, l’homme médecine, puis le docteur, apprenait avec un ‘maître’ et de temps en temps améliorait la technique et le diagnostic, grâce à son expérience sur le terrain. D’ailleurs il est étonnant (ou pas) que le ‘vieux’ médecin est potentiellement plus juste en diagnostic que le jeune médecin, pourtant fraîchement émoulu de son cursus, comme si s’être éloigné de l’enseignement donnait un avantage dans sa pratique. Attention nous ne parlons pas du médecin qui continue à appliquer bêtement ce qu’il a appris, amélioré par les conversations avec les visiteurs médicaux.

    Leurs cerveaux lavés par de longues études, de très nombreux médecins pensent sincèrement que la médecine est une science et qu’elle détient la vérité absolue, immuable, malgré les scandales sanitaires récurrents, scandales qui tuent des milliers de gens avec une régularité déprimante. Et c’est d’autant plus vrai des ‘spécialistes’ encore plus embrumés par leurs ‘succès’ au classement et le choix de disciplines ‘prestigieuses’, très loin de la réalité simple du terrain de la santé. Nous pourrions épingler chacun de ses spécialistes avec leurs propres scandales : par exemple médiator (et statines) pour les cardio – épisios et césarienne pour les obstétriciens, pilules de 3 et 4 ème génération pour les gynécos…..

    Alors que nous parlons de prévention pour des gens étant en bonne santé sans aucune étude long terme sur le bénéfice de ces préventions. (on commence à murmurer que mammo et psa faudrait laisser tranquille et que l’on fait pire que bien). Pour les vaccins je ne sais pas pourquoi, pour c’est le moment tabou.

    Mais oui la confiance dans les médecins est brisée, de manière durable : qui n’a jamais ne serait-ce qu’entendu parler d’un pédiatre qui a menacé des parents réticents aux vaccins non obligatoires ? qui n’a pas entendu parler de signalements à cause de cela ? Cette société totalitaire à pour résultat l’exact inverse de ses objectifs (ou pas en fait) : elle éloigne les individus des structures sensées les aider. Les gens évitent les pmi, les médecins, les assistantes sociales, les collectivités territoriales, certaines associations, parce qu’elles ne veulent pas être contraintes à faire des choses qu’elles ne veulent pas, elle ne veulent pas prendre le risque de voir leurs enfants placés, juste parce qu’elles résistent aux diktats idéologiques du petit fonctionnaire (ou assimilé), qui tel un kapo investi d’un petit pouvoir ne peut s’empêcher de se prendre pour dieu le père.

    Coluche disait avec humour dans un sketch, faisant parler un bandit :  » ne vous inquiétez pas madame, nous ne sommes pas la police. » Nous le vivons en direct dans nos pratiques associative (en parentalité positive) : les gens ne viennent plus de peur que nous soyons affiliés d’une manière ou d’une autre avec les caf, pmi,cpam….

    Oui déprimant est le mot, un peu faible, mais le bon mot. Un « no future » qui revient du fond des ages.

    • Je partage votre analyse sur la médecine et les médecins.

      Beaucoup de médecins et encore plus quand ils ont atteint le sommet de la « pyramide » sont aveuglés par leur propre réussite et leur croyance dans la toute puissance médicale.

      Par ailleurs la coercition devient la seule réponse de ces « dirigeants » qui ne se remettent pas en question et qui donc ne peuvent pas voir que leurs schémas de pensées sont faux.
      Qui plus est, toutes ces décisions éloignent de plus en plus de la confiance qu’ils appellent pourtant de leurs voeux.
      Mais que penser quand la ministre affirme que l’obligation va rendre la confiance?

      • C’est une injonction paradoxale, dialectique bien connue, employée par les pervers narcissiques: sois libre! La guerre c’est la paix, la contrainte redonne la confiance. Il n’y a plus rien à dire parce que c’est une non pensée paralysante et c’est l’effet voulu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *