Bonjour

Je voudrais revenir sur l’actualité immédiate que constitue le NON à la communauté européenne des citoyens du Royaume Uni.

Cela n’a rien à voir avec la santé.

Quoique ? Le « projet de la peur » comme il est expliqué dans cet article , est souvent employé en santé .

Les citoyens appelés à se prononcer sur une question, ont répondu. Je ne commenterai ni  cette question ni la réponse.

Par contre, je m’interroge sur cette démocratie qui pose des questions aux citoyens pour connaître sa réponse.

Chez nous , le dernier référendum remonte au 29 mai 2005 . Nos politiques de l’époque sont allés à l’encontre du résultat de ce référendum. Pourquoi alors demander l’avis des citoyens quand au final, on décide le contraire?

Pour revenir à la santé dans notre « beau pays » , une pétition qui rassemble plus d’un million de signatures demande une action sur un vaccin : le DTP. Quel résultat ? Rien

Avons nous d’un coté un pays démocratique et de l’autre une dictature ? Je ne fais que poser la question sans apporter de réponse.

Il n’empêche, que ce qui vient de se passer au Royaume Uni, va avoir un nombre incalculable de conséquences dont on ignore encore la portée. Il y aura des conséquences favorables et des conséquences défavorables. L’avenir nous dira comment et de quel coté la balance penchera.

Tout cela pour dire que chacun possède un pouvoir. Et que ce pouvoir même s’il est faible, il n’est pas négligeable. Je remets le dessin publié dans mon dernier billet :

boc3a9tie

Tout cela pour rappeler qu’un « colibri » peut  « changer le monde » dans la mesure où il fait sa part .

Il faut donc que chacun se prenne en main, que chacun, « fasse sa part » et au final, des montagnes peuvent être renversées. Si elles ne le sont pas, chacun dans son action peut en tirer un bénéfice personnel important.

Donc en faisant ce qui est en notre pouvoir, nous pourrons changer notre quotidien et si nous sommes nombreux à changer, peut être changerons nous les choses pour le plus grand nombre ?

7 commentaires

  1. Je ne comprends pas le raisonnement :
    Le traité établissant une Constitution pour l’Europe n’a pas été ratifié en 2005 suite aux résultats des referendums français et hollandais.
    Donc le referendum sert à quelque chose ?

    • En 2005 les français ont dit non à la ratification lors du référendum.
      Les politiques ont ensuite ratifié en contradiction avec les résultats du référendum. Le référendum n’a donc servi à rien car la classe politique n’a pas suivi la « décision » des électeurs.

      • Il n’existe pas de Constitution européenne. Le 18 juin 2004, les 25 chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne (UE) avaient adopté un traité établissant une Constitution pour l’Europe qui fédérait et complétait les différents textes existants (accords, conventions…). Celui-ci, officiellement signé à Rome le 29 octobre 2004, devait ensuite être ratifié par chacun des États signataires pour entrer en vigueur. Mais il a été rejeté par les électeurs français et néerlandais lors des référendums du 29 mai et du 1er juin 2005.

        http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/union-europeenne/fonctionnement/institutions/existe-t-il-constitution-europeenne.html

        • Nous sommes d’accord.
          Les français ont dit « non » lors du référendum, et ne suivant pas ce « non », les politiques ont dit « oui ».
          Le référendum n’a donc servi à rien .
          Je ne vois pas où est l’incompréhension.

          • Bah parce que la constitution européenne n’existe pas !
            Les chefs d’état avaient signé en 2004 et le référendum a eu lieu en 2005 donc le traité n’a jamais été ratifié donc il n’y a pas de constitution européenne aujourd’hui (la question du référendum était sur la constitution européenne)

  2. Belle réflexion d’un confrère encore optimiste… Jeune, sans doute???

Répondre à admin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *