Je voudrais revenir sur un élément que j’évoquais dans mon précédent billet : les statines ( médicaments qui font baisser le cholestérol ) et le diabète.

 

Les statines sont très largement prescrites à un nombre considérable de patients car elles protégeraient le cœur d’événements cardiovasculaires graves comme l’infarctus.

Cet effet serait directement lié au fait que le cholestérol boucherait les artères.

On nous explique depuis pas mal d’années que si il y a bien une preuve irréfutable en médecine c’est bien l’intérêt des statines.

D’ailleurs il est peu probable qu’après une consultation chez un cardiologue vous ne sortiez pas avec la prescription d’une statine sous le prétexte de protéger votre cœur.

 

Cependant cette classe de médicament fait l’objet depuis pas mal d’années de suspicion quand à la réalité d’un bénéfice quasi “miraculeux”.

Ainsi le Dr De Lorgeril se bat depuis longtemps pour faire entendre sa voix.

 

Le problème des statines est qu’il est probable qu’elles ont un effet mais très modeste et sans commune mesure avec ce qui est affirmé par de grands leaders d’opinion , professeurs des hôpitaux et très proches des firmes qui fabriquent ces médicaments.

Ainsi il est rare que notre presse nationale se fasse l’écho d’aveux d’éminents spécialistes comme on en trouve dans la presse anglo-saxonne .

 

Est-ce que le plus grand nombre aurait entendu parler des doutes qui existent sur les statines si le Pr Even n’avait pas sorti un livre sur le sujet ? Il a provoqué des réactions outragés de nombres de professeurs d’université .

Cela a été d’après l’aveu même du professeur Grimaldi la raison de l’écriture d’un livre qui nous dirait “la Vérité sur nos médicaments”.

 

Pour résumer , il y a des suspicions légitimes sur l’intérêt de prescription de statines .

L’ H A S note un mésusage de cette classe de médicaments attestant du fait qu’ils sont prescrits à des patients qui n’en auraient pas besoin.

 

 

Si la prise de ces médicaments était sans risque, il n’y aurait pas de problème à les consommer.

Cependant la réalité est tout autre. La liste des effets secondaires est très importantes .

Pour une idée succincte : http://fr.wikipedia.org/wiki/Statine#Effets_secondaires

 

La balance bénéfice/risque doit donc être pesée avec soin ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui où l’effet positif est surmajoré et les effets secondaires surminorés .

L’ effet secondaire sur les muscles est quasiment le seul effet admis par les prescripteurs alors qu’il est le moins grave.

 

Or ces médicaments sont par exemple à risque de provoquer le diabète .

Cet effet était connu par les fabricants mais non pris en compte et donc non signalé.

 

Il a fallu chez nous en France qu’une thèse de médecine générale apporte la preuve de cet effet secondaire grave pour qu’enfin il soit pris en compte .

 

Pour terminer, après cette longue introduction, il ne vous parait pas surprenant, pour ne pas dire aberrant qu’un médicament dont un effet secondaire réel, reconnu, est de provoquer le diabète soit prescrit à des patients atteint de cette même maladie .

 

Les médecins prescrivent donc à des patients un médicament qui provoque une maladie responsable d’accident cardio-vasculaires ( le diabète)  pour les protéger de ces même accidents.

 

Ce non sens , qui s’en soucie ?

 

De plus combien de médecins se sont interrogés sur l’apparition d’un diabète chez un patient à qui il prescrivait une statine ?

 

Le réel n’a aujourd’hui pas beaucoup de poids sur l’hypothétique qui permet d’affirmer la toute puissance médicamenteuse.

 

Nous faire rêver d’une vie idéale est plus important que tout.

8 commentaires

  1. Bonsoir,
    Malgré un fort surpoids, je n’avais pas de problème de glycémie. Cela a commencé après, très doucement, après l’instauration d’un traitement par statine. J’ai fini par arrêter en lisant les livres de votre confrère Michel de Lorgeril. C’est là que j’ai découvert leur inutilité, leur dangerosité et qu’elles étaient la cause de mes douleurs musculaires, entre autres. Mon diabète et une dépression ont été sûrement induits par ces cochonneries. J’en avais parlé à mon médecin de l’époque qui m’a suivie. Il s’est renseigné et c’est tout à son honneur d’avoir osé aller contrer les recommandations officielles. C’est lui aussi qui a accepté de faire une pause thérapeutique avec la metformine que je prenais à l’époque pour voir si un régime ig bas était efficace, ce qui a été le cas. Je me suis aussi rendue compte que j’avais été traité inutilement pendant des années pour une hta inexistante puisque mes chiffres étaient meilleurs sans les médicaments qu’avec. En fait, c’était l’effet blouse blanche. Mais le médecin s’était bien gardé de me le dire me prescrivant des traitements et autres examens afin de toucher sa prime. Je me méfie beaucoup des médecins et je dois dire que mon critère de confiance est leur rapport aux statines. Mon médecin actuel est convaincu de leur utilité mais me laisse tranquille car il a vu que j’étais informée. Il a fini par baisser les armes concernant la mammographie alors qu’il y a quelques mois il me faisait un odieux chantage : une mammographie contre une lettre pour le dermatologue. Il a soutenu que l’aspirine était indispensable à ma survie en tant que diabètique et j’ai refusé le traitement.
    Je suis tellement heureuse et soulagée de voir qu’il y a des médecins comme vous, soucieux de la santé de leurs patients et qui se tiennent informés. Merci à vous.
    Bien cordialement

    • Encore beaucoup trop de médecin ignore ou minimise le fait que les statines provoquent le diabète.
      D’après ce que je sais, un certain nombre de diabète suite à la prise de statines, « disparaissent » à l’arrêt de la statine.Mais hélas, pas tous.

  2. Je vous lis toujours avec plaisir, mais là cet article m’a vraiment fait du bien… me battant depuis un certain temps contre l’hégémonie des statines et autres médicaments hypocholestérolémiants tous aussi dangereux et peu efficaces !
    Il est vraiment dommage que l’ensemble du corps médical (et surtout les cardiologues…) ne se posent pas les mêmes questions que vous mais comme je le disais dans ma réponse ci-dessus, les choses évoluent. Lentement, certes, mais elles évoluent.
    Un doute affreux m’étreint : ne serait-ce pas prévu et planifié afin de préparer le terrain des nouveaux inhibiteurs de PCSk9 injectables ?
    Oui, je sais, je suis pessimiste….

    • Merci pour ce lien.

      C’est vraiment la classe de médicament miraculeux comme on en a jamais vu.
      A se demander pourquoi il y a encore des décès chez les patients qui prennent ces médicaments.
      Le médicament bénéfique pour quasiment tout .
      Je comprends mieux que l’on veuille en donner à tout le monde.

      • Ce n’est pas une réponse. Dois je en conclure que chacun regarde dans la direction qui lui convenvient ?

        • Vous concluez ce que vous voulez.

          Cependant comme l’a signalé Dpara la plupart des études que vous citez datent d’une époque où les études étaient encore plus biaisées qu’aujourd’hui et où le sponsor dictait la conclusion de l’étude.
          Il est ainsi un fait que les résultats des études avant le scandale du Vioxx n’ont jamais pu être reproduits.

          Il est aussi un fait que les études négatives ne sont quasiment publiées quand il s’agit de statines.
          La liste des éléments qui interrogent sur l’effet des statines est importante.

          Je pourrai aussi vous retourner la critique.

          Cela ne vous interpelle donc pas que les statines sont utiles d’après les études que vous citez dans presque tous les domaines.

    • Les études ci-dessus datent de 2004/2005. Depuis les choses ont pas mal évoluées… Les langues se délient…
      De nombreuses études récentes (et indépendantes..) remettent en cause l’efficacité médicaments hypocholestérolémiants qui à été toujours grandement surestimée (voir entre autre le document de la HAS remettant carrément en cause l’efficacité de l’ézétimibe, niacines, fibrates et autres résines) ainsi que les effets secondaires des statines qui eux, ont été toujours clairement sous-estimés comme le démontre (entre autre) cette étude parue dans « Diabetologia Journal » (http://www.diabetologia-journal.org/files/Cederberg.zip) et qui crédite les statines d’une augmentation de 50% du diabète de type II.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *