Je vais analyser l’article de Libération qui donne la parole au Pr André Grimaldi, diabétologue coauteur d’un ouvrage “ La Vérité sur vos médicaments”  . Ce dernier veut dénoncer les discours relativistes et antiscientifiques.

Tout d’abord le titre “La Vérité” . Qui peut aujourd’hui affirmer détenir La Vérité ? Les religieux l’affirment mais sûrement pas des scientifiques dignes de ce nom.

“….32 spécialistes en ont assez….. Ils veulent apporter «des réponses scientifiquement validées» sur les grandes pathologies et leurs traitements. Le point avec l’un des auteurs, le Pr Grimaldi.”

N’est-ce pas plutôt que des grands professeurs ne supportent plus que l’on puissent leur apporter la contradiction.

“des réponses scientifiquement validées” oui mais par qui ? Des professeurs et médecins de leur “caste” où leurs liens d’intérêts avec les laboratoires qui fabriquent les médicaments ainsi “scientifiquement validés” sont légions ?

Ils oublient aussi qu’ils ne jugent que sur les études publiées qui pour la très grande majorité d’entre elles, sont “positives” et oublient que les études négatives ne sont qu’à quelques exceptions près, jamais publiées.

Cela fait un sacré biais qui éloigne d’une quelconque vérité.

Pourquoi un tel livre ?

Le Pr Gimaldi répond :

“L’exemple caricatural – et qui a été pour nous l’élément déclencheur – est le livre du professeur Philippe Even intitulé la Vérité sur le cholestérol, repris à la lettre par des grands hebdomadaires.”

Il ajoute :

“Alors que dans la prise en charge des maladies chroniques, un des éléments clés est la bonne observance du traitement, les propos d’Even ont dû provoquer plusieurs milliers d’arrêts intempestifs de traitements.”

Voilà donc le scandale : un livre a pris le contre-pied de leurs avis d’experts. Un livre a fait moins vendre de médicaments préconisés par ces même experts .

Deuxième scandale : l’observance des patients : des patients ne suivent pas à la lettre les prescriptions des médecins . C’est intolérable pour ce professeur de médecine.

Le journaliste s’interroge malgré tout : N’allez-vous pas un peu loin ?

Non, mais on a voulu, par ce livre, revenir à des éléments de base. Car il y a une vérité scientifique.

Là le Professeur enfonce le clou, il n’y a plus des vérités scientifiques mais UNE vérité :

“Oui, les vaccins ont permis d’éradiquer des maladies terribles, telles la variole ou la poliomyélite.”

Et nous avons l’amalgame habituel , il cite deux vaccins qui ont incontestablement fait reculer des maladies terribles ( au passage si la variole a bien été éradiquée, la poliomyélite , non) .

Donc a partir de deux vaccins incontestables il généralise à tous les vaccins.

Le journaliste a raison : il va un peu loin.

Il ajoute toujours péremptoire:

“Et, pour en revenir aux statines, elles ont apporté des progrès majeurs. Par exemple, aux Etats-Unis, le nombre de diabétiques a été multiplié par trois. Or, en même temps, le taux d’infarctus a été divisé par trois. Et cela grâce aux statines.”

Alors là qu’un grand professeur comme le Pr Grimaldi ne sache pas que corrélation ne fait pas causalité :  , c’est proprement hallucinant .

A moins qu’il le sache parfaitement ? Mais alors pourquoi un tel exemple ?

Un peu plus loin il assène :

Mais la notion de bénéfice-risque a un sens, même si elle évolue. Il y a une vérité, à un moment, qui doit être dite. Il faut empêcher que l’on se réfugie derrière le thème «tous pourris». Et ce n’est pas qu’un débat entre médecins.”

Toujours cette vérité détenue , la sienne .

Il faut comprendre ici que la balance bénéfice/risque est toujours favorable même s’il nuance cette affirmation.

Que vient faire par ailleurs le thème “tous pourri”  ?

Il se plaint ensuite du gaspillage d’argent actuel .

Là tout le monde est d’accord .

 

Il affirme par ailleurs ceci :

“ La seule solution est la transparence absolue;”

C’est assez surprenant dans sa bouche . J’ai bien l’impression qu’il n’intègre pas dans cette notion les conflits d’intérêts des médecins avec l’industrie pharmaceutique. J’ai l’impression qu’il “milite” ici pour  la transparence des services gouvernementaux.

Il termine son interview par des faits peu contestables sauf qu’il en a une vision parfois surprenante ainsi il affirme:

“le Doliprane, qui existe depuis cent cinquante ans, n’a pas de générique ? La raison ?”

Chacun sait quand il va dans une pharmacie qu’il existe de multiples génériques du Doliprane .

Ce sont les médicaments sous le nom de la molécule : paracétamol.

J’ai du mal à comprendre une telle affirmation. Je pense qu’il joue sur les termes réglementaires qui régissent les génériques.

 

Je vais  terminer par un exercice de transparence absolue réclamé par le Pr Grimaldi.

Je n’ai personnellement aucun lien  d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique .

Qu’en est-il du Pr André Grimadi ?

 

Tout d’abord, je vous demande de visionner cette vidéo:

https://www.youtube.com/embed/n7Xs4dezoHs

A 1 minute 36, le Pr Grimaldi est interrogé par le journaliste et il lui explique qu’un laboratoire pharmaceutique ( Sanofi)  a entièrement financé l’informatique de tout son service à hauteur de 90000 euros .

Sanofi vous a-t-il  donné de l’argent à vous lecteur pour moderniser votre outil de travail ?

Non bien sur, alors pourquoi l’a-t-elle fait au Pr Grimaldi ?

 

A propos de transparence , il faut consulter le site gouvernemental transparence santé présenté au début de la vidéo:

https://www.transparence.sante.gouv.fr/flow/main?execution=e2s1

Chercher les liens d’André Grimaldi

Je ne peux pas vous mettre le lien comme il est expliqué dans la vidéo mais faite la manipulation,  elle est simple : taper le nom Grimaldi , choisir professionnel de santé puis médecin , taper la lettre demandée et vous arrivez à un tableau de tous les Grimaldi médecins, cocher toutes les cases pour André Grimaldi ( il y en a plusieurs) et il vous est montré qu’entre 2012 et 2013, le Pr Grimaldi a bénéficié de 19 avantages en nature dont le montant est spécifié et 31 conventions dont les montants devraient bientôt être disponibles quand l’avis récent du conseil d’état sera appliqué.

Pour mémoire, le Pr Jean François Bergmann qui est co-auteur du livre a lui 54 conventions avec l’industrie pharmaceutique, listée sur le site gouvernemental.

 

Pour terminer soyons clair , il n’est pas question pour moi d’accuser le Pr Grimaldi d’être corrompu, non,  mais d’être sous l’influence des laboratoires fabricants de médicaments .

Quand on reçoit plus de 90000 euros pour son service de la part de Sanofi, il est difficile d’avoir un jugement impartial sur ce laboratoire.

Et que pensez quand tous ces laboratoires qui vous offrent si “gentillement” des repas , des voyages etc

Chacun devrait savoir qu’un don appelle un contre don .

 

Ce livre “ La Vérité sur vos médicaments” ne représente-t-il pas plutôt “la Vérité des laboratoires pharmaceutiques fabricants sur vos médicaments” .

 

6 commentaires

  1. Excellent ! Il faut savoir que le Lantus (glargine, insuline lente), défendu par André Grimaldi, est LE médicament phare de Sanofi. En 2013 il avait rapporté 5,7 Mds sur 33 Mds de chiffre d’affaires . C’est donc, et de très loin, le médicament qui rapporte le plus gros chiffre d’affaires à Sanofi représentant 17% du CA total.
    Quand le Lantus avait été accusé de favoriser le cancer, en 2012, Grimaldi s’était porté en première ligne pour le défendre http://www.gauchemip.org/spip.php?article9840 , en expliquant : « « Ce qui est scandaleux, c’est qu’on apprend la publication de cette étude par les banques, puis par médias, pas par les agences ou les associations professionnelles. Ça me rappelle l’affaire de l’Avandia de GSK : en 2006, cet autre médicament pour le diabète, a été torpillé par un article l’accusant d’augmenter les risques d’infarctus. L’affaire vient de se conclure par un non-lieu pour le labo, mais les médias n’ont pas repris l’information et en attendant, le médicament a été mis au tapis au profit de ses concurrents. » Il semble curieux qu’un intellectuel comme André Grimaldi ne sache pas que le périmètre de la justice ne se confond pas avec le périmètre de la science et le que le fait qu’on ne puisse pas rassembler suffisamment d’éléments pour condamner un laboratoire pour fraude ne signifie pas que son médicament n’a pas d’effets indésirables.
    Même chose avec le Lantus. Dans ce cas André Grimaldi fait totalement crédit à l’étude ORIGIN http://www.sanofi.com/Images/33139_20130605_LANTUS_ORIGIN_LABEL_CHMP_fr.pdf dont les résultats « ont été analysés par une équipe d’experts sous le patronage de Sanofi » pour dire que l’alerte au sujet de ce médicament n’était pas fondée https://books.google.fr/books?id=lSCbBwAAQBAJ&pg=PT79&lpg=PT79&dq=grimaldi+lantus&source=bl&ots=ThPNTNGUKB&sig=zTsaXSCb2dTjmYITsfDRJFz4Zgs&hl=fr&sa=X&ei=_90mVZ3HH4rzUM-0hMAJ&ved=0CCMQ6AEwATgK#v=onepage&q=grimaldi%20lantus&f=false .
    André Grimaldi s’inscrit pourtant dans la mouvance altermondialiste.
    J’y vois une illustration supplémentaire, s’il en fallait une, de la puissance des conflits d’intérêts qui peuvent brouiller le jugement des plus critiques.

  2. Ahlala… Vous êtes, comment dire, déprimant…
    Déprimant car vous avez entièrement raison dans ce que vous dites. Votre analyse des propos de ce Mr Grimaldi est tout à fait juste et justifiée.
    C’est un fait notoire que beaucoup de grands professeurs sont largement rémunérés par l’industrie pharmaceutique , et de ce fait plutôt (je devrais dire extrêmement…) enclins à la partialité…
    C’est pour ça que lorsqu’il dit « Il faut empêcher que l’on se réfugie derrière le thème «tous pourris» », il n’est absolument pas crédible ! C’est justement à cause de comportements tel que le sien que les gens font de plus en plus l’amalgame avec « tous pourris » dès que l’on parle de ces personnages, des labos pharmaceutiques et… de la classe politique…
    Alors même si vous êtes… déprimant…, merci de continuer à nous informer. Je vous lis avec toujours autant d’attention et de plaisir !

  3. Merci pour ce décryptage et dommage que les journalistes ne l’aient pas fait en même temps que la publication. Il est désolant et difficile de devoir systématiquement fair attention à qui écrit quoi. Je pense aux étudiants en médecine pour lesquels la tâche est d’autant plus ardue. Il devient quasi impossible de voir clair sur certains sujets. Je pense par exemple aux statines pour lesquelles on aimerait tant connaître LA ou au moins un bon niveau de vérité. Clairement ce n’est pas demain la veille. Restons en alerte !

  4. Erreur dans votre titre : Pr André Grimaldi et non pas Alexandre

  5. Merci pour ce commentaire.
    Signalons que le grrrrrrand professeur Grimaldi est diabétologue. C’est le Mcguffin avec Sanofi et l’insuline.
    Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *