Cette histoire du nombre de morts dus à la grippe qu’il n’est possible que d’estimer et jamais de prouver, m’interpelle .

J’ai donc lu le bulletin du 11 mars 2015 publié par l’INVS :

Dans ce bulletin il existe une courbe qui rapporte depuis 2006 ( avant il n’y avait pas de chiffres) le nombre de décès ( toutes causes) observés et les prévisions.

mortalité grippe 180315 INVS

On observe une magnifique sinusoïde .

Cette observation montre que dans la vie réelle , il y a des hauts et des bas , des moments où il y a plus de morts et des moments où il y en a moins.

Chacun sait que la vie n’est pas linéaire , qu’elle n’est pas un long fleuve tranquille.

 

Or que nous disent les autorités : qu’il existe cette année une surmortalité vraisemblablement due à la grippe . Cette surmortalité est anormale.

Ils rajoutent avec certains commentateurs que c’est intolérable en 2015 de mourir de la grippe  car il y a la vaccination antigrippale.

Les autorités nous affirment donc que la vie est normalement linéaire et que si elle ne l’est pas c’est qu’il y a un problème.

 

Cette courbe nous montre au contraire qu’il n’y a aucun problème particulier cette année, que c’est conforme à la réalité de la vie où certaines années il y a plus de morts que d’autres .

Qu’il y a une régularité dans la survenue de “hauts et de bas”.

 

Nos gouvernants nient donc le réel en s’indignant d’une surmortalité en 2015, surmortalité qui n’est qu’apparente car dans l’ordre des choses.

Nos institutions santé nient donc le fait que la vie est faite de haut et de bas .

 

Pourquoi un tel manque de lucidité ?

 

 

5 commentaires

  1. Votre billet m’interpelle car on a vraiment l’impression, grâce aux médias, que la grippe a fait des ravages cette année, qu’elle a massivement tué, qu’elle a couté cher, etc. Ces messages alarmistes sont en décalage avec la réalité ?

    • C’est exactement cela : faire passer du banal pour de l’extraordinaire.
      C’est le rôle du marketing.
      Mais que vient faire du marketing dans la santé ?

      Je m’interroge de la même façon sur la médiatisation récente des cancers de porteuses de prothèse mammaire.
      14 cas en 4 ans en France , 170 cas dans le monde .
      Quel besoin de faire la une des journaux avec ce type d’information pour le moins « anecdotique ».

      Ma seule réponse est que la santé est devenue un bien de consommation comme un autre et comme tout bien de consommation il bénéficie de technique marketing.

  2. « Pourquoi un tel manque de lucidité ? »
    Peut-être une amorce de réponse ( :-/ ) : parce la santé est un business comme un autre et que certains lobbies font pression auprès des instances gouvernementales afin que ces dernières poussent à la consommation de médicaments…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.