Une étude relance la polémique

Je découvre  dans la presse médicale une information que j’avais lu récemment .

C’est à propos de la relation entre la consommation de lait et l’ostéropose.

La polémique .

Ce mot est employé à chaque fois que les tenants d’une activité veulent qualifier l’opposition à cette activité.

Qualifier de polémique permet d’affirmer qu’il y a un doute quand à la conduite à tenir .

Qualifier de polémique permet de défendre une position malgré l’évidence des études indépendantes.

Car le problème est là : d’un coté des études indépendantes qui affirment quelque chose et de l’autre des études largement sponsorisées par les fabricants d’un « produit » qui fait « polémique ».

Parler de polémique permet de crédibiliser une façon de faire qui pose problème .

Dans quel domaine parle-t-on, en particulier de polémique ?

Dépistage du cancer du sein par mammographie .

Dépistage du cancer de la prostate par PSA.

Vaccination en particulier pour certain vaccin dont le Gardasil ou le vaccin anti-grippal.

La consommation de lait qui serait favorable à la santé .

Dans ces 4 domaines particuliers , il n’y a pas de polémique car il y a suffisamment de recul et de preuves .

La mammographie de dépistage devrait être abandonnée.

Le dosage de PSA en systématique chez les hommes de plus de 50 ans est inutile .

La vaccination par le Gardasil n’a pas lieu d’être.

La consommation de lait n’est bénéfique que pour l’enfant mais en aucun cas pour l’adulte.

Il n’y a que les « vendeurs » qui contestent ces « évidences ».

Pour terminer un graphique qui montre à quel point le surdiagnostic est une évidence dans les dépistages du cancer de la prostate et du sein qui ne « sauvent pas de vie ». ( Merci à Bernard Junod)

graphique

5 commentaires

  1. Excellent graphisme, à conserver précieusement sur le « bureau » de l’ordinateur quand il s’agit de donner une information éclairée à nos patient(e)s.
    Merci.
    PS : peut-on avoir le lien vers la source ? Probablement accessible sur le site du Formindep, me direz-vous…

  2. Très beau graphique, merci. Et d’accord sur le fond, mais avec une nuance : en ce qui concerne la vaccination anti-HPV, bien que je n’aie aucun bénéfice financier à tirer de cette vaccination, je ne suis pas d’accord. Le recul n’est pas suffisant, ni pour affirmer que cette vaccination doit être généralisée, ni non plus pour la jeter, ce d’autant plus que la toxicité de ce vaccin semble vraiment totalement négligeable. Faute de preuves (qui ne viendront que lorsque les première jeunes filles vaccinées arriveront à l’âge de développer des CCU), la position la plus neutre me semble celle de LRP : pas de preuve, mais un pari raisonnable.

    • Je me doutais que sur le HPV je n’obtiendrai pas le « consensus » et je me suis voulu un peu provocateur.
      Quand il s’agit d’évoquer certain vaccin, c’est toujours difficile de dialoguer même si , je vous l’accorde dans le cas du Gardasil la discussion peut être ouverte.
      Il n’empêche que si je l’ai mis en exemple c’est que ce vaccin n’a aucun sens .
      Je ne rentrerai pas dans le débat efficacité/risque du Gardasil , je voudrai juste rappeler deux choses le concernant :
      1) Il n’a pas suivi les règles de mise sur le marché mais une procédure « d’urgence » qui n’avait pas de sens pour lui.
      2) Le frottis qui n’a aucun risque avéré , est très efficace pour dépister et suivre les lésions à risque .
      Un lien très instructif, indépendant et documenté sur le Gardasil :
      http://docteurdu16.blogspot.com/2014/09/le-peche-originel-du-gardasil-par.html

  3. « Il n’y a que les « vendeurs » qui contestent ces « évidences  »
    Tout est dit…
    Même les pires empoisonneurs soutiennent que leur commerce est bon pour humanité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *