Les Pr Debré et Even viennent d’être condamnés par le Conseil de l’Ordre des médecins d’Île de France à 1 an d’interdiction d’exercer dont 6 mois avec sursis.

Quel délit ont-ils pu commettre pour une sanction si lourde ? Pour mémoire , le Dr Cahuzac n’avait été condamné qu’à 6 mois dont 3 avec sursis.

Ils ont été condamné pour « manquement à la confraternité ». Ce qui veut dire qu’ils ont critiqué certain de leurs confrères. Donc critiquer des confrères est plus grave pour le Conseil de l’Ordre des médecins, que le comportement du Dr Cahuzac . Information intéressante de l’état d’esprit d’un tel conseil.

Pour ceux qui connaissent un peu le milieux médical, la critique des confrères est très courante et jamais sanctionnée d’interdiction d’exercer . Tout au plus un rappel à l’ordre ou un blâme mais jamais une sanction qui entraine une perte de revenu pour le médecin qui exerce sa profession.

Alors pourquoi une sanction si disproportionnée ?

Je ne vois qu’une explication : empêcher les médecins d’exprimer la moindre critique sur l’exercice de la médecine et les règles dictées par la « nomenklatura » médicale. Empêcher certain médecin de critiquer par exemple la prescription de statines ou de dénoncer le dépistage organisé du cancer du sein par mammographie .

En effet , les professeurs Even et Debré ont été sanctionné pour leur livre où ils dénonçaient les médicaments inutiles et dangereux et les pratiques inutiles de certain médecin.

Que dire de plus . Qu’il ne faut pas pratiquer en dehors du système .

Sommes nous dans une dictature médicale ? Je le pense .

PS du 25/03/14 : http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140325.OBS1201/exclusif-des-medecins-apportent-leur-soutien-au-professeur-even.html

9 commentaires

  1. Il est clair qu’un « lanceur d’alerte » peut s’avérer être un affabulateur si l’alerte n’est pas légitime. La notion de protection des lanceurs d’alerte n’est en rien la liberté de raconter n’importe quoi, surtout avec une large diffusion médiatique. Ce serait une négation du consensus qui est justement la voie qu’a trouvée la médecine pour éviter les erreurs individuelles qui parsèment nos pratiques (voir une étude récente) et l’histoire de la médecine.
    Mais en l’espèce, j’aimerais que l’auteur montre que les Pr Even et Debré sont sanctionnés en raison de leur posture de lanceurs d’alerte. Je voudrais être sûr de ne pas être confronté à une énième théorie du complot, aussi étayée que les autres. Si l’esprit critique consiste à se poser des questions, ce n’est pas la même démarche d’affirmer sans preuve ou, au moins, sans indices (témoignages, documents, citations). Même les défenseurs du complot du 11 septembre ne font pas l’impasse de quelques arguments à l’appui de leur thèse. Ici ce n’est pas le cas. L’opinion de l’auteur est assénée brute de décoffrage. Le lecteur doit prendre ou laisser. C’est comme ça…

  2. Dufourcq-Lagelouse Rémi

    Bonjour,

    Dans les motivations du CDOM, vous indiquez que l’on prend habituellement la décision de sanctionner un médecin pour non respect de la confraternité de telle façon qu’il n’ai pas à supporter une privation de ressources suite à une interdiction d’exercice.
    Dans ce cas, le fait que ces deux auteurs n’aient plus de ressources liées à quelconque exercice médical pourrait-il expliquer que l’habituelle modération du Conseil de l’Ordre n’ait pas eu cours cette fois ci ?

    Cordialement,

    Rémi Dufourcq-Lagelouse
    Pharmacien

    • Je ne sais pas quelle sont les motivations du CDOM, je constate seulement que la sanction est disproportionnée par rapport à la « jurisprudence ».
      Par contre je l’analyse comme une mise en garde contre les lanceurs d’alerte et en cela cette sanction est inquiétante.

      PS : Il semble que le Pr Debré continuait à exercer à temps partiel, donc la sanction financière n’est pas nulle pour lui ( lion s’en faut quand on connaît ses tarifs !!)

  3. Je reviens faire un petit tour pour ne pas laisser ce blog ronronner dans le mensonge.
    Debré et Even ont été sanctionnés à la suite de la plainte des allergologues qui avaient été traités de « charlatans ».
    Si moi je traite de charlatans les vendeurs de compléments alimentaires de perlimpinpin, il s’agit d’une critique légitime (et étayée). J’enfreins en revanche l’exigence de la confraternité si je traite les généralistes, les allergologues ou les gynécologues de charlatans.
    Dommage que le billet fasse l’impasse sur cet aspect des choses. Mais j’espère que l’auteur sera moins affecté par mes critiques que le Dr Sophie Becker.

  4. Philharmonic

    Ce qui est bien dans cette histoire est que une fois de plus la légitimité d’un Conseil est remise en question. Tous ceux qui y ont eu affaire savent qu’il s’agit d’une institution destinée à régler des comptes avec les petites histoires et jalousies personnelles, que c’est un toutou des gouvernements (pétainisme oblige bien que les ordinaux tentent tous les arguties pour faire oublier ça et faire oublier que le candidat Miterrand avait la dissolution inscrite dans ces propositions et il était bien placé pour savoir pourquoi).
    Je n’ai pas fait médecine pour être surveillé par une Mafia malfaisante au sein de laquelle on retrouve systématiquement les plus retors et les plus mauvais en médecine, mais pour améliorer la qualité de vie des gens, qui en 2014 sont bien assez grands pour m’attaquer si nécessaire.
    Je n’espère qu’une chose, c’est que Debré étant aussi et surtout politicien, il puisse parvenir à un poste qui lui permettra de faire sauter une bonne fois pour toute cet anachronisme malfaisant dont il vient d’expérimenter la nuisance.

  5. Que c’est compliqué et flou tout ça ! Ce qui est rassurant, c’est que même des puissants (cf le CV et la généalogie du Pr D.) peuvent être sanctionnés. Mais il me semble en effet que d’autres faits véritablement graves ne débouchent pas sur de telles punitions. C’est très étonnant. J’adore le jeu de mots de Doc du 16 : « le pouvoir staTinien », excellent !
    Allez, j’ose une réflexion, et si c’était un petit arrangement entre nos 2 oiseaux (qui ne risquent pas grand choses avec cette susspension) et l’Ordre pour un bon coup de pub afin de rebooster les ventes du bouquin ?

    • Oui, même les puissants sont sanctionnés.
      Mais les puissants qui restent dans le système ne le sont pas . Ici ce sont des puissants « dissidents » et quelque part c’est cette dissidence qu’on leur fait payer.
      Par contre , je ne te suis pas du tout dans ta théorie du complot qui verrait un accord entre le COM et les deux professeurs .
      Il n’y a aucun « complot » juste un COM qui fidèle à lui même protège la corporation des médecins dans la norme.
      Il semble que Debré et Even ne veuillent pas en rester là et vont contester leur sanction . Cela risque d’être intéressant car cela pourra peut être montrer à quel point le COM est une institution complètement dépassée et incohérente donc sans valeur que celle de nuire .

  6. Eh oui… Le règlement c’est le règlement.
    Belles déclarations sur les lanceurs d’alertes et dès que quelqu’un dit quelque chose de dérangeant pour le pouvoir statinien en place, on tire.
    Mais ce sont des lanceurs d’alerte a posteriori.
    Car les professeurs Debrè et Even ne sont pas sympathiques, mandarins de chez mandarins qui ont profité du système plus que de raison et qui dénoncent une fois qu’ils ont cessé de prescrire, qui remettent en cause les assemblées où ils ont siégé mais pas quand ils y siégeaient. Ils n’ont pris aucun risque.
    Je ne dirai rien contre eux car il est des sujets plus graves pour risquer une suspension.
    merci pour ce billet.

    • Cher Docteurdu16

      Oui ce sont des lanceurs d’alerte à posteriori, combattants de la dernière heure.
      Oui ce sont des pures produits du système qui n’ont rien dit quand ils y étaient.
      Est-ce une raison suffisante pour qu’ils soient condamnés ainsi?

      C’est eux que l’on condamne où les lanceurs d’alerte ?
      On peut se poser la question quand cette condamnation ne leur porte aucun préjudice .
      Quand serait-il pour vous et moi dans de telle circonstance ?
      Ce n’est justement pas les Pr Even et Debré que l’on condamne mais ceux qui osent attaquer l’ordre établi.
      Et c’est bien cela qui me dérange dans cet affaire .
      Qui sait que Irène Frachon , avant qu’elle ne sorte son livre a fait l’objet d’attaque par l’intermédiaire du conseil de l’ordre où des Professeurs ont essayé de la faire condamner.
      C’est bien là qu’est le problème : faire taire les voix qui dénoncent les dérives inadmissibles du système.
      Et c’est en cela que le cas de cette condamnation est exemplaire et inquiétante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *