Je travaille maintenant dans une structure publique avec d’autres confrères généralistes.

Aujourd’hui j’apprends par hasard qu’un « confrère » cardiologue est dans nos murs. J’apprécie beaucoup que les spécialistes d’organe viennent consulter dans nos locaux . Cela est un grand avantage pour les patients qui n’ont pas à se déplacer car géographiquement cela est très compliqué pour eux .

Ma surprise vient du fait que ce cardiologue vient « chez nous » et ne prenne pas la peine de venir dire un bonjour de courtoisie . La raison est peut être qu’il connaît la structure depuis plus longtemps que nous car cela fait quelques années qu’il vient « officier » . Je trouve cela malgré tout assez curieux . Ma conception de la politesse est que quand j’arrive quelque part, je trouve naturel de dire bonjour aux personnels qui y travaillent . Mais bon, j’ai peut être une vision rétrograde .

Ce « confrère » spécialiste ne m’est pas inconnu . En effet , quand j’étais installé en libéral il était le cardiologue attitré de quelques-uns de mes patients . Je n’ai par contre jamais eu l’occasion de le rencontrer.

Apprenons donc sa présence , je décide donc d’aller lui dire bonjour ( c’est peut être un grand timide ?).

Comment dire …… j’ai rencontré un homme distant voire méprisant.

Étant d’un tempérament assez direct , j’ai abordé avec lui les deux problématiques de désaccord que j’ai avec les cardiologues : la prescription de statines ( médicaments faisant baisser le cholestérol ) et celle des Nouveau AntiCoagulant Oraux ( NACO) . Pour résumer , sa position est celle des laboratoires fabricants . Son référentiel : les sociétés savantes qui si vous ne le savez pas sont largement sponsorisées par Big Pharma . Son discours est stéréotypé , il reprend le discours marketing des firmes . Cependant il ajoute être parfaitement indépendant , libre de toute influence . Bin voyons !!!!

Tout cela pour dire que cette expérience m’a mis très mal à l’aise .

En effet, du haut de sa toute puissance de spécialiste en cardiologie il délivre des « vérités » .

J’ai un sentiment de fatigue pour ne pas dire de « blues » . Se battre en permanence contre la pensée unique . Essayer de faire émerger une réflexion critique est déprimant . Le sentiment  » d’à quoi bon » .

Certain en lisant ce texte vont encore me taxer d’anti-spécialiste. Il n’en est rien . J’ai quelques correspondants spécialiste d’organe que j’apprécie particulièrement . Leurs différences ? Ils sont ouverts et pas dans la toute puissance. Il n’empêche qu’ils sont minoritaires .

Vous allez sans doute me dire que je généralise . Oui, sans doute , mais il s’avère que j’en ai rencontré beaucoup du même type que ce cardiologue . Ce n’est pas une preuve me direz vous  ! C’est très juste  mais quand même !!!

Il est vrai que j’ai des convictions, je suis passionné par mon métier et de plus aucune déférence pour les titres , mais souvent  j’ai, comment dire …..

 

 

 

5 commentaires

  1. Bonsoir,
    Je comprends parfaitement votre opposition aux statines car les douleurs qu’elles ont entraînées m’ont contraint à les arrêter. Depuis je fais un régime (pas tout le temps) comme je le décris ici : Mon régime anti triglycérides.
    Heureusement qu’il existe des médecins comme vous !
    Bravo et merci pour tout.

  2. Je ne donne que mon avis de patiente mais heureusement qu’il y a encore des soignants comme vous qui savent remettre en cause les diktats des labos, les grands discours des associations de spécialistes et le flow salvateur dont les médias nous abreuvent sinon comment serions nous tous encore là ? J’exagère un peu mais je vous rejoins pour dire que les spécialites sont souvent des personnes fermées, grands techniciens mais piètres interlocuteurs et psychologues. Gardez encré vos convictions pour vos patients, ils en ont besoin !

  3. La khonnerie de cette homme est tellement forte qu’il n’y a plus qu’à tirer l’échelle.
    Bardé de certitudes, flatté par big pharma, il ne se sent plus pisser.
    Laisse tomber.
    Amitiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *