L’ INVS , institut national de veille sanitaire est un organisme d’état qui vient de publier une étude sur la couverture vaccinale en France .

Dans cette publication , il signale un manque de couverture vaccinale pour un certain nombre de maladies . La presse s’en est faite largement l’écho :

http://www.liberation.fr/societe/2012/11/20/les-francais-ne-se-font-pas-suffisamment-vacciner_861783

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/11/20/19465-francais-ne-sont-pas-suffisamment-vaccines

Cet exemple est pour moi caricatural de « l’autisme » qui règne en France sur la santé publique.

Où est le problème me direz vous?

Le problème est que tous les vaccins sont mis sur un même pied d’égalité : tous utiles . Vous pouvez imaginez que ce n’est pas si simple et qu’il y a des vaccins utiles, d’autres qui le sont moins et même certains absolument inutiles . Or le vaccin n’a pas de statut à part qui ferait de lui un produit de santé absolument dénué de risques et qui n’apporterait que des bénéfices. Comme pour les génériques , il y a » vaccin » et « vaccin ».

Pour tout vous dire , ces campagnes de promotion de la vaccination m’irritent au plus haut point.

Si au lieu de dire que les français ne sont pas suffisamment vaccinés, il était écrit que les français ne prennent pas assez de médicaments , vous trouveriez cela louche , non ? Alors pourquoi quand il est question de vaccins , il y en a peu pour dénoncer cette promotion. Avez vous eu la curiosité de vous pencher sur le calendrier vaccinal français ? Vous n’êtes pas choqués par le nombre important de vaccins obligatoires ou préconisés ? La multiplication des injections chez les tout petits ne vous interpelle pas ? Moi oui .

Existe-t-il des vaccins utiles et nécessaires : oui évidemment

Tous les vaccins obligatoires et recommandés sont-ils utiles : non

Certain sont-ils potentiellement dangereux ? Oui

Il faut donc , comme pour toute thérapeutique garder un esprit critique .

Une dernière remarque : comment un organisme d’état comme l’ INVS peut ainsi faire la promotion de thérapeutiques sur lesquelles il existe des doutes ? Tout simplement car son rôle n’est pas de donner un avis sur la pertinence de telle ou telle vaccination , son rôle est de vérifier la couverture vaccinale : « La loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique confie à l’Institut de veille sanitaire (INVS) la mission de suivre et d’évaluer la couverture vaccinale pour tous les vaccins inclus dans le calendrier vaccinal et dans tous les groupes cibles. » Tout est dit.

C’est le rôle de qui me direz vous ? Et bien de personne parce qu’il a été décidé au plus haut niveau que les vaccins sont un bienfait de santé publique. Comme dirait Mr Mélenchon lors de la campagne de vaccination pour la grippe H1N1 : «  Devant les campagnes de santé publique, on fait d’abord la campagne on discute après, pas l’inverse… »

Donc , pour être clair dans mon propos : oui à certaines vaccinations , non à toutes les vaccinations. Comme toujours le sujet est difficile et complexe pour faire la part de l’utile, de l’inutile et parfois du dangereux.

Un commentaire

  1. Oui, tout est encore à prouver, et en attendant le pauvre généraliste est tout seul avec cette pression vaccinale de la part des labos, des pédiatres, de l’hôpital et des patients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 6 = trente six

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>