Bonjour

Je lis depuis plusieurs années maintenant les blogs de confrères . Ces lectures me font du bien et me réconcilient souvent avec mon métier de médecin généraliste. Ils sont divers et racontent chacun un petit (ou un grand) quelque chose qui mis bout à bout forme une sorte de puzzle qui forme une image cohérente.

Je me suis longtemps fait la réflexion que je n’avais rien de particulier à dire de plus que ce qui est écrit. Donc à quoi bon moi aussi faire un blog .

Pour dire quoi de plus ?

Et pourtant, quand je mets  bout à bout tout ce que j’y lis, je n’y trouve pas mon compte. Après une très longue réflexion , j’ai donc décidé de franchir le pas moi aussi. Pourtant je me suis interrogé et posé pas mal de questions : n’est-ce pas l’expression uniquement de mon égo ?

J’ai lu ce que d’autres confrères ont écrit, en particulier le docteurdu16  . Il y a sûrement du vrai là dedans car nous ne sommes pas toujours les mieux placés pour parler de nous.

Ce blog est malgré tout un exercice d’écriture que je fais tout d’abord pour moi en espérant qu’il profite à certains.

En plus des blogs de confrères , je musarde sur la toile comme beaucoup. Je lis donc les articles consacrés à la santé sur les médias grand public . Dans bien des cas , je ne décolère pas derrière mon écran en lisant les approximations, les lieux communs voire la désinformation. Pour conjurer ces « accès de colère » que je sais mauvais pour ma santé , j’ai donc décidé de les écrire. Peut être que cela sera comme crier dans le déserts, peut être pas, en tout cas pour moi cela sera bénéfique.

De plus, je suis persuadé de l’intérêt aujourd’hui de ce que Michel Onfray appelle le principe de Gulliver : chacun par sa modeste contribution peut faire « chuter le géant » .

Certains s’étonneront du titre , je voudrais apporter un éclairage sur la raison qui m’a fait choisir un tel titre.

Hippocrate est dit-on le premier des médecins. La référence à lui peut paraître évidente pour le blog d’un médecin mais cela va plus loin. En effet , Hippocrate a expliqué «  primum non nocere » : tout d’abord , ne pas nuire. Je crois qu’aujourd’hui c’est une notion qui peut sembler parfois complètement oubliée, mais elle est  pour moi essentielle.

Pindare est bien moins connu , poète grec contemporain d’ Hippocrate, il est l’auteur de cet aphorisme repris par Nietzsche, : « Deviens ce que tu es » .

Ces deux maximes résument ce que je suis : soucieux de pratiquer une médecine humaine et en recherche permanente d’une « sérénité ».

Pour terminer je rajouterai la citation de La Boétie : « « Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres » et je serai complet pour résumer mon état d’esprit.

Donc , je me lance aujourd’hui . presque une année jour pour jour après avoir créer un compte sur twitter sur les conseils de Dominique Dupagne.

3 commentaires

  1. l henoret jean

    bonjour,

    je partage volontiers votre point de vue,notamment sur le principe « PRIMUM NON NOCERE ».

    Je m’avoue un peu effaré de la volonté actuelle de plusieurs confrères de défendre becs et ongles

    les dépassements d’honoraires,la totale liberté d’installation…

    Certes ces demandes reposent pour beaucoup sur une non revalorisation justifiée mais ceci ne me semble

    pas en adéquationavec les principes qui nous ont(auraient dü) été inculqués.

    Cordialement vôtre. J. L’H.

  2. Welcome !

    Une plume fort agréable…

  3. Au plaisir de vous lire 🙂

Répondre à l henoret jean Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.